Pacte Arabie/États-Unis : reflet d'une Amérique vulnérable

 |   |  1016  mots
Michel Santi, économiste.
Michel Santi, économiste. (Crédits : DR)
OPINION. Les pétrodollars sont encore et toujours cruciaux pour les États-Unis car ceux-ci doivent financer un déficit de l'ordre du trillion de dollars. Voilà pourquoi toute velléité émise par un producteur de libeller ses ventes de pétrole en euros ou en une autre devise est immédiatement prise très au sérieux par les USA, qui agissent en fonction, quelles que soient les conséquences humaines ou géopolitiques. Par Michel Santi, économiste(*).

Les États-Unis reviennent de loin. Leur dollar était, au début des années 1970, en situation précaire du fait du coût exorbitant de la guerre du Vietrnam. Par ailleurs, les effets combinés de divers programmes sociaux ne leur permettaient plus de maintenir la parité contre l'or établie en 1944 à Bretton Woods. Comme ils imprimaient toujours plus de monnaie afin de pallier leurs déficits grandissants, la valeur du dollar ne fit que se dégrader en toute logique vis-à-vis de l'or, suscitant une méfiance généralisée à l'encontre du billet vert et conduisant des pays comme la France ou la Suisse à exiger une conversion immédiate en or de leurs réserves libellées en dollars. Confrontés à la perspective de subir un érosion irrémédiable de leurs stocks d'or si d'autres nations exigeaient la convertibilité immédiate de leur dollars contre l'or, les USA annoncèrent donc, en 1971, l'abandon du système de Bretton Woods et décrétèrent le libre flottement de leur monnaie.

Il était pourtant évident que cet authentique bouleversement de paradigme consistant à laisser librement fluctuer les monnaies les unes contre les autres, indépendamment du cours de l'or, ne réglerait en rien les soucis américains qui subissaient une vraie crise de confiance à cause de leur mauvaise gestion économique et financière. Ce n'est en effet pas le flottement du dollar, annoncé unilatéralement, qui encouragerait les nations et investisseurs du monde à financer la dette américaine de plus en plus incontrôlable. Les États-Unis devaient donc impérativement trouver des débouchés pour le marché de leur dette, sans devoir être contraint de monter leurs taux d'intérêt.

Échange de bons procédés

C'est alors que le Président Nixon dépêcha en 1974 en Arabie Saoudite son secrétaire au Trésor, William Simon, avec pour mission de négocier un arrangement qui dure encore à ce jour. Les USA seraient le premier fournisseur d'armes du royaume et son protecteur le plus déterminé en contrepartie de quoi les saoudiens recycleraient les dollars issus de leurs ventes pétrolières pour financer les déficits américains par l'entremise d'achats massifs de bons du Trésor. Échange de bons procédés d'une simplicité enfantine, permettant de soulager les finances publiques US tout en assurant la sécurité d'un pays instable, menacé de l'extérieur dans un contexte géopolitique tourmenté, mais également de l'intérieur (souvenons-nous entre autres de l'assassinat en 1975 du roi Faysal par son propre neveu). Le pétrodollar était donc né, d'une volonté américaine de neutraliser l'arme du pétrole (qui menaçait à l'époque de plus en plus l'Occident), convenant en outre parfaitement aux saoudiens qui trouvaient aux États-Unis un refuge pour y parquer leurs dollars.

Cette association, il faut bien le reconnaître quelque peu contre-nature, entre les États-Unis d'Amérique et le royaume wahhabite - à une époque où l'Arabie régnait sur l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), laquelle dominait alors pas moins de la moitié du marché ! - devait contraindre tous les autres exportateurs d'utiliser le dollar qui retrouva dès lors une nouvelle jeunesse car de plus en plus demandé, sollicité, convoité et par les vendeurs et bien-sûr par le acheteurs de pétrole qui devaient obligatoirement s'en procurer pour régler leur facture énergétique. Pétrole saoudien contre protection US, garantie américaine d'abriter en toute sécurité sur son territoire les pétrodollars arabes en échange du financement de son train de vie : c'est ce pacte américano-saoudien qui devait ainsi consacrer la toute puissance de la monnaie américaine à l'échelle universelle, le tout dans une opacité absolue de part et d'autre et dans une étroite collaboration mutuelle, car nul ne peut évaluer avec précision, même aujourd'hui, la nature ni la quantité des actifs saoudiens investis aux USA.

Préserver le pétrodollar, une nécessité


En 2020, l'OPEP ne représente plus que 30% du marché pétrolier mondial et l'Arabie n'est plus que le troisième producteur derrière la Russie et... les États-Unis. Les pétrodollars sont néanmoins encore et toujours cruciaux pour les États-Unis car ceux-ci doivent financer un déficit de l'ordre du trillion de dollars. En d'autres circonstances, le déclin de l'OPEP et du rôle relatif de l'Arabie Saoudite désormais distancée par les États-Unis devenus eux-mêmes plus grands producteurs de pétrole auraient dû sonner le glas du pétrodollar. C'était compter cependant sans ces mille milliards de dollars que les USA se doivent de financer et qui les rend toujours très sensible et extraordinairement attentifs à tout ce qui se passe en Arabie Saoudite et dans cette région du monde. Les États-Unis ont donc plus que jamais besoin que le dollar reste la monnaie la plus sollicitée au monde, comme il leur est vital de pouvoir attirer suffisamment de flux financiers pour financer leurs déficits. Une crise budgétaire provoquée par un assèchement de l'approvisionnement en pétrodollars exercerait une remontée immédiate de leurs taux d'intérêt, un effondrement de la valeur du dollar, une envolée de leur inflation, bref une réaction en chaîne dont le spectre conditionne évidemment leur politique étrangère.

Voilà pourquoi toute velléité émise par un producteur de libeller ses ventes de pétrole en euros ou en une autre devise est immédiatement prise très au sérieux par les USA, qui agissent en fonction, quelles que soient les conséquences humaines ou géopolitiques. Voilà également pourquoi l'Arabie Saoudite restera un allié central des États-Unis qui en soutiendront toujours le régime, pour préserver le pétrodollar et, en définitive, se préserver.

___

(*) Michel Santi est macro économiste, spécialiste des marchés financiers et des banques centrales. Il est fondateur et directeur général d'Art Trading & Finance.

Il vient de publier «Fauteuil 37» préfacé par Edgar Morin

Sa page Facebook et son fil Twitter.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/02/2020 à 9:42 :
Le premier pays contributeur a la force du dollar a son corps défendant est la Chine qui amasse une énorme quantité de réserve avec son excédent commercial gigantesque et qui ne peut pas la transformer en devise nationale. La puissance du pétrodollar saoudien n'est plus ce qu'elle était. Article un peu daté !
a écrit le 17/02/2020 à 19:47 :
Pour une fois, je ne pense pas que cette analyse soit tout à fait juste. C'est oublier qu'avec la crise de 2008, la Fed est intervenue sur le marché de la dette et détient 20% de la dette us actuelle. Elle partait de 0 en 2008. La Fed est devenue le premier détenteur de bonds US. Rien ne l'empêcherait de monter encore plus haut. L'analyse de Spartiate ci-dessous a donc plus de valeur : le dollars tient sa valeur plus de la puissance technologique et économique des USA que de de l'achat de dettes par les pétromonarchies car l'influence de cet achat est réduit à néant du fait même que dans le même temps, la FEd émet des dollars à un niveau bien plus important pour acheter cette même dette. Pour faire plus simple, les USA n'ont plus besoin des pétrodollars pour acheter leur dette du fait du succès de l'intervention de la fed. Ce sont les pétrodollars qui ont besoins des us pour pouvoir s'investir dans l'économie la plus dynamique et technologique au monde. Tout comme n'importe quel pays au monde est obligé de plier devant les USA s'ils veulent avoir accès au tiers du marché mondial. Et c'est cette demande d'investissement des capitaux et d'accès au plus grand marché de consommation au monde qui fait que la fed peut émettre des dollars sans compter sans que sa valeur n'en soit affecté.
Réponse de le 17/02/2020 à 20:19 :
Les usa ne lâcheront rien sur les bénéfices du sillicon valley et ne laisseront personne leur prendre ce marché , vous travaillez avec «  eux » mais jamais en concurrence sur ce terrain contre eux ,ils ont une bonne longueur d’avance en plus ...des financiers qui les soutiennent.
Les Saoudiens ont pris pour modèle les usa, mais garde leur image actuelle pour pouvoir dominer leur population, chacun sa technique pour faire taire les populations.
a écrit le 17/02/2020 à 17:57 :
Bon article qui rappel des faits historiques mais il manque des réalités sans lesquelles il est incompréhensible de comprendre la position toujours hégémonique du dollar.
D'abord un fait important mais secondaire, les USA ont toujours besoin du pétrole de l'arabie saoudite à cause des différences de qualité de pétrole;
Celui venant d'arabie est beaucoup moins lourd que les pétroles de chiste qui ne se pretent pas bien à l'élaboration du kérosène par exemple, un élément clé de la compétitivité des compagnies aériennes US.

Mais surtout il serait bien naif de croire que le petro-dollar est la cause unique de la prééminence du dollar. Les US sont toujours la nation majeur en matière d'innovation technologique et donc beaucoup de pays en dépendent.
La dépendance de la France vis à vis des Gafam, mais aussi probablement des machines outils européennes, chinoises, coréenne en circuits intégrés US, en composant et capteurs divers.

Mais c'est surtout la sphère financière qui draine les capitaux vers le dollar, le système financier US attire les spéculateurs de toute la planète, the world trade center !
Ce ne sont pas les biens vendus à la France qui impose à la france d'acheter des dollars mais l'attrait du secteur financier US pour les banques francaise.
Et celui ci repose tout de même sur des actifs tangibles, à savoir les multinationales US qui par ce qu'elles font tout fabriquer ailleurs crée un deficit de la balance commerciale fictif !
a écrit le 17/02/2020 à 16:42 :
c'est pas bien loin de l'aide à Hitler par les banques americaines chase bank et stanley morgan, alors que avait même commencé à annexer des territoires.
Propriétaires d'une terre qui ne leur appartient pas et même pas le moindre remord, la moralité ne fait pas partie de leur culture.,
a écrit le 17/02/2020 à 16:12 :
Comme beaucoup d'économistes, Michel Santi continue de confondre production de pétrole brut et production de produits pétroliers.

Ainsi, en septembre 2019, le monde produisait 99,2 millions de barils de produits pétroliers dont 80,7 millions de barils de pétrole brut.

Ce même mois, l'OPEP produisait 33,3 millions de barils de produits pétroliers dont 30,2 millions de barils de pétrole brut.

Dont l'OPEP produisait 37% du pétrole brut en septembre 2019.

Ceci malgré la forte baisse de la production au Venezuela et en Iran.
a écrit le 17/02/2020 à 15:53 :
Les puits de pétrole (de l'Arabie Saoudite) sont-ils vulnérables ?
a écrit le 17/02/2020 à 13:56 :
Le dollar et le soft power US sont les piliers de la puissance US. Le soft power, c'est cette force qui fait dire aux autres que les usa sont de toute façon au-dessus de tout, comme l'illustre certains commentaires, à quoi bon tenter de rivaliser ? En ce qui concerne le soft power, Trump l'a bien affaibli en jouant du rapport de force quitte à détruire la confiance aveugle de ces alliés. Quant au statut privilégié du dollar, il fait des envieux à commencer par la Chine.
Réponse de le 17/02/2020 à 16:51 :
Ben avec la crise des subprimes, l'Europe avait largement les moyens de liquider le Dollar et calmer pour un temps les Américains, on ne l'a pas fait on en paye les conséquences, + le souk que je n'avais pas imaginé en Arabie Saoudite , on ne peut pas tout deviner.
Laissons les Américains jouer à la dictature et cherchons d'autres horizons, il y a la Chine, la Russie après eltsine, l'Afrique , l'Amérique du sud , culbutons le dollar, ce n'est qu'une monnaie de singe.
a écrit le 17/02/2020 à 13:12 :
€ureka ! Voila pourquoi la majorité des terroristes du 11 Septembre étaient Saoudiens !
Et pourquoi G.W.Bush s'est empréssé de faire exfiltrer tous les notables Saoudiens hors des USA !
a écrit le 17/02/2020 à 13:02 :
"Voilà pourquoi toute velléité émise par un producteur de libeller ses ventes de pétrole en euros ou en une autre devise est immédiatement prise très au sérieux par les USA, qui agissent en fonction"

Comment voulez vous que cette armée mexicaine de bras cassés qu'est l'UE arrive déjà prendre la décision d'aller à l'encontre de la première puissance mondiale ?

Avant de lui demander autant que déjà elle arrête de s'acharner sur ces citoyens !
a écrit le 17/02/2020 à 12:48 :
Ça sent la naphtaline, c’est plus trop d’actualité
L’AS a bien rebondit en variant les ressources hors pétrole et les usa sont first avec l’innovation technologique, le pétrole est une ressource «  annexe » moins importante qu’à l’époque
l’Amérique est plus forte que jamais, leur faiblesse c’est ce qui se passe à l’intérieur de leur pays et non à l’extérieur.
a écrit le 17/02/2020 à 12:42 :
Au niveau où nous en sommes, c'est un peu comme les commerçants, c'est pas une perte mais un simple manque a gagner! Laissons ces inquiétudes a ceux qui veulent faire travailler l'argent a leur place sans exploiter notre travail!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :