Pénurie de sable : facilitons d'abord l'accès à la ressource

OPINION. Quelques médias se sont faits l'écho d'une pénurie de sable. En y regardant de près, et en se penchant sur le cas de la France, on s'aperçoit hélas que si pénurie il y a, ce n'est pas à cause du manque de ressource, mais de la difficulté d'accès à celle-ci. Par Philippe Cunin, ingénieur géologue, spécialiste des minéraux industriels et des matériaux de construction.
(Crédits : Reuters)

A la fin du mois d'avril, le Programme des Nations unies pour l'Environnement (PNUE) a publié un rapport alertant sur une crise du sable. Selon les experts à l'origine de ces travaux, il y aurait un risque de pénurie de sable qui est l'une des richesses les plus exploitées après l'eau. Le rapport en question évoque une exploitation anarchique car non réglementée et qui ne cesse de croître du fait d'une demande toujours plus importante (la consommation de sable aurait triplé en 20 ans) due à une croissance d'activités industrielles dans le secteur de la fabrication de verre, du béton et de matériaux de construction qui auraient triplé en deux décennies pour atteindre 50 milliards de tonnes par an, soit, selon les rapporteurs, « environ 17 kilogrammes par personne et par jour ».

Séparer le grain de sable... du granulat

Le géologue, les experts du BTP et de la construction doivent éclaircir ces informations préoccupantes, car de nombreux amalgames subsistent. On appelle généralement sable - naturel ou fabriqué -  des particules minérales inférieures à 2 millimètres... Les sables dits industriels sont essentiellement des sables purs chimiquement en silice, ils sont rares et servent à la fabrication évoquée du verre et ne représentent que 1% des tonnages indiqués au niveau mondial par le rapport de l'ONU cité.  Il ne faut pas confondre ce sable avec celui utilisé dans les routes et béton ni avec les granulats fabriqués à partir de roches dures. Le granulat, quant à lui, est un terme générique regroupant sables, graviers, terrestres ou marins, graves, matériaux concassés primaires ou secondaires. Il est totalement aberrant et incompréhensible que les auteurs du rapport aient maintenu en permanence la confusion y compris donc dans les usages.

Une confusion délirante

La communication effectuée par les auteurs du rapport est fort dommageable pour la compréhension des enjeux. C'est ainsi qu'ils citent en exemple l'augmentation des travaux routiers ; or ce sont bien des granulats que l'on utilise en grande quantité pour faire ce genre de travaux et non du sable de silice. De même, les différentes industries utilisatrices de sables sont mentionnées avec un manque de précision : par exemple pour l'asphalte, on met moins de 5% de sable, mais 90 à 95% de « gravillons » ; pour l'électronique, ce n'est pas du sable siliceux mais essentiellement du quartz en roche ou en galets qui est cuit pour produire du silicium métal ; pour le Bâtiment on fait du béton où le « vrai sable » représente environ 20 à 30% du mélange, le reste étant à base de ciment, de gravillons et d'eau. Il n'y a finalement que l'industrie verrière citée dans le rapport qui utilise dans la formulation du verre effectivement 80% de « sable industriel » ou « silice »... Pourquoi entretenir cette confusion qui laisse à penser que ces 50 milliards de tonne sont du sable ? En l'absence de ces distinctions, le rapport donne une image faussée et on ne peut produire le bon diagnostic. Cela renforce les a priori négatifs dans l'esprit du public. D'autant plus que les réserves en roches dures calcaires, granits, et roches métamorphiques destinées aux granulats sont pratiquement illimitées, même si y accéder relève du parcours du combattant.

Et comme on va le voir, ce risque de « pénurie de sable » mais aussi de granulats existe bel et bien, mais c'est pour une toute autre raison.

Quand la contrainte administrative et juridique crée la pénurie

Une autre imprécision diffusée par les médias qui ont repris le rapport est qu'il y aurait une extraction anarchique du sable partout dans le monde, y compris en Europe et donc en France. Il est impératif de corriger cette fausse nouvelle. Notre pays est le troisième producteur européen de silice avec 50 carrières qui extraient environ 6,5 millions de tonnes de sable siliceux par an, ce qui représente 1,4% de l'extraction minérale totale en France pour une superficie infime de notre territoire de 0,002%. Si l'on compare aux aires protégées qui seront de 30% d'ici 2030, cela donne une idée du caractère insignifiant. S'il y a un jour pénurie de sable dans notre pays, ce ne sera pas dû à l'absence de réserve mais aux nombreuses restrictions et contraintes pour obtenir une autorisation d'extraire. Un véritable mille-feuille réglementaire encadre l'activité, et il en va de toutes les matières premières minérales qui sont soumises au code forestier, code rural, code de l'urbanisme, code de l'environnement, code du travail...

Plus d'une trentaine de zonages à prendre en considération

Le point fondamental est que cette activité dépend de la géologie, et donc la localisation géographique est très ciblée ; or, le sol français est régi par une bonne trentaine de zonages plus ou moins contraignants. En voici quelques-uns regroupés en trois grandes catégories :

Les zonages liés aux milieux physiques (protection géologie, milieux aquatiques, climat etc),

Les zonages liés aux milieux naturels, au paysage, au patrimoine (protection des paysages, ZNIEFF, ZICO, ZPS, APPB, réserves naturelles, PNR, protection aux abords des monuments historiques etc.),

Les zonages liés aux milieux humains (préservation des surfaces agricoles et forestières, zonage des PLU, SCoT, etc.)

Tout récemment s'est ajoutée donc la mise en place de la SAP (Stratégie d'aires protégées) : 10 % stricte et 30% au total d'ici 2030 de la surface nationale... Pour rappel, les carrières toutes roches confondues ne représentent que 0,1 % !

Les contraintes sont nécessaires qu'il s'agisse de nature, d'urbanisme ou d'archéologie, chaque carrier en conviendra, mais la juste proportion a disparu laissant place à un déséquilibre important entre protection et accès à la ressource minérale, malgré la restitution de sites naturels exemplaires.

Tout l'opposé d'une « exploitation anarchique »

Le lecteur comprendra qu'une exploitation anarchique du sol et des ressources sur le territoire français est totalement impossible. Toute ouverture de carrière nécessite la mobilisation d'équipes pendant des années qui se consacrent aux démarches techniques, administratives et foncières. Les études spécifiques (hydrogéologie, écologie, hydraulique, bruit, agriculture, climat, transport, etc.) permettent de répondre à la principale préoccupation du carrier qui reste la préservation de l'eau, des sols, de la faune et de la flore, de l'air et aussi bien entendu de la ressource. Les autorités compétentes effectuent des contrôles fréquents et n'hésitent pas à mettre en demeure des sites, si jamais la réglementation en vigueur n'est pas respectée, ce qui est compte-tenu du professionnalisme des exploitants, très rare. Enfin, à tout cela s'ajoute une véritable gageure : la maitrise foncière qui relève de longues négociations avec les propriétaires. Avec une telle liste de précautions, il va sans dire que la France malgré ses réserves géologiques risque bien de manquer de matières premières : la vision à 20 ans pour approvisionner nos propres industries n'existe pas et le scénario de l'importation de silice commence déjà à se produire. Et quand on aura rapatrié notre industrie pharmaceutique, celle-ci aura toujours besoin de sable pour faire des fioles de vaccin par exemple...

Nécessaire retour au bon sens

Hélas, tous ces arguments peinent à être entendus du grand public qui cède plus facilement aux messagers qui annoncent des catastrophes et blâment sans nuance les industriels. Or, on ne travaille pas avec les mêmes normes sur les rives du Gange qu'en proximité de la Forêt de Fontainebleau. Voici une nuance que ne fait pas le rapport de l'ONU, et c'est bien dommage car les médias qui ont repris l'histoire n'ont pas pris la peine de vérifier. Quant aux propositions préconisées par les auteurs du rapport, elles ne font que déplacer le problème en laissant croire que certaines solutions n'auraient pas d'externalités négatives : ainsi ils évoquent la possibilité de privilégier la construction en bois. Pourquoi pas, mais si demain tout le monde se met à avoir une maison en bois, l'ONU ne va-t-elle pas devoir faire un nouveau rapport pour dénoncer les risques liés à la déforestation, à l'épuisement des sols etc.? Et puis a-t-on déjà construit des routes en bois et des flacons en écorce de sapin ?

Il est temps de revenir au bon sens... sinon le trait d'humour d'un célèbre humoriste français risque bien de se transformer en prophétie [1].

______

[1] Vous aurez reconnu le bon mot de Coluche « Les technocrates, si on leur donnait le Sahara, dans cinq ans il faudrait qu'ils achètent du sable ailleurs ».

En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 13/09/2022 à 20:08
Signaler
Bonjour, Bon ils y aurai une pénurie de sable... Incroyable, notre pays contruire a se points , une nouvelle ligne Maginot, des bunker sur la manche... Bon, la Loire est totalement ensablé, d'ailleurs ils n'y a plus de voie navigable pour les péni...

à écrit le 10/09/2022 à 17:15
Signaler
Une grande partie du Sahara est couvert de Sable, Comment peut-on affirmer qu'il y a penurie ?? Le sable est une ressource infinie..

le 11/09/2022 à 11:40
Signaler
Vous ne pouvez pas utiliser du sable des déserts qu'il soit saharien, de Gobi ou de la vallée de la mort etc.. car il n'a pas la structure pour être employé dans la construction. Le sable des régions désertique sert ( sur des décennies ) d'apport min...

à écrit le 10/09/2022 à 13:22
Signaler
Fait 20 ans que l'on sait que le sable ( le vrai sable ) destiné à la construction est en voie de disparition, mondialement. Pour cela qu'il existe des trafics. Pour cela que les fonds fluviaux sont raclés jusqu'à l'os.. pour cela que des pays import...

le 11/09/2022 à 8:04
Signaler
creer la speculations sur tout les produits rien de plus facile pour ce qui est du sableen france mieux est de creuse des lacs artificiel que d'autorise a drague les rivieres comme la garonne , la loire , la seine

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.