Pourquoi les échanges économiques entre l'Ouzbékistan et l'Europe vont s'intensifier

OPINION. Ce pays d'Asie centrale veut moderniser son économie par une série de réformes dont la libéralisation de son secteur énergétique. L'Europe est bien placée pour investir dans un pays qui peut être une nouvelle source d'approvisionnement en gaz naturel. Par Sébastien Boussois, chercheur spécialiste du Moyen-Orient au CECID (Université Libre de Bruxelles) et l'OMAN (UQAM Montréal).

4 mn

Shavkat Mirziyoyev, président de l'Ouzbékistan.
Shavkat Mirziyoyev, président de l'Ouzbékistan. (Crédits : Reuters)

Parmi les pays d'Asie centrale anciennement sous influence russe, l'un d'eux envisage de devenir l'un des nouveaux dragons du sous-continent. Ancienne République soviétique, ayant obtenu son indépendance en 1991, l'Ouzbékistan se situe à un carrefour de son histoire moderne. Il entame un nouveau chapitre de sa modernisation grâce au vote récent d'une ambitieuse politique de développement économique.

Au cœur d'un sous-continent stratégique agité, entre l'Afghanistan et le Kazakhstan, l'Ouzbékistan cherche avant tout la stabilité. Une stabilité durable en étant une locomotive avant tout économique pour la région. L'objectif affiché du gouvernement est de progressivement hisser le pays, au rang des États qui auront bientôt des revenus supérieurs à la moyenne mondiale.

Les réformes économiques permettant d'y parvenir se traduisent avant tout par  la libéralisation de celle-ci, la privatisation de nombreux secteurs clés de l'économie, la mise en place de la libre concurrence, la fin des grands monopoles d'État, mais également la capacité d'attirer en masse les investissements étrangers. Une des ambitions majeures pour le pays est l'augmentation du PIB par habitant de 60% au cours des cinq prochaines années et le revenu par habitant à 4.000 dollars d'ici 2030. Il faudra aussi circonscrire l'inflation à 5% d'ici 2023, soit dès l'année prochaine. Le déficit public ne devra plus excéder les 3% du PIB, comme c'est le cas pour les pays membres de l'Union européenne notamment.

Libéralisation des ressources énergétiques

L'État ouzbek prévoit une libéralisation des ressources énergétiques et celle des marchés du gaz naturel afin d'attirer les investisseurs privés au plus vite. Le pays doit devenir auto-suffisant en hydrocarbure. Parallèlement, le pays compte soutenir le renouveau et la densification de son tissu industriel. Un marché qui sera de plus en plus important pour l'Europe. L'Ouzbékistan l'a bien compris. Toutes ces réformes économiques nécessitent un flux constant d'investissements. Il faudra donc d'urgence prendre des mesures pour attirer les 120 milliards de dollars nécessaires au cours des cinq prochaines années, dont 70 milliards de dollars d'investissements étrangers.

L'Europe y a toute sa place. Pour cela, le pays envisage de réformer d'urgence l'ensemble de ses marchés de capitaux. Ainsi, il projette d'augmenter les ressources financières de l'économie en portant le volume du marché des capitaux de 200 millions de dollars à près de 7 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années. L'Ouzbékistan devient un pays sérieux et viable pour Bruxelles. D'ailleurs, l'UE s'est récemment félicitée de l'adhésion de l'Ouzbékistan au SPG+ (le système de préférences généralisées de l'UE qui, de manière unilatérale, offre un accès en franchise de droits pour la plupart des biens) depuis avril 2021 et qui du coup a examiné les progrès réalisés de l'Ouzbékistan dans le cadre de sa demande d'adhésion à l'Organisation mondiale du commerce.

Des sources d'approvisionnement pour les pays européens

Le Vieux continent doit d'urgence diversifier ses sources d'approvisionnement et si les regards se tournent déjà vers le Golfe ou le Caucase, ils doivent aussi se tourner vers l'Asie centrale qui ne manque pas de ressources en la matière. Parmi ces pays, l'Ouzbékistan qui dispose de 1.200 milliards de m3 de gaz, ce qui représente près d'1% de la production mondiale. Cette production vise à augmenter avec le temps. Avec une faible consommation par capital, Tachkent peut progressivement augmenter ses capacités pour les exporter.

Chaque année, le pays produit environ 60 milliards de m3, dont 10 à 12 milliards sont exportés, ce qui représente environ à ce stade 2 milliards de dollars de revenus pour le pays. Avec des investissements, et un soutien international, ce pourrait être beaucoup plus. Jusqu'à maintenant, le gros de ces exportations est parti en direction de la Chine, de la Russie, et du Kazakhstan grâce au gazoduc d'Asie centrale, qui conduit le gaz ouzbek mais également turkmène.

Dialogue constant avec la France

En réalité, le pays n'est pas un inconnu pour l'Europe et notamment pour la France, avec qui les relations diplomatiques existent depuis 1992. En effet, depuis trente ans exactement, le dialogue politique entre Paris et Tachkent est régulier et croissant. Cela doit se poursuivre aujourd'hui en matière énergétique avec l'Union européenne, qui ne peut plus dépendre autant du gaz russe. Surtout si la crise en Ukraine et les sanctions russes viennent à durer. Car l'Ouzbékistan est le pays de la région qui s'en est le mieux sorti et qui a le mieux résisté à la crise mondiale liée à la pandémie. Situé sur la route de la soie, l'Ouzbékistan est également riche en minerais, en sources d'énergie et en industries.

Et çà, l'Europe l'a bien compris. Le Conseil de coopération qui a eu lieu entre l'Union européenne et l'Ouzbékistan le 16 novembre dernier, sous la houlette de Josep Borell, le Haut Représentant pour les Affaires étrangères de l'Union, a fait un point sur l'évolution de ces relations. C'était d'ailleurs l'occasion pour l'Europe de féliciter Tachkent pour la qualité des contacts bilatéraux et affirmer sa volonté d'accroître encore ses relations économiques avec l'Ouzbékistan.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 10/03/2022 à 13:12
Signaler
Parce que le salaire minimum est à 150 euros par mois tout comme en Moldavie ? Facile ! Une autre question ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.