La chips de Beauce Belsia vise le marché européen

BOISVILLE-LA-SAINT-PERE (28). Fabriquée au cœur de la Beauce, la marque de chips artisanales Belsia se développe dans l’Hexagone. Elle s’attaquera au marché européen, gros consommateur de chips, dès 2022.

3 mn

C’est pour retrouver le goût des chips faites maison que Matthieu Maisons a quitté le géant de l’agro-alimentaire Mondelez pour lancer la marque Belsia au sein de l’exploitation familiale, épaulé par sa femme Clémence, ingénieur de formation.
C’est pour retrouver le goût des chips "faites maison" que Matthieu Maisons a quitté le géant de l’agro-alimentaire Mondelez pour lancer la marque Belsia au sein de l’exploitation familiale, épaulé par sa femme Clémence, ingénieur de formation. (Crédits : Reuters)

Spécialités fromagères, fruits ou encore produits issus de la mer, la marque de chips artisanales Belsia (Beauce en latin) enrichira sa gamme d'une nouvelle saveur l'année prochaine. Elle propose déjà, outre le goût naturel, des parfums au piment d'Espelette, aux herbes de Provence à la tomate, à l'oignon de Roscoff, au vinaigre de Champagne-Ardenne. En 2021, Belsia a lancé une chips au curry de la Réunion. « Nous nous différencions des industriels sur trois plans, explique Matthieu Maisons, fondateur en 2016 de la marque Belsia, à la tête d'une exploitation céréalière près de Voves en Eure-et-Loir. D'une part, nos chips sont fabriquées à partir de notre propre variété de pommes de terres, la Lady Claire. D'autre part, elles sont cuites au chaudron et non pas sur des lignes de friture en continu. Enfin, Belsia n'utilise que des ingrédients naturels et qualitatifs ». A la clé, des chips croustillantes, sans aucun arôme artificiel, immédiatement reconnaissables au goût par le consommateur.

Installée sur la ferme familiale de Letourville, comprenant 170 hectares de céréales auxquels a été ajoutée la culture de la pomme de terre au début des années 2000, l'unité de production de Belsia produit chaque année 700 tonnes de chips et emploie huit salariés. Ancien du groupe agro-alimentaire Mondelez International (Carambar, Lu), Matthieu Maisons avait préalablement "sourcé" en Europe des équipements spécifiquement adaptés à ce process de fabrication ciblé. Si une dizaine de sociétés françaises opèrent sur le créneau de la chips haut de gamme, Belsia se singularise à nouveau sur deux points. Elle a été la première présente sur tous les mallions de la chaîne, de la culture à la transformation des pommes de terres. La marque beauceronne est par ailleurs diffusée dans plus de 50% des départements français contrairement à ses concurrentes, au rayonnement en général limité à un territoire régional.

Hausse de 45% des recettes d'ici 2024

Portée par une consommation croissante de chips, avec la percée depuis cinq ans de l'apéritif dinatoire dans les nouvelles habitudes alimentaires françaises, Belsia table sur une commercialisation dans la France entière d'ici deux ans. A court terme, elle s'implantera dans le Sud-Est. Diffusée dans les épiceries fines et dans les GMS du Centre Val de Loire, la marque compte par ailleurs accélérer sa présence au sein de l'hôtellerie-restauration. Elle prévoit de réaliser un chiffre d'affaires de 1,3 million d'euros en 2021 et table sur une croissance de 45% d'ici trois ans. Pour remporter ce pari ambitieux, Belsia vise un fort développement de ses ventes en Europe. La marge de progression y est importante pour la chips beauceronne. A titre d'exemple, les consommateurs britanniques consomment annuellement quatre kilos de chips, quatre fois plus que dans l'Hexagone. Diffusée hors des frontières uniquement dans deux boutiques tenues par des Français à Oslo et Londres, la marque envisage de réaliser 8% de ses recettes à l'international d'ici 2023. Face aux chips haut de gamme Tyrell's, produites par le géant industriel britannique Intersnack (Vico), Belsia compte mettre en avant sa fabrication artisanale « Made in France » pour percer dans les foyers européens.

3 mn

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 23/11/2021 à 11:23
Signaler
Et que c'est bon des bonnes chips, à noter qu'il y a 40 ans on mangé d'excellentes chips venant de paquets lambda, dorénavant nous sommes obligés de les payer plus chers pour avoir de la bonne qualité. L'agro-industrie avec ses produits chimiques à o...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.