L'Europe intensifie la lutte contre la criminalité et le terrorisme

 |   |  1090  mots
(Crédits : DR)
Si les pays européens ont pris des initiatives contre le terrorisme et le criminalité, l'Europe entend jouer un rôle majeur de coordination et d'impulsion. par Dimitris Avramopoulos, Commissaire européen chargé de la Migration, des Affaires intérieures et de la Citoyenneté.

Au cours des dernières semaines et mois, l'Europe a été la cible d'actes terroristes et de cyber-attaques motivés par des idéologies extrémistes, et facilités par les réseaux du crime organisé. Autant de rappels brutaux des problèmes de sécurité graves auxquels nos sociétés sont confrontées, et de la complexité des réseaux que nous devons combattre.

Les attaques mortelles - les plus récentes à Paris, Copenhague et Bruxelles - ainsi que celles qui ont pu être déjouées ont renforcé la détermination des gouvernements et des institutions en Europe à coopérer plus étroitement que jamais contre les menaces terroristes. Dans le même temps, les populations de l'Union européenne se sont unies pour exprimer leur solidarité avec les victimes, leur indignation et le rejet des menaces idéologiques et physiques. Cet esprit va perdurer et l'UE soutiendra les États membres et les citoyens pour lutter contre ces agressions.

Les Français s'attendent à une menace terroriste en hausse

Une nouvelle enquête Eurobaromètre montre que les Européens considèrent de plus en plus le terrorisme et l'extrémisme religieux comme les principaux défis pour la sécurité de l'UE. En France, 75% des personnes interrogées estime que la menace terroriste augmentera au cours des trois prochaines années. 47% pense que les défis liées à la criminalité organisée augmenteront et 63% que la cybercriminalité va s'accroître. Par ailleurs, la même enquête souligne aussi les préoccupations des citoyens quant à l'impact possible sur leurs droits et libertés des mesures prises pour lutter contre le terrorisme et la criminalité. Répondre à leurs préoccupations en matière de sécurité sera notre priorité pour les cinq prochaines années.

Des actions conjointes de l'UE et des Etats

La Commission européenne vient tout juste de présenter un nouvel Agenda Européen sur la sécurité, avec des actions concrètes pour renforcer la lutte contre le terrorisme, le crime organisé et la cybercriminalité. Cet Agenda prévoit des actions conjointes de l'UE et des États membres afin d'assurer un niveau élevé de sécurité intérieure, dans le plein respect de nos valeurs et droits fondamentaux. L'Europe ne part pas de zéro, mais les risques de sécurité évoluent et nous devons affûter nos outils. Nous avons besoin d'échange d'informations plus efficace entre les forces de l'ordre des États membres et d'une meilleure coopération opérationnelle, et nous allons aider les États membres à atteindre cet objectif.

Un nouveau centre de lutte contre le terrorisme

La lutte contre le terrorisme et la radicalisation est un axe majeur de notre Agenda. En premier lieu, nous allons créer un Centre de lutte contre le terrorisme, dans le giron l'agence européenne EUROPOL. Ce nouveau centre mettra en commun nos ressources et l'expertise disponible. Il aidera les États membres dans la lutte contre le financement du terrorisme, l'extrémisme violent et le recrutement en ligne, le trafic d'armes à feu, et pour répondre au défi posé par les soi-disant «combattants terroristes étrangers» qui reviennent en Europe après un séjour dans des zones de conflits.

Un pôle européen de connaissance

Pour stimuler les efforts contre la radicalisation, nous allons mettre en place un un pôle européen de connaissance, en s'appuyant sur le travail de notre réseau de sensibilisation à la radicalisation. Ce pôle d'excellence permettra de renforcer l'échange d'expériences entre les praticiens engagés dans la prévention de la radicalisation et de l'extrémisme violent au niveau local. Il alimentera aussi en recommandations les décideurs européens, nationaux et locaux, et encouragera les initiatives de prévention en Europe et hors de ses frontières, en collaboration avec des partenaires clés de pays non-européens.
La lutte contre les cybercriminels et les terroristes se déroule en ligne. Au cours des dernières semaines, des attaques contre les médias ont eu lieu, visant directement la presse libre en Europe, notamment dans le cas de TV5 Monde en France. En exploitant la technologie moderne, les groupes terroristes affiliés développent également leur propagande en ligne pour recruter et radicaliser des individus. Je vais lancer un forum européen réunissant les sociétés informatiques et les médias sociaux, afin de développer le type d'outils dont nous avons besoin pour contrer la propagande terroriste sur l'Internet et les réseaux de médias sociaux.

Lutter contre les cyber-attaques

La portée et l'ampleur de la cybercriminalité posent des défis importants pour les ressources des forces de l'ordre. Le Centre européen de lutte contre la cybercriminalité luttera contre les cyber-attaques, les logiciels malveillants, l'exploitation sexuelle en ligne des enfants, et la fraude sur les paiements. Nous allons également lever les obstacles qui entravent encore les enquêtes criminelles en matière de cybercriminalité, notamment concernant l'accès aux éléments de preuve.

À la base de l'ensemble de ces menaces se dessine un réseau financier sophistiqué, soutenu par le crime organisé. Mettre fin au financement est clé dans la lutte anti-terroriste. La Commission européenne est prête à durcir les règles et à envisager de nouveaux outils juridiques.

110 milliards d'euros de revenu annuel pour le crime organisé

Sévir contre les groupes criminels organisés et les profits illicites qu'ils génèrent est ainsi une priorité de l'ordre du jour. Une étude récente estime que les revenus du crime organisé dans l'UE atteignent au moins 110 milliards d'euros par an. Le trafic de drogue, les ventes illicites d'armes à feu, le trafic d'êtres humains sont tous des domaines que nous devons aborder ensemble, et en coopération avec les pays voisins. Les autorités répressives ont amélioré leur capacité à confisquer les avoirs appartenant à des criminels au cours de la dernière décennie. Mais nous pouvons faire mieux en renforçant les pouvoirs des cellules de renseignement financier et suivre de plus près les transactions financières des criminels.

Nous devons offrir aux citoyens européens la possibilité de vivre et de travailler dans une Europe ouverte, prospère et sûre, sans compromettre nos valeurs et notre identité. La sécurité et le respect des droits fondamentaux sont indispensables et vont de pair. L'Agenda européen sur la sécurité fournira les outils nécessaires à une Europe plus sûre et une défense résolue de nos valeurs fondamentales.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/04/2015 à 21:02 :
La criminalité et le terrorisme comme des grands alibis. En fait, toujours aussi téméraires, les dirigeants étasuniens et ses vassaux européens sont en train de disposer des pièces incendiaires sur l’échiquier de l'Europe de l'Est, renforçant le risque d’une guerre totale avec la Russie. En Europe, bien entendu !
On ne peut s’empêcher de conclure que c’est Washington qui organise cette chorégraphie en vue d’une guerre totale avec la Russie. Compte tenu de la décrépitude, voire de l’effondrement de l’empire mondial étasunien, et de la faillite de son économie capitaliste, le motif pernicieux d’une telle guerre commence à apparaître au grand jour.

À moins, bien entendu, que le peuple des États-Unis et des autres pays ne s’unisse d’une manière ou d’une autre pour abolir un régime qui, à Washington, a échappé à tout contrôle.
a écrit le 29/04/2015 à 12:41 :
Comment prendre au sérieux d'aussi verbeuses incantations quand l'on a en face des yeux le spectacle d'une Union désunie d'antagonismes, parfois aux antipodes les uns des autres.Ce bazar bruxellois, qui ne semble voir qu'à l'est du continent avec l'Ukraine et contre la Russie, peut-il apercevoir les rives de la Méditerranée, avec ses drames et guérillas ou guerre civile et son chemin d'immigration forcené d'erres cherchant à survivre ? En dehors d'exigences de gestion budgétaire, qui s'y intéresse à la sottise dogmatique des modalités de Schengen par rapport à la communauté possible de mentalités et de pensée de ses populations aussi disparates ?
a écrit le 29/04/2015 à 12:10 :
L'UE a ouvert les frontières pour mieux enfermer les individues!
Réponse de le 29/04/2015 à 15:21 :
Fermons les frontières et rendez nous notre liberté démocratique!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :