La guerre commerciale n'aura pas lieu !

 |   |  746  mots
Michel Santi, économiste.
Michel Santi, économiste. (Crédits : DR)
OPINION. Si la guerre commerciale avec les États-Unis s'intensifiait, l'une des options de la Chine pourrait consister à déclencher sa "bombe atomique", à savoir se délester de ses gigantesques avoirs en bons du Trésor américain provoquant ainsi en théorie un effondrement du dollar. Mais pas si simple car Trump sait pourquoi la Chine a plus besoin des États-Unis que l'inverse... Par Michel Santi, économiste (*).

La Chine n'est pas une nation belliqueuse. La guerre, pour elle, consiste à développer à outrance ses relations commerciales. Autrement dit, la défense de ses intérêts économiques est, pour la Chine, une extension de la guerre. Quant à son option nucléaire dans le cadre d'une intensification du conflit commercial l'opposant aux États-Unis, elle serait de se délester de ses avoirs massifs en bons du Trésor américain provoquant ainsi en théorie un effondrement du dollar.

Pourtant, la Chine ne détient (selon les chiffres officiels) que 1.130 milliards de dollars (USD), une fraction de l'encours global des 22.000 milliards de dollars de dette américaine. Elle est parfaitement au fait, par ailleurs, que les «T-Bonds» ne sont qu'un substitut du cash... qu'elle devra bien placer d'une manière ou d'une autre le jour - hypothétique - où elle aura liquidé ses réserves en dette américaine.

Le piège des "T-Bonds"

Elle est donc face à un problème de taille car de telles sommes sont impossibles à investir dans d'autres monnaies et vers d'autres destinations offrant le même degré de liquidité que respectivement le billet vert et le marché américain. Seul le dollar permet en effet, pour les investisseurs et pour les entreprises du monde entier et à plus forte raison de Chine, de traiter en toute sécurité et sans crainte de volatilité excessive, les matières premières, le pétrole, le marché international de la dette...

Aussi, les banques centrales du monde entier - principalement celles aux économies fragiles - détiennent-elles principalement les bons du Trésor US qui remplacent virtuellement le cash et qui, en outre, ont l'avantage de payer un intérêt. La Banque de Chine verrait donc une longue liste de prétendants désireux de se porter acquéreurs de ses bons du Trésor US le jour où elle aura décidé de s'en dessaisir, acheteurs qui seraient comblés de pouvoir augmenter leur propre stock en dette américaine.

Le marché obligataire US représente effectivement un outil idéal à disposition des banques centrales car il autorise une liquidité immédiate dans une conjoncture où elles souhaiteraient vendre rapidement ces actifs afin (par exemple) de stabiliser leur monnaie. La dette souveraine américaine est ainsi une authentique valeur refuge pour la totalité des nations émergentes ou en développement, comme elle l'est pour la Chine elle-même qui, pour protéger ses propres intérêts vitaux, devra impérativement trouver des placements alternatifs offrant les mêmes niveaux de stabilité, de liquidité, de rentabilité et de flexibilité.

Trump sait que la Chine a plus besoin des États-Unis que l'inverse

Par ailleurs, l'hypothèse où elle liquiderait ses bons du Trésor américain (qui seraient immédiatement absorbés par les émergents, mais également par le Japon et par l'Europe), en conservant néanmoins le produit de ces ventes en dollars, verrait les banques du monde entier détenant les dépôts chinois... les réinvestir sur le marché de la dette US privé et public peu risqué et rémunérateur ! Seule une dévaluation substantielle de sa monnaie (le yuan) lui permettrait de contrecarrer, voire de neutraliser, les barrières douanières américaines en propulsant ses exportations vers ce pays. Si ce n'est que l'effet collatéral d'une telle manipulation du yuan induirait une réaction en chaîne affectant sévèrement et la dette publique chinoise et les débiteurs privés chinois, accompagnée d'un effet domino sur l'ensemble de la région.

En somme, les mesures de rétorsion à disposition des Chinois sont plus que limitées dans cette confrontation les opposant à l'administration Trump qui durcit désormais le ton, consciente que la Chine a bien plus besoin des excédents américains que les États-Unis ont besoin du commerce et des finances chinoises. Dans son contexte actuel fait d'endettements massifs, de contrôle des capitaux et de dépendance aux exportations vers les États-Unis, la Chine n'a aucune chance de prévaloir. La guerre commerciale entre ces deux pays n'aura donc pas lieu, car la Chine l'a en fait déjà perdue.

___

(*) 1 trillion = 1 milliard de milliards

____

(*) Michel Santi est macro économiste, spécialiste des marchés financiers et des banques centrales. Il est fondateur et directeur général d'Art Trading & Finance.

Il vient de publier «Fauteuil 37» préfacé par Edgar Morin

Sa page Facebook et son fil Twitter.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/05/2019 à 9:07 :
Cet article tiens plus de l'incantation que d'une analyse économique
Les Américains peuvent s'agiter pour défendre leur suprématie technologique actuelle,les faits sont têtus et si ils peuvent gagner une bataille ils peuvent aussi perdre la guerre face aux Chinois.
Pour exemple les sanctions contre la Russie ont motivé les Russes a planter des arbres fruitiers, a développer leur agriculture céréalière , ils battent actuellement les records de production de l’ère soviétique. Le résultat des sanctions c'est que maintenant les Russes menacent nos marchés a l'exportation dans le Maghreb.
Les Chinois trouveront moyens de s'affranchir des sanctions américaines et ils sont prêts a endurer des sacrifices (de gré ou de force) bien supérieurs aux Américains.
a écrit le 21/05/2019 à 8:48 :
L'article fait l'impasse sur les aspects géopolitiques sur lesquels la Chine peut agir.
Par exemple la Chine peut maintenant declarer :

Dans le but de respecter les termes de l'accord sur le nucleaire avec l'Iran, nous decidons :
1 - d'acheter le brut Iranien pour leur donner les moyens d'avoir un juste retour economique que l'accord devait leur donner
2 - Lancer un grand plan de developpement du super champ gazier que Total nous a laissé en totalité
a écrit le 21/05/2019 à 0:27 :
"22 trillions de dollars de dette américaine", avec la précision "1 trillion = 1 milliard de milliards" ?

C'est évidemment faux, la dette américaine étant de 22000 milliards de dollars, et non pas de 22000000000 milliards de dollars.

Merci de vous relire avant de publier !
a écrit le 20/05/2019 à 22:41 :
Analyse intéressante et contrariante qui, je trouve, rassure un peu
Cela dit, je me demande si la guerre commerciale n'est pas le prélude à une nouvelle Chine, tournée vers l'intérieur.
Jusqu'à présent, la Chine a fait mine de se tourner vers l'extérieur, tout simplement pour mieux piller les technologies et savoirs des occidentaux avec comme carotte les bas coûts de production, permettant d'augmenter le pouvoir d'achat et vaincre l'inflation des pays clients, et la promesse d'un eldorado de marché intérieur chinois.
A présent que cette stratégie a des hoquets, je pense que les Chinois vont tout simplement mettre à profit leur avance sur biens des domaines bien mal acquise au profit de leur marché intérieur, qu'ils fermeront soigneusement aux occidentaux. D'ailleurs cela a déjà commencé : les gafas n'ont aucune emprise dans le marché chinois contrôlé et cloisonné, et les industriels occidentaux ne vendent plus rien tel Citroën qui pensait vendre sa DS et dont les usines tournent à vide et bientôt les allemands pourtant si conquérants il y a peu.
a écrit le 20/05/2019 à 20:58 :
C'est une analyse superficielle....et le tout pour conclure que la guerre commerciale n'aura pas lieu alors qu'elle se déroule sous nos yeux. Évidemment la Chine a bien plus à perdre que les USA mais ça ne veut pas dire que les USA vont gagner cette guerre commerciale. Premièrement les USA ont déclenché les hostilités avec un objectif, redéfinir les relations commerciales entre la Chine et les USA. Si les USA n'atteignent pas cet objectif, ils n'auront pas gagné cette guerre. Deuxièmement le point central qui n'est même pas évoqué est la montée en puissance technologique de la Chine. Si Trump cible par exemple Huawei, ce n'est pas un hasard. Dans ce bras de fer technologique il peut y avoir deux issues:
-soit le secteur technologique chinois en ressort affaibli et le secteur high tech américain reprend l'initiative
- soit au contraire la stratégie Trump accélère le développement d'un secteur technologique chinois qui ne dépend plus des USA, ce qui pour les USA serait une catastrophe.
Quand on sait que la Chine a lancé un plan d'investissement massif dans les semi-conducteur, la stratégie Trump peut potentiellement se retourner contre les USA si la Chine réussit à fabriquer des composants performants et interdit aux entreprises nationales d'importer des composants US.
Réponse de le 20/05/2019 à 21:42 :
Sans compter que la Chine contrôle plus de 90% des terres rares, donc plus d'export, plus de semi conducteur !
a écrit le 20/05/2019 à 17:00 :
Tout dépend ce que l'on nomme guerre commerciale, si c'est des hausses de taux de douane elle a déjà eu lieu dans les deux sens non ? Même si plus pour sauver l'honneur côté chinois que pour faire mal aux américains.

Mais vous avez raison ce qui redonne du sens à ce que fait trump en pratiquant la politique protectionniste.

Car quand un pays a encore une puissance politique avant que sa nation soit anéantie il devrait impérativement sauver ses citoyens via des mesures protectionnistes elles sont là pour ça, elles sont largement déjà utilisées mais seulement pour l'intérêt des mégas riche qui a fini par nous projeter droit dans le mur.

CE sont les règles américaines économiques que le monde suit plus ou moins, celui qui voudra vraiment concurrencer ce pays devra tout en restant un allié des états unis proposer une alternative, la mettre en fonctionnement et si les américains voient que cela fonctionne le généraliser.

Or les états unis ont besoin d'une puissance alternative futur éclairée, de faire sans arrêt la course en tête finira par leur faire perdre, et on voit que la paix dans son ensemble en a besoin et que l'économie sans guide n'est que perte de l'âme.

Beaucoup de travail pour le retour de la puissance politique, beaucoup de pain sur la planche et peu de temps au final en comparaison même si les américains savent parfaitement que l'important est que le pouvoir chinois reste crédible vis à vis de son peuple, une priorité. PC chinois et américains ont quand même ça en commun et un ça qui compte plus d'un milliard d'individus ce n'est pas rien.
a écrit le 20/05/2019 à 16:26 :
Rien n'empêche les EU de découpler sa monnaie en circulation intérieure avec celle qui est a l'extérieur! Le retour a des frontières est une remise en ordre!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :