Plan de relance Macron : tout ça pour ça ?

 |   |  820  mots
(Crédits : DR)
La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui, plan de relance Macron... tout ça pour ça ?

VIDEO

Après le grand débat, et les grandes lignes d'action dressées par Emmanuel Macron, la balle est dans le camp de l'exécutif.  Il est certes prématuré de faire un bilan d'un processus, qui va s'étirer dans le temps, qui peut se perdre en chemin, être rattrapé par la conjoncture,  ou une actualité massive. A l'exemple du projet action publique 2022, lancé avec tambours et trompettes le 13 octobre 2017, qui devait être au cœur de la transformation macronienne, et qui s'est progressivement transformé en serpent de mer, en processus opaque et illisible.

Que peut-on dire à ce stade. D'abord, que réussir ce défi paraît mission presque impossible dans les délais impartis. Le réussir, cela veut dire qu'il aboutisse à des décisions fortes, à effet rapide, que ces dernières soient solidement financées et qu'elles s'insèrent dans un agenda long, à infusion lente, cohérent et lisible par les différentes parties prenantes.

Les décisions à effet rapide on les connaît. Ce sont celles qui concernent le pouvoir d'achat des classes moyennes et des retraités. Lorsque l'on met bout-à-bout, la seconde tranche de baisse de la taxe d'habitation, la baisse des cotisations salariés de fin 3018 qui joueront en année pleine en 3019, la défiscalisation des heures supplémentaires, l'annulation de la hausse de la taxe carbone, la revalorisation de la prime d'activité, l'annulation du zéro reste à charge en matière de santé,  la baisse de CSG pour certains retraités, la réindexation des petites retraites... les ménages devraient bénéficier de 17 milliards de transferts, entre 2019 et 2020. C'est significatif, et ce rééquilibrage aura un effet tangible sur la consommation. Mais l'homme du renouveau, ne fait finalement ici que ce que ses prédécesseurs ont toujours su faire dans des contextes similaires... distribuer du pouvoir d'achat.

Les choses se compliquent lorsque l'on cherche à saisir le schéma plus global du processus de réforme et sa cohérence d'ensemble. Le premier ministre a  annoncé un premier agenda, jusqu'à l'automne, qui débouche sur des dispositifs dignes de la comitologie européenne, ponctué de concertations, de lancements de missions ou de présentations de projets de loi. Leur simple énoncé donne à lui seul le tournis, et fait pressentir déjà l'engorgement : baisse de l'impôt sur le revenu, mobilisation nationale et territoriale pour l'emploi et les transitions, réforme de l'ENA, lutte contre les impayés des pensions alimentaires, réforme constitutionnelle, renforcement de la lutte contre l'évasion fiscale, réforme des retraites, sans parler de l'assurance chômage, des mesures en faveur des aidants familiaux, du projet de loi bioéthique, de la  loi de programmation sur la dépendance, du vaste dialogue avec les collectivités locales sur la décentralisation et la déconcentration... Comment ne pas pressentir déjà que le temps va manquer au temps dans cette seconde partie de quinquennat. Macron a certes appelé de ses vœux un agenda 2025 pour éclairer les transitions. De cet agenda nous ne savons rien encore. Mais comment ne pas songer qu'il arrive bien tard. Comment ne pas anticiper, que sa principale vocation sera de bâtir la plateforme électorale du président bientôt candidat. A l'agitation des idées du grand débat succède l'agitation des réformes, sans qu'ait été donné un temps à la maturation des idées.

Reste enfin la question du financement. Elle ne pourra pas être éludée longtemps. Le brouhaha de la réforme incessante et illisible que je viens d'évoquer sera, à n'en point douter, recouverte par les prises de bec sur la question du financement. La solution serait dans la suppression des niches fiscales aux entreprises.... Et dans la baisse des coûts de fonctionnement de l'Etat. Or si l'est un domaine, où l'Etat ne sait pas faire, en encore moins rapidement, c'est dans le champ des coûts de fonctionnement. Cela veut dire, baisser l'emploi public, ou baisser les salaires, ou encore diminuer la sous-traitance... partant ne niveaux  qui ne sont en rien exorbitants. Y parvenir, signifie un effort d'investissement de longue haleine et une redéfinition des contours de l'Etat qui n'ont pas été conduits préalablement. Et prétendre accroître dans le même temps le maillage territorial des guichets publics relève à dire vrai de l'injonction paradoxale. Les entreprises apparaissent donc comme la variable d'ajustement, loin des promesses de stabilité fiscale et de la priorité affichée de restauration de l'attractivité du territoire.

Bref, le grand débat, débouche in fine sur plan de relance classique, financé par les entreprises. Sur fond d'agitation réformatrice dont plus personne ne parvient à suivre le fil. Une grande continuité politique finalement avec la France d'avant, derrière le paravent du changement permanent.

 >> Plus de vidéos sur le site Xerfi Canal, le médiateur du monde économique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/05/2019 à 14:10 :
La France survit sur ses acquis, paralysé par les décisions de l'UE de Bruxelles!
a écrit le 20/05/2019 à 10:47 :
d accord avec cette vision surréaliste....... d une catastrophe annoncée.....la macronie parle bcp de populisme pour ses adversaire, mais la on plonge bien profond en plein populisme.....
on s arrache les cheveux sur le thème de la dépendance...... la baisse de 5 milliards d impôts est une sorte d illusion......pour in fine faire gagner en moyenne 20 à 25 euros par mois à une population qu ne fait pas partie des plus démunis.....car seulement 43% des foyers fiscaux payent l IRPP

sans parler du fait que l on ne sait pas ou trouver les 5 milliards qui risquent donc d augmenter le déficit, je pense qu il aurait été plus judicieux de mettre les 5 milliards en question sur la dépendance.....car à coup sûr, ça crée de l emploi et de l activité économique intérieure......
entre les 17 milliards de decembre et avril.... et les 20 milliards de suppression de la taxe d habitation.... + les 3 de la modification de l ISF.... on est à 40 milliards de surcoût annuel pour l état donc aucun n est financé.....

sans parler de la non lisibilité de l horizon...... que macron ne fait que définir de façon très fumeuse...... mais on commence à avoir l habitude.....

ça sent...... un peu, le sapin et des réveils épouvantables
a écrit le 20/05/2019 à 10:03 :
attractivité au top (notamment dans l'industrie), investissements étrangers au top, réindustrialisation, forte hausse de l'investissement industriel en vue, capital-investissement/entrepreneuriat au top, forte hausse du nombre d'apprentis, intentions d'embauche au top, baisse du taux de pauvreté, hausse importante du pouvoir d'achat en vue, etc...
sympa.
on voit que c'est le bazar partout autour de nous. la France est le seul pays qui s'est efforcé de rester le plus équilibré possible. comment on peut encore chercher à dénigrer l'Hexagone ?
Réponse de le 21/05/2019 à 8:59 :
"hausse du pouvoir achat" ? : vous sous moquez du monde, c'est faux pour beaucoup, par ex. les retraités. Réindustrialisation ? Ex. Ford Blanquefort, Papeteries dans la Sarthe, ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :