L'intelligence collective, pilier de l'entreprise du futur

 |   |  848  mots
(Crédits : Pixabay / CC)
OPINION. Nous sommes entrés dans une reconfiguration du marché où la vitesse de création et de renouvellement de l'entreprise sont un facteur stratégique majeur. Nous devons donc collaborer avec des femmes et des hommes qui ont des compétences différentes, nous devons intégrer la psychologie dans nos processus, et transformer nos offres rapidement, et travailler sur la collaboration hommes-machines. Par Jérôme Lehmann, DG de Helpline.

Au-delà de la transformation digitale et du déploiement des nouvelles technologies, l'Entreprise du Futur repose également sur le socle du collaboratif et plus précisément sur l'intelligence collective.

Dans notre environnement de travail actuel, l'intelligence collective est indispensable.

Historiquement, la France est un pays d'ingénieurs qui valorise l'expertise et la connaissance. Les écoles d'ingénieurs forment de bons experts et managers qui apprendront ensuite un métier fondé sur une expertise définie, qu'ils consolideront dans le temps. Après plusieurs années d'expérience, ils seront reconnus pour leur expertise et deviendront manager. Ils auront la responsabilité de former les plus jeunes et acquerront leur légitimité à leurs yeux par leurs connaissances.

Dans une majorité d'entreprises, les plus anciens forment les plus jeunes au métier. Mais le monde est globalement devenu « VUCA » : Volatility, Uncertainty, Complexity, Ambiguity. Les métiers évoluent très vite, créant son lot d'incertitudes, avec parfois de la volatilité. Les clients attendent toujours plus de valeur, souhaitent vivre et mettre en place des expériences nouvelles. Nous travaillons aussi dans un monde incertain et complexe, dont une partie de l'activité d'aujourd'hui sera robotisée demain, et nous composons avec tous ces éléments, pour créer les offres de demain. Notre façon de travailler aujourd'hui ne sera pas la même dans 12 mois.

Pluridisciplinarité et solidarité pour réussir

Nous sommes, en effet, entrés dans une reconfiguration du marché où la vitesse de création et de renouvellement de l'entreprise sont un facteur stratégique majeur. Il faut à la fois être créatif mais aussi réfléchir différemment. Aujourd'hui, nous pensons expérience client. Le processus n'est plus le seul facteur de performance, mais le savoir être, la relation client, l'intelligence émotionnelle, l'empathie sont des éléments aussi importants (les sciences sociales et les sciences dures doivent collaborer). Nous devons donc collaborer avec des hommes qui ont des compétences différentes, de différents horizons, qui ont des prismes différents, nous devons intégrer la psychologie dans nos processus, et transformer nos offres rapidement, et travailler sur la collaboration hommes-machines.

Ainsi, pour réussir, il faut des personnes de compétences différentes avec certes de la pluridisciplinarité mais aussi de la solidarité pour faire face et dépasser les limites individuelles. L'enjeu, pour le dirigeant, est de savoir sortir d'une autorité prescriptive et de passer à une autorité de compétences et d'influence, plus riche et plus ouverte.

Comme le dit le sociologue Pierre Veltz, « La performance repose moins sur la qualité et le coût des diverses ressources que sur l'intelligence de leur combinaison, autrement dit l'efficacité de l'organisation et du tissu relationnel ».

L'intelligence collective et la coopération, c'est un peu « créer ensemble », mais c'est aussi et surtout « faire face à l'inconnu ensemble » et cristalliser une énergie positive. Enfin, l'intelligence collective est comme une Ressource Stratégique à part entière dans l'Entreprise, faisant levier sur les interactions entre les collaborateurs.

Les difficultés de la mise en place de l'intelligence collective

Bien qu'une majorité de salariés (83%) expriment un réel besoin de collaborer, il existe encore deux principaux freins à l'essor de l'intelligence collective : le manque de confiance dans et entre les équipes ainsi que le manque d'authenticité dans la démarche.

Aujourd'hui, dans notre travail, qui est devenu et devient de plus en plus complexe, nous sommes interdépendants : ma réussite dépend des actions que mon collègue a menées avant moi et de celui qui les mènera après moi. Individuellement, nous ne sommes pas en toute puissance. Et c'est sans compter les aléas, les événements externes qui viennent modifier continuellement l'environnement.

Coopérer c'est reconnaître la compétence de l'autre, ses forces, son talent mais aussi ses faiblesses et difficultés. C'est accepter l'autre tel qu'il est, dépasser les préjugés et composer avec lui, lui faire confiance. C'est faire preuve de consensus et savoir naviguer le monde relationnel qui est souvent fait d'ambiguïté et de non-dits.

Dans un monde scientifique et technologique, dans lequel on maîtrise tout et cela nous rassure, c'est un vrai enjeu. Là encore, la solidarité est une intelligence collective !

Relever le défi de l'intelligence collective

Plusieurs méthodes existent pour favoriser l'intelligence collective. Mais la première est déjà de prendre conscience de l'importance du sujet et de sa valeur ! En outre, l'intelligence collective doit être ancrée dans l'organisation et le rôle de manager est de l'entretenir et la développer. Pour cela, il doit :

  • Veiller à ce que la majorité des créations et initiatives émanent de l'intelligence collective.
  • Ensuite, il faut créer les conditions permettant à chacun d'utiliser cet outil précieux :
  • Donner l'exemple en faisant confiance (nous avons vu précédemment que c'était le principal facteur limitant) à son entourage,
  • Donner du feed-back aux équipes,
  • Privilégier la communication fluide et constante (agile) plutôt que structurée sans écho.
  • Accepter les refus, le « non », les avis contradictoires, les égos.
  • Entretenir les zones d'échanges.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/11/2019 à 18:56 :
L’intelligence collective dans un groupes ou plusieurs clans , ou une équipe vraiment soudée ?
Tous les groupes ne donnent pas la même synergie et le même résultat car chaque élément du groupe est différent donc chaque intelligence collective est différente .
Non ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :