Un "voyage vers la normalisation" plus rapide pour la BCE

OPINION. Les interventions récentes des représentants de la Banque Centrale Européenne vont toutes dans le même sens : l'autorité monétaire de la Zone euro s'apprêterait à remonter son taux d'intérêt directeur dès le mois de juillet. François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France, qualifie cette nouvelle orientation de « voyage vers la normalisation », insistant sur le fait que la BCE ne vise pas à durcir - à ce stade - ses conditions monétaires mais plutôt à les normaliser dans un contexte d'inflation plus élevée. La BCE remonterait ainsi son taux plus rapidement qu'attendu mais sans pour autant viser une cible plus élevée. Par Clémentine Gallès, Cheffe Économiste et Stratégiste de Société Générale Private Banking.

2 mn

(Crédits : DR)

L'inflation devient de plus en plus préoccupante pour la BCE. Elle a de nouveau surpris à la hausse par rapport à ses prévisions, en atteignant 7,5% en avril. Si une grande partie de cette inflation continue d'être expliquée par les tensions sur des prix de l'énergie et de l'alimentation, l'inflation sous-jacente (i.e. hors prix de l'énergie et de l'alimentation) augmente aussi, atteignant 3,5%, soit un niveau près de deux fois plus élevé à celui observé avant COVID. A ce stade, et contrairement aux Etats-Unis, les salaires restent contenus et continuent de tenir éloignée la crainte d'une spirale prix-salaires (graphique 1). Pour autant, les représentants de la BCE redoutent un désancrage des anticipations d'inflation par les agents économiques qui pourrait suffire à compliquer un retour durable de l'inflation à des niveaux plus confortables. Par ailleurs, la poursuite de la dépréciation de l'euro dans un contexte de choc des matières premières amène aussi la BCE a avancé son resserrement monétaire.

000

Les incertitudes sur la bonne tenue de l'activité économique semblent moins prioritaires. Il est encore trop tôt pour évaluer complétement l'impact de la Guerre en Ukraine sur l'activité, sans compter que le conflit peut encore évoluer dans sa nature et dans ses conséquences. A ce jour, les indicateurs conjoncturels plaident pour un ralentissement conséquent de l'activité mais sans remettre en cause fondamentalement les scénarios de la BCE. Si les incertitudes restent élevées, la BCE annonce clairement vouloir donner la priorité à son objectif principal : la maîtrise de l'inflation.

Plus vite mais pas plus loin. Les marchés obligataires ont revu en conséquence leurs anticipations de relèvement des taux directeurs de la BCE, avec dorénavant des taux en territoire positif d'ici la fin de l'année (graphique 2). Cependant, si la BCE semble vouloir aller plus vite dans son « voyage vers la normalisation », elle ne devrait pas être en capacité d'aller plus loin. En effet, elle prendrait très vite le risque soit de freiner trop durement une activité économique déjà fragilisée, soit de voir réapparaître le spectre de la fragmentation entre pays de la zone, avec une progression déjà visible des taux d'intérêt italien ou grec...

000

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 14/05/2022 à 11:35
Signaler
C'est pour quant le retour de la monnaie locale pour permettre de les valoriser suivant leur implantation et leur activité?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.