Gilets Jaunes : le bouleversement que va provoquer le « Monde qui vient »

 |   |  707  mots
(Crédits : Jean-Paul Pelissier)
OPINION. Un an après le début de la crise des Gilets Jaunes, apparaît toujours la nécessité d'inventer un nouveau contrat social. Celui-ci ne se fera qu'avec une nouvelle gouvernance des Etats et des unions. Par Olivier Velin, expert en stratégie de gestion des situations de crises et en continuité d'activité.

Le mouvement des « Gilets Jaunes » est un premier niveau de remise en cause de la gouvernance politique d'une nation européenne. A l'échelon de la planète, d'autres nations sont aussi touchées, démocratiques ou totalitaires.

Ces soulèvements spontanés témoignent d'un éveil des populations qui n'acceptent plus le statut de dominées qui leur est imposé. Les organisations gouvernementales fondées sur des structures hiérarchiques pyramidales, plus hautes représentantes de la subdivision du monde en une mosaïque de nations, montrent ainsi leurs limites et seront bientôt complètement dépassées.

Le temps du monde fini[2] est bel et bien implanté. Il est virtualisé, mondialisé et se décline en intrication complexe des réseaux, expansion des plateformes d'achats et ventes en ligne, effacement des frontières au profit de zones d'activités économiques transversales, extension de la mobilité des travailleurs, multiplication des échanges internationaux culturels et universitaires. La finance est également impactée avec les montées en puissance des monnaies privées et les plateformes de financement peer-to-peer.

Un monde mieux informé

La notion de pays, en termes géographique, politique, administratif, économique ou social, n'est plus représentative d'un monde qui, à l'échelon de la planète, s'organise autour de méga-structures. En effet, le monde de l'information transcende les territorialités sur lesquelles sont fondées les notions de pays, de nations et les législations qui les régissent. L'information circule dans un univers en trois dimensions, via des réseaux filaires (au sol), hertziens (dans l'air) et spatiaux (via les satellites).

Apatrides, clouds et réseaux complexifient l'identification des propriétaires, dépositaires, gestionnaires et utilisateurs de l'information. Comment garantir intégrité, exhaustivité, disponibilité et confidentialité d'une information qui transite sur des réseaux d'architectures, organisations et niveaux de sécurité hétérogènes ?

Décider, à l'échelon d'un pays, de stopper l'accès à l'information est une illusion.

Cette matière première est aujourd'hui le plus important fluide énergétique du monde connecté. Grâce à elle, les populations, via les réseaux sociaux et les possibilités d'échanges d'informations de tous types (e-mails, téléphones, visioconférences, télévision, etc.), se sentent « citoyennes du monde » et, comme telles, se savent concernées par ce qui survient de l'autre côté du globe.

De façon lucide ou instinctive, ces populations semblent percevoir que les modes de gouvernance en vigueur ne sont plus en mesure de faire taire leurs inquiétudes sur le « monde qui vient »[1].

Redéfinir le pouvoir régalien

Conscientes d'être directement concernées, elles ont décidé de manière spontanée de s'impliquer dans ce grand bouleversement du monde auquel elles veulent participer, réclamant notamment plus d'égalité, plus de partage, plus de justice. In fine, le mouvement des « Gilets jaunes » est une fissure qui annonce le séisme qui ébranlera la société jusque dans ses fondations.

Le mode de gouvernance du XXIe siècle va devoir tracer sa voie entre transhumanisme[3] et post- humanisme[4].

Le bouleversement induit par les technologies, déjà perçu par les « citoyens du monde », va à brève échéance contraindre les pouvoirs politiques à accepter la redéfinition de la puissance régalienne, à voir s'étioler la notion de souveraineté nationale, à devoir bâtir et mettre en oeuvre un nouveau contrat social[5] ouvrant la porte à une participation plus active des citoyens aux décisions qui vont les impacter.

Comme toute période de grand changement, ce sera une période d'instabilité mais une période intéressante à vivre. L'avenir de notre monde se conjugue au présent.

 __________

[1] Christophe Victor : Le monde qui vient, Plon, 2019

[2] Paul Valéry : « Le temps du monde fini commence » - Regards sur le monde actuel, 1931

[3] Dans notre propos, le transhumanisme présente les sciences et techniques comme un moyen d'améliorer les capacités physiques, psychologiques et intellectuelles humaines, dans l'optique d'engager une évolution de l'humanité.

[4] Dans notre propos, le posthumanisme se positionne sur l'intégration de la technologie à l'être humain, notamment dans l'optique d'une intelligence artificielle intégrée à l'humain et pour créer clones, robots, nanorobots, cyborgs, etc.

[5] Jean-Jacques Rousseau : Du contrat social ou Principes du droit politique, 1762

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/11/2019 à 21:12 :
Le mode de gouvernance du XXIe siècle va devoir tracer sa voie entre transhumanisme[3] et post- humanisme[4].

Ce sont des mots qui expliquent aussi comment l'idée de transformation supposée sera non plus autour de l'humain, mais pour la domestication de son fonctionnement.....

L'humanisme est de fait ce qu'il est, et ne pourra être seulement un sentiment, mais un état d'être.

Ce sont des batailles a venir, entre marketing et culture, être ou avoir, bref a mon avis la deshumanisation est la, visible de tous et qui provoque les révoltes !!!

Quand l'élite pense pouvoir faire objet de l'humanisme ou l'humanité!
Réponse de le 18/11/2019 à 11:45 :
Bonjour,

Comment se nomme le ( ou les ) ou ( un ou des systèmes)«  prédateur «  dans la nomenclature internationale des psychopathologies :
celui qui prend les «  humains  ou l’humanité » pour «  des objets »?

Cordialement,
a écrit le 15/11/2019 à 18:21 :
la transhumance n’est il pas un échec pour l’humanité ?

Le statut humain et ses ressources + potentialité qui restent un mystère pour l’humanité
le chemin le plus court ?comme d’hab...

Augmenter en greffant «  une partie métallique «  ? Pour rendre plus fort ... plus précis ...
La robotisation ?

Cette partie métallique que le cerveau ne pourra jamais tracer , qui peut être fera perdre d’autres fonctions cognitives ?

Pourquoi la Science transhumante veut «  tester «  cela ?

C’est vrai qu’un bras métallique sur une «  souris «  c’est très très limité 😂...
Des cobayes humains ?

Pour que «  les Précieux » de ce monde «terrien « 
surpassent la mort ...

Ça n’arrivera jamais , l’humanité ne pourra pas surpasser «  la mort » c’est une étape qui fait partie du cycle de vie humaine , c’est programmé ainsi.

Nous sommes tous de passage , alors autant laisser des empreintes positives bienveillantes et justes ...

Pourquoi les humains renient ils leur nature humaine interne et externe ?
a écrit le 15/11/2019 à 14:55 :
On divise sans cesse les peuples pour unir la volonté d'une minorité de possédant a travers l'Europe c'est loin de ressemblé a de la Démocratie!
a écrit le 15/11/2019 à 13:51 :
"Un monde mieux informé"

Mais non voyons un monde de "fakes news" que de ça ! Partout sur internet des fakes news !

"UN jour les peuples du monde pourront communiquer entre eux pas delà les états" Nietzsche.

Et ça change tout maintenant les oligarchies ne sont pas obligées d'évoluer aussi vite que la classe productrice, elles ne l'ont jamais fait d'ailleurs car elles étaient toujours plus éclairées, la preuve elles ne le font pas, pire elles la freinent des deux pieds cette évolution or ce sont eux qui possèdent non seulement tous les capitaux mais aussi tous les outils de production du monde parasitant la moindre possibilité pour l'humanité d'avancer enfin, de ce fait nous entrons dans une inconnue d'une oligarchie moins éclairée que la classe productrice. Je peux vous garantir que bien malin est celui qui peut prévoir ce qui va se passer...

On peut même être particulièrement pessimiste quand on voit comme en 36 que cette oligarchie a trouvé ma foi opportun de mettre en place un dirigeant psychopathe et génocidaire afin de leur faire gagner encore plus e blé, qu'ils ont lâché quand ils ont vu qu'il ne lui ferait plus gagner de blé d'ailleurs. Et en UE ona toujours cette même oligarchie, du moins sa filiation qui ne s'est toujours pas remise en question, je ne vois pas comment la nécessité de l'évolution pourrait leur venir à l'esprit dans ce cas là.

Est-ce que d'ailleurs ces gilets jaunes, alors que gens lobotomisés par les médias de masse déjà, ne seraient pas le signe que c'est trop tard, que notre oligarchie nous expose sa préférence de se débarrasser de la moitié de le population mondiale plutôt que d'évoluer et nous autres à perdre du temps à essayer de leur faire comprendre ce que leurs cerveaux ne sont pas paramétrés à comprendre ?

Je vous garantie que quand on sait à peu prêt comment tout fonctionne, difficile d'être optimiste hein... -_-
a écrit le 15/11/2019 à 12:14 :
LOL !!!!!!!

Gilets Jaunes : le bouleversement que va provoquer le « Monde qui vient »

Aucun bouleversement à attendre l'histoire est un éternel recommencement dont on connaît déjà les tenants et aboutissants
a écrit le 15/11/2019 à 12:12 :
Vous avez rédigé cette patée à l'attention de qui ? De vous ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :