Obsolescence programmée : un enjeu climatique de premier plan

 |   |  1106  mots
Un allongement de la durée d'utilisation des équipements informatiques et de télécommunications de 50% permettrait d'économiser 5,2 millions de tonnes de CO2 par an.
Un allongement de la durée d'utilisation des équipements informatiques et de télécommunications de 50% permettrait d'économiser 5,2 millions de tonnes de CO2 par an. (Crédits : Reuters)
OPINION. Allonger la durée de vie des produits serait un moyen de réduire notre impact écologique. Car fabriquer des objets émet du CO2, de même que leur transport, leur stockage et la gestion de leur fin de vie. Par Samuel Sauvage, président de l'association Halte à l'obsolescence programmée et chef de projets économie-environnement au cabinet Auxilia.

Si l'obsolescence programmée n'était pas seulement une question de déchets de ressources naturelles, mais plus généralement un enjeu climatique ? Car si la pratique consistant à limiter la durée de vie d'un produit, de façon à favoriser le marché de renouvellement, est suffisamment bien documentée pour avoir été interdite en France depuis 2015, son volet énergétique n'a jamais été précisément évalué. Or, fabriquer des objets émet du CO2, de même que leur transport, leur stockage et la gestion de leur fin de vie (dont le recyclage).

Un sujet absent des négociations environnementales

Ainsi, l'obsolescence accélérée des produits, en augmentant artificiellement le nombre de biens fabriqués, participe-t-elle de nos émissions de gaz à effet de serre (GES). Pourtant, ce sujet n'est jamais intégré dans les négociations climatiques internationales, et ne figure pas dans les programmes d'action des plans climat ou des stratégies locales de transition énergétique. Cette ignorance est-elle fondée, compte tenu de la contribution limitée de l'industrie manufacturière à nos émissions de CO2 (11% des émissions de GES), ou au contraire s'agit-il d'un angle mort de nos politiques énergétiques, à...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/03/2019 à 10:32 :
J'ai remplacé une vanne de purge dans ma machine à café Mellit* (avait 3 ans à l'époque), pièce achetée en Belgique flamande sur le web, démonté et fait moi même, sinon il fallait envoyer la (lourde) machine au SAV en région parisienne (ai gardé l'emballage avec les amortisseurs polystyrène incorporés) mais me suis demandé le coût du transport A/R vu le poids + frais de réparation. Peut-être autant qu'en racheter une nouvelle pimpante ? Les appareils sont-ils trop bon marché ? Réparer c'est bien quand le temps ne compte pas. Remplacer un transistor HS dans un radio réveil cubique Sony, long à démonter, ça serait facturé combien ? J'ai eu des chocolats comme 'salaire' (transistor de récup). :-)
Mon imprimante laser HP LJ5L à 20 ans, elle dure tant qu'on trouve du toner (une cartouche me fait 7-8 ans), faut parfois aider le papier à avancer. Mais elle ne fait pas la couleur (obsolescence en vue ? :-) ).
a écrit le 19/03/2019 à 10:29 :
Oui l'obsolescence programmé est un problème qui génère beaucoup de déchets electronique quand on renouvèle les ordinateurs, les serveurs, les écrans,(TV et autres).
il faudra peut être inventé l'electronique sans souduré avec des composants qui puissent être renouvelable et non indestructible. pour reduire la trace environnemental de l'obsolescence programmé il faut améliorer les machines (ordinateurs) et les batteries de portable pour que le matériel dure 2 à 5 ans de plus voir plus. oui l'enjeu climatique est important pour reduire la trace matériel de l'electronique on ne peut reduire l'electronique à un tas d'atomes que l'on combine ou recombine. Pour celà il faut developper l'economie circulaire avec des machines durables et des equipements electroniques qui ne sont detruit au bout de 5 ans. Mais la massification des equipements electroniques avec le developpement et la democratisation d'internet montre que la pente est rude pour atteindre les objectifs environnementaux. Reduire nos déchets très important pour l'avenir : recycler les equipements, durée de vie plus longuen ecoparticipation oui on peut faire un "vrai effort" pour l'environnement mais il faut redefinir la source physique c'est à dire "reinventer l'electronique " (nanotique ? autre ? d'autres composants reemployables ? puces et transistor ecologique ?) C'est un defi pour les chercheurs et par exemple pour la CEA avec le laboratoire du Leti ( pour lequel j'avais fait un projet médical il y a 20 ans).
Les nano technologies peuvent -elles être verte et vertueuses ? Peut être . Oui l'obscolescence programmé est à intégré dans la construction et la production des futures composants electroniques !
a écrit le 19/03/2019 à 8:33 :
Il faudrait aussi parler de l'obsolescence programmée du salarié pour réduire sa retraite au minimum vital...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :