Dans le Nord, le masque catalyseur de toute une filière

 |   |  466  mots
(Crédits : Reuters)
Depuis mars, les initiatives se sont multipliées dans la région pour pallier à la pénurie de masques pour les professionnels et la population. Et si une nouvelle filière textile se réorganisait ?

Tout a commencé par une collaboration. Le CHU de Lille et Lemahieu, spécialiste du sous-vêtement, ont mis au point un masque homologué, qui pouvait aussi bien être produit sur les lignes industrielles que chez des couturières bénévoles. Fin mars, près de 10.000 couturiers volontaires avaient répondu à l'appel.

La mobilisation extraordinaire n'a pas été le seul intérêt de l'opération puisqu'une vingtaine d'entreprises ont été impliquées dans l'opération. Des masques en Nord, que ce soit en matière de mécénat, d'apport de logistique, d'expertise...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/07/2020 à 8:32 :
En parlant de masque :

Le Télégramme relate qu’un employé de Nouy Fenêtres et Fermetures, une entreprise basée à Briec dans le Finistère, a été licencié début juin. Il lui est reproché d’avoir été vu sans masque sur son visage ou près de lui à son poste de travail le 28 mai dernier. Or, le port du masque est obligatoire depuis le 11 avril dans les bâtiments de l’entreprise.
“De ce fait vous n’étiez pas protégé et étiez susceptible de mettre en danger la santé des autres collaborateurs”, assure dans la lettre recommandée l’employeur, qui a licencié ce cariste de 51 ans, jamais sanctionné auparavant. Soutenu par FO, celui-ci conteste les raisons de son licenciement et a prévu de saisir les prud’hommes. Asthmatique, il assure avoir enlevé son masque à l’extérieur des bâtiments “pour pouvoir respirer”, alors qu’il n’y avait personne “à 150 mètres” autour de lui."Je l’ai vu dans l’entreprise sans masque”, réplique le directeur de l’entreprise, Sylvain Muller, au quotidien régional. Selon lui, le salarié en question n’aurait pas non plus évoqué sa maladie lors d’un entretien préalable à un licenciement. “Je suis attristé qu’il n’ait pas respecté la procédure, alors qu’il était dans une situation de maladie pulmonaire. D’autres salariés avaient déjà eu des avertissements”, ajoute le directeur.
a écrit le 17/07/2020 à 13:29 :
Le bon vieux temps de la Lainière de Roubaix !!
a écrit le 17/07/2020 à 12:05 :
Il ne faut pas croire ce que dit un gouvernement, jamais. Alors certes de temps en temps histoire de feinter ils disent quelques vérités mais c'est seulement par ruse.
a écrit le 17/07/2020 à 9:25 :
Quand l'avenir d'une filière est suspendu à un décret sur le port obligatoire en lieu clos ... et vice-versa
a écrit le 17/07/2020 à 8:46 :
y a une entrepreneuse dont l'histoire avait ete publiee
au debut du covid elle a largement cru en la france et ses promesses
elle a investi 300.000 euros et embauches des gens
tres rapidement, ses clients, essentiellement les administrations, n'etaient plus joignables au telephone ( les gens etaient tres certement en reunion, de preference dans des comites theodules divers)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :