La compagnie maritime Brittany Ferries se met en condition pour le Brexit

 |   |  305  mots
(Crédits : HANNAH MCKAY)
La compagnie maritime bretonne teste ses procédures dans la perspective d'un Brexit dur en organisant des « marches à blanc ».

Au 31 octobre (si la date du Brexit est maintenue), les biens et les personnes ne circuleront plus aussi aisément de part et d'autre de la Manche. Pour éviter un engorgement des ports, Brittany Ferries, qui assure des liaisons maritimes entre la France, le Royaume-Uni, l'Irlande et l'Espagne, organise des « marches à blanc » (sans voyageurs) depuis le 11 septembre.

D'abord à Portsmouth et à Ouistreham, en présence de Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes publics, puis à Roscoff, le 1er octobre, la compagnie bretonne se teste en vue d'un Brexit dur. Objectif : expérimenter les dispositifs développés afin d'assurer la bonne fluidité dans le contrôle des personnes et des marchandises avant la sortie du Royaume-Uni de l'Union. Précédant des tests au Havre, à Étretat, à Cherbourg, à Barfleur et Saint-Malo, la marche à blanc de Roscoff s'est déroulée en coordination avec les services des douanes et la CCI métropolitaine Bretagne ouest.

 444 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2018

Le débarquement de L'Armorique a été soumis aux règles à adopter dans le cadre d'un retour à des formalités douanières strictes. Brittany Ferries se met dans les conditions réelles de la procédure baptisée « Frontière intelligente », et a adapté son système pour qu'il communique avec les douanes françaises. La compagnie, dont le chiffre d'affaires passagers (2,63 millions, 901.000 voitures) et fret (205.000 camions) s'est établi à 444 millions d'euros en 2018, a aussi développé des outils pour communiquer avec les chauffeurs fret, via des écrans et un système de SMS.

Automatisée, la gestion des flux permet ainsi à certains poids lourds de sortir directement du navire quand d'autres sont soumis à des contrôles sanitaires ou douaniers. Via ce système, Brittany Ferries souhaite maintenir les temps d'escale et ne pas réduire le nombre de rotations. Pour ne pas perdre en volume.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/10/2019 à 11:16 :
Merci pour cet article, voilà ma foi une information bien plus pertinente car concrète pour aborder ce brexit que ces débats et autres déclarations sans fin.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :