«L'Alsace et les Vosges doivent miser sur leurs ETI»

 |  | 792 mots
Lecture 4 min.
Nous avons la chance de ne pas être trop proches du secteur de l'aéronautique, qui souffre beaucoup, estime Michaël Rault (à gauche), responsable du marché des entreprises du Crédit Agricole à Strasbourg. Ici avec Matthieu Boraud, directeur général adjoint.
"Nous avons la chance de ne pas être trop proches du secteur de l'aéronautique, qui souffre beaucoup", estime Michaël Rault (à gauche), responsable du marché des entreprises du Crédit Agricole à Strasbourg. Ici avec Matthieu Boraud, directeur général adjoint. (Crédits : Olivier Mirguet)
Quel est le regard des banquiers sur la dynamique des territoires dans l'Est de la France ? Interview avec Matthieu Boraud, directeur général adjoint du Crédit Agricole Alsace-Vosges et Michaël Rault, responsable du marché des entreprises.

LA TRIBUNE - Quel a été l'impact de la crise du Covid sur l'activité économique en Alsace et dans les Vosges ?

Michaël Rault, responsable du marché des entreprisesLa crise du Covid a engendré un coup de frein sur notre activité, hors distribution de prêts garantis par l'Etat. Le Crédit Agricole Alsace Vosges a distribué 250 millions de prêts garantis par l'Etat (PGE) à 2.000 entreprises sur son territoire. Grâce à ces liquidités, il n'y a pas eu de défauts immédiats identifiés. Mais nous avons encore du mal à dire si tous les PGE pourront s'amortir, et si toutes les entreprises auront les capacités pour les rembourser. Il faut rester humble. Nous avons la chance de ne pas être trop proches du secteur de l'aéronautique, qui souffre beaucoup, et de ne pas être le territoire le plus exposé aux difficultés de l'industrie automobile. Il y a des points positifs. Beaucoup d'entreprises ont redémarré. Dans notre région, les...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :