« Nous ne pouvons pas refuser les emplois d'Amazon » Jean-Luc Bohl, Metz Métropole

 |   |  510  mots
Pour Jean-Luc Bohl (en photo), président de Metz Métropole, le fil conducteur pour Frescaty, c’est le développement durable avec 30 hectares dévolus à l’agriculture périurbaine.
Pour Jean-Luc Bohl (en photo), président de Metz Métropole, "le fil conducteur pour Frescaty, c’est le développement durable avec 30 hectares dévolus à l’agriculture périurbaine". (Crédits : Luc Bertau)
La construction d’un entrepôt de 185.000 mètres carrés pour Amazon marque le lancement des restructurations de l’ancienne base aérienne de Frescaty. Jean-Luc Bohl, président (centriste, ex-UDI) de Metz Métropole, défend les enjeux de son chantier.

LA TRIBUNE - Le chantier de construction de l'entrepôt qui sera occupé par Amazon va être lancé en janvier 2020 sur l'ancienne base aérienne de Frescaty. La logistique a-t-elle toujours été votre priorité pour revitaliser cette friche militaire ?

JEAN-LUC BOHL - Le fil conducteur pour Frescaty, c'est le développement durable avec 30 hectares dévolus à l'agriculture périurbaine. Une enveloppe de 30 millions d'euros sera consacrée au trait paysager et à divers aménagements. Nous allons ouvrir la piste de l'ancienne base aérienne pour remettre à l'air libre un ruisseau, la Ramotte, qui avait été enterré. Mille arbres vont être replantés. C'est le cœur du projet.

Votre fil conducteur, c'est aussi le développement économique ?

L'ancienne BA 128 est très bien située, à 7 kilomètres du centre de Metz. Nous parlons de 380 hectares. La métropole a repris ces terrains pour 1 euro symbolique après le départ des militaires. Jusqu'en 2008, la base comptait 3.500 emplois.

Amazon n'avance pas de chiffres sur ses emplois. Les études évoquent entre 800 et 2 000 postes à pourvoir. Quels sont vos objectifs quantitatifs ?

Nous avons déjà reconquis 800 emplois avec un espace consacré au pôle...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/12/2019 à 17:23 :
Les refuser non mais les contrôler oui et régulièrement et refuser absolument que les humains deviennent les serviteurs des machines même si au final ils le sont depuis l'invention de la machine outil mais de là à obéir aux cadences ordonnées par un robot ce n'est tout simplement pas acceptable.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :