Mixité femmes-hommes : les 6 mesures qui fonctionnent en entreprise

 |   |  708  mots
(Crédits : Reuters)
Six mesures réellement efficaces pour faire progresser la mixité femmes-hommes dans l'entreprise : c'est ce que propose le think tank « Observatoire de la Mixité / pour un progrès durable de l'équilibre femmes/hommes » (**) à l'heure où la progression constatée ces dernières années semble s'enrayer.

Le nombre de femmes dans les Comités exécutifs et à tous les niveaux managériaux stagne depuis plusieurs années. À titre d'exemple, dans les 100 plus grandes sociétés européennes, les comités exécutifs sont composés à 89% d'hommes (83%aux États-Unis) (*). Un constat inquiétant tant les « mesures mixité » mises en place au sein des entreprises françaises sont nombreuses.

Des processus inadaptés à l'inclusion des femmes (recrutement, âge de sélection des hauts potentiels, etc.), ainsi que des résistances au changement chez les hommes, et chez les femmes elles-mêmes, expliquent pour partie cette stagnation. Mais il faut aussi se pencher sur les détails de la mise en œuvre réelle de ces « mesures mixité », qui quand ils ne sont pas suffisamment définis peuvent mener à des erreurs d'application puis à des effets contre-productifs.

Mesures vs "mesurettes"

Face à un tel état de fait, l'Observatoire de la Mixité s'est mobilisé. Depuis 18 mois, nos travaux d'observation nous ont conduits à identifier 3 grands points de blocage :

  • d'abord, un trop grand nombre de solutions destinées à faire progresser la mixité face auxquelles le(a) décideur(e) a du mal à distinguer les mesures efficaces des « mesurettes »;
  • l'absence d'une boîte à outils efficace permettant de mettre en place les bonnes pratique;
  • et enfin, le manque d'un plan d'action simple, lisible pour les collaborateurs et comptant un nombre de mesures limitées.

Nos travaux nous ont ensuite menés à sélectionner, parmi 40 « mesures mixité », celles qui font réellement une différence.

L'Observatoire de la Mixité propose donc 6 mesures qu'il encourage à mettre en œuvre de manière concomitante :

1 - Présenter un engagement fort des dirigeant·e·s ;

2 - Opérer un changement de culture durable de l'entreprise, vers une culture de l'inclusion, par une sensibilisation de tous et toutes les employé·e·s aux questions de Mixité ;

3 - Prendre en compte la différence entre les cycles de carrières féminins et masculins dans les process RH et opérationnels ;

4 - Fixer à chaque dirigeant et manager des objectifs individuels de Mixité, précis et ambitieux ;

5 - Partager en interne et à l'externe le tableau de bord des indicateurs Mixité, dans 3 grands domaines : les viviers de talents, les COMEX/CODIR, la mobilité et l'évolution ;

6 - Généraliser l'usage d'un langage inclusif, dans les entreprises, les médias et le grand public.

Chacune de ces mesures s'accompagne de modalités de mise en œuvre détaillées et concrètes. A titre d'exemples, on peut citer les détails suivants pour la mesure consistant à prendre en compte la différence entre les cycles de carrières féminins et masculins : la prise en compte des grossesses dans les cycles de carrière, qui doit conduire les entreprises à élargir la fourchette d'âge auquel on peut être désigné comme haut-potentiel ; l'adaptation des horaires de travail et de réunions ; l'adaptation des  fiches de postes pour les positions les plus élevées, les fiches de postes devant par ailleurs intégrer des critères « atteignables » pour les femmes.

La finalité de l'Observatoire de la Mixité est de diffuser ces 6 mesures le plus largement possible en France et à l'international. Il souhaite également les partager et les enrichir avec les entreprises de toutes tailles ainsi qu'avec les organismes syndicaux ou patronaux afin de recueillir les retours d'expérience.
____
SIGNATAIRES :

Michel Landel (DG de Sodexo), Marie-Christine Mahéas, Caroline de La Marnierre, Viviane de Beaufort, Ingrid Bianchi, Arnaud de Bresson, Agnès Bricard, Armelle Carminati, Clara Gaymard, Brigitte Grésy, Daniel Lebègue, Cristina Lunghi, Marie-Hélène Marot de Priester, Laurent Saint-Martin, Agnès Touraine, Olga Trostiansky, Hélène Valade, Sophie Vernay.

Et les sociétés : SUEZ (Nicole Houel, Frédérique Raoult), Sanofi (Alexandra Rocca), ENGIE (Elisabeth Richard), Carrefour (Mathilde Tabary), Crédit Mutuel Arkea (Audrey Trotereau)
___

NOTES
(*) Global Gender Balance Scorecard (ou "Tableau de bord mondial de la mixité"), par 20-First.
(**) L'Observatoire de la mixité est un think tank créé et piloté par l'Institut du Capitalisme Responsable* (ICR), parrainé par Michel Landel, directeur général de Sodexo, et coordonné par Marie-Christine Mahéas. L'Observatoire de la mixité est composé d'émetteurs (Crédit Mutuel Arkea, Carrefour, Engie, Sanofi, Sodexo et Suez) et d'expert.e.s de la mixité.


Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/10/2017 à 18:46 :
il y a un oubli sur la liste des mesures :
l'inclusion de la théorie des genres.
pourquoi un couple d'hommes n'auraient pas le droit de prise en compte des même droit qu'une femme qui prend des congés pour sa grossesse pendant sa carrière?
allez bon courage , pour votre programme " mixité".

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :