Valeo regarde la voiture autonome avec appétit

 |   |  351  mots
Brice Beuraert, directeur de l’usine Valeo, se focalise sur les capteurs à ultrasons.
Brice Beuraert, directeur de l’usine Valeo, se focalise sur les capteurs à ultrasons. (Crédits : DR)
Le site percheron de Valeo, reconverti dans les capteurs à ultrasons depuis 2012, vise un développement exponentiel de sa production avec l'accélération de la connectique dans l'automobile.

L'un des sept sites dans le monde de la division confort et assistance à la conduite de l'équipementier, regarde les problèmes de reconversion industrielle des années 2000 dans le rétroviseur. À l'époque, l'usine de Nogent-le-Retrou produisait surtout des groupes de climatisation. Aujourd'hui, elle ne réalise plus qu'un tiers de sa production sur ce créneau en déclin (220.000 unités produites) pour se focaliser sur un accessoire essentiel de la voiture connectée, le capteur à ultrasons. Ce dernier équipe notamment les radars de recul, désormais généralisés sur les véhicules.

Le site nogentais de l'équipementier a produit 30 millions de capteurs en 2019, soit une augmentation de 37 % depuis trois ans. Valeo prévoit encore de faire grimper ce chiffre d'ici deux à trois ans. À la clé, des lignes de production suffisamment dimensionnées pour supporter une montée en puissance de la production. Le développement exponentiel des capteurs à ultrasons produits sur le site se situe à l'échelle des six autres usines de la division qui fabriquent des caméras, radars et scanners laser. Avec une production totale d'1 milliard d'outils connectiques, Valeo pesait 40 % de parts de marché sur ce...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :