Hyperinflation : les graves manipulations historiques allemandes

 |  | 700 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : Weimar Bundesarchiv)
CHRONIQUE. En Allemagne, la peur de l'hyperinflation fait resurgir dans les esprits des économistes la peur des conséquences économiques et politiques ayant conduit à la Seconde Guerre mondiale. Par Michel Santi, économiste (*)

Preuve que l'économie est également - et peut-être d'abord - politique, les économistes allemands tentent désormais de refaire l'Histoire. Voilà en effet de grands noms qui se mettent à triturer les faits historiques afin de les ajuster à leurs thèses, ou plutôt à leurs phobies. Ces ordolibéraux proches du fanatisme mettent en garde contre l'hyperinflation qui, selon eux, ne manquera pas de surgir à la faveur des dépenses publiques allemandes auxquelles ils s'opposent avec véhémence dans le cadre de la crise sanitaire. La rigueur budgétaire devrait être le seul horizon de leur pays afin d'éviter, selon leurs avertissements, de répéter les erreurs de Weimar ayant abouti à l'avènement des nazis par la courroie de transmission de l'hyperinflation des années 1922-1923. Des sommités comme l'économiste Hans-Werner Sinn n'hésitent donc pas à établir une relation de cause à effet directe entre l'hyperinflation et Hitler.

«Dix ans plus tard, ils élurent Adolf Hitler comme Chancelier du Reich», déclare en effet sans ambages Sinn dans une interview accordée il y a quelques mois à la NZZ. Comment ce personnage, influent et très respecté dans son pays, peut-il établir un lien direct entre l'hyperinflation allemande de la République de Weimar ayant suivi la Première guerre mondiale et la montée en puissance de Hitler? Escamotant ainsi d'un coup de baguette magique l'austérité fiscale, budgétaire et la déflation qui - elles - ont réellement et immédiatement précédé l'arrivée en 1933 des nazis au pouvoir. Pour ce faire, Sinn invoque les vieux revenants et alerte que, aujourd'hui comme en 1923, l'argent - «comme le papier» - pourrait ne plus rien valoir. Il est du reste en terrain conquis puisque ces angoisses restent ancrées dans la mémoire collective de ses compatriotes persuadés que le chômage massif du début des années 1930 fut le produit de l'hyperinflation 10 ans plus tôt.

L'hyper orthodoxie allemande !

Sinn, un des économistes les plus réputés de son pays, ne rencontre donc quasiment aucune contestation interne lorsque ses manipulations historiques lui permettent de jeter une passerelle avec la politique actuelle de l'Allemagne qui «vit de la planche à billets». Pour lui, mais également pour nombre d'autres de ses confrères allemands, il serait donc très urgent de revenir à des budgets très stricts, d'adopter des mesures énergiques et déterminées pour contrer l'inflation, afin d'éviter une nouvelle dictature... alors que c'est précisément les réductions phénoménales des dépenses publiques et l'augmentation substantielle des impôts décrétées dès 1930 par le Chancelier Brüning qui propulsèrent les nazis parvenus en janvier 1933 au pouvoir. Il est en effet là, le lien de cause à effet, entre cette rigueur qui aggrava dramatiquement la situation des ménages à bas revenus et qui furent une proie de choix pour des nazis qui n'hésitèrent évidemment pas à exploiter ce mécontentement populaire. Sinn et ses acolytes perdent toute crédibilité dès lors que l'on consulte les résultats électoraux du parti de Hitler qui récolta 2% en 1928, mais 38% en 1932...

L'hyper orthodoxie allemande fait donc fi de l'histoire économique de son pays car ce n'est bien sûr pas l'hyperinflation du début années 1920 qui fut le terreau des nazis 10 ans plus tard, mais bien la pauvreté voire la misère suite à la calamité déflationniste savamment orchestrée par l'austérité du gouvernement Brüning en place de 1930 à 1932.  En fait, vue d'Allemagne, l'économie est quasiment une émanation de la philosophie, voire de la théologie. Selon cette doctrine, il est donc tout naturel d'invoquer les mânes de Weimar pour en appeler à imposer - aujourd'hui en 2021 - l'austérité, quitte à commettre des fautes historiques qui peuvent être lourdes de conséquences.


__

(*) Michel Santi est macro-économiste, spécialiste des marchés financiers et des banques centrales. Il est fondateur et directeur général d'Art Trading & Finance.
Il vient de publier « Fauteuil 37 » préfacé par Edgar Morin. Il est également l'auteur d'un nouvel ouvrage : « Le testament d'un économiste désabusé ».
Sa page Facebook et son fil Twitter.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/04/2021 à 22:13 :
A lire Santi, on croirait que la crise économique mondiale de 1929/30 n‘existait pas et que Brüning poursuivait sa politique d‘austérité que pour des raisons idéologiques. Il est bien discutable si sa politique était bien mesuré pour sortir l’Allemagne de cette crise, mais c‘était la situation économique résultant de cette crise et non pas le manque d‘une solution durable qui est à l‘origine des élections de 1932.
a écrit le 12/04/2021 à 16:35 :
Il y a longtemps que je ne lis plus de livre , je me contente d écouter les commentaires sur les chaines info , et les enseignements en sont plus explicitent .
Que les oligarchies mettent un des leurs aux commandes est banalité .
Que sur 5 débatteurs 4 en fassent partie est une évidence aussi
Que la pub se pointe quand des verités vont être dites est un vrai sujet de censure .
Qui osera comparer Hitler à tel autre oligarque récent .
Pas moi ! D autant qu ils sont tous pacifiques .
a écrit le 09/04/2021 à 11:56 :
"Dix ans plus tard, ils élurent Adolf Hitler comme Chancelier du Reich" Non Hitler n'est pas parvenu au pouvoir par les urnes mais par des arrangements bassement politiciens et quelques meurtres puisque si on ne devait se reposer que sur les résultats de ces élections jamais il n'aurait du avoir le pouvoir. Il serait temps d'arrêter cette chimère, ce n'est pas le peuple allemand qui a voulu Hitler mais son oligarchie. Je recommande à tous la lecture du livre de Vuillard "L'ordre du jour" parfaitement clair et net sur ce sujet. Merci.
a écrit le 09/04/2021 à 10:01 :
Analyse plutôt pertinente, ou comment faire admettre à une population pauvre qu'elle doit encore se sacrifier plus pour le bien du pays.
Ces pervers d'Allemands après la 2 ème guerre mondiale ont bien réussi avec cette doxa pour créer un pays riche de travailleurs pauvres.
Nous Bretons avons admis le fait d'être plus pauvres virtuellement que le reste de la France, mais le chômage y est plus rare, le couple en général travaille à temps plein,70% sont propriétaires de leur bien, en Allemagne c'est l'inverse, l'immigration inutile pour cause d'exode rural est plus faible, l'autoroute est gratuite, la plage en 2h, on n'a pas eu besoin d'économistes farfelus pour se réguler et vivre bien loin des cîtés en brique, la mercédès attendant sagement son maître.
a écrit le 08/04/2021 à 21:23 :
je voulais pas dire mozambique, je voulais dire zimbabwe, vous aviez compris
a écrit le 08/04/2021 à 19:16 :
Si l'on regarde la question des comparaisons, cela fait un moment que la corrélation existe, il suffit de partir de plus loin et le regarder de manière extensible sur ce qui n'était pas simplement la question économique.

Pour moi, l'idéologie actuelle en France et qui relégitime l'idéologie d'extrême droite est la même. Ceci aura son importance au moment clefs de l’après covid vers la question économique.

Comme il semble évident que le média en France baigne dans une idéologie et que nous avons en Hongrie, comme ce fut le cas les mêmes idéologie que "l'ue" car l'Europe est un continent, pour le reste actuellement le partage identitarisme qui fut installé amène simplement a l'analyse du déplacement de l'altérité dans le même corolaire que la guerre 39 45....

Et pour avoir un peu de route sur le sujet, y compris le slogan et les partis respectifs !

Slogan "en marche" avec pétain, et le "rassemble national" en y ajoutant "populaire".

Si ce n'était que cela ......

Alors comme nous ne sommes pas encore dans le réel qui fera la zombification de l'économie comme la com aujourd'hui, ben tout cela va être intéressant, car les corrélations sont de fait !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :