Platana se rêve en leader de solutions SAV pour la grande distribution

 |  | 718 mots
Lecture 4 min.
A gauche, Bilel Ammar et à droite Mohamed Ben Ayed, co-fondateurs de Platana.
A gauche, Bilel Ammar et à droite Mohamed Ben Ayed, co-fondateurs de Platana. (Crédits : Platana)
Créée en septembre 2017, Platana propose la digitalisation des services client, à commencer par l'après-vente et les rappels de produits, au service des distributeurs et des réparateurs. La start-up vient d'intégrer l'accélérateur d'Euratechnologies à Lille avec la ferme intention de devenir d'ici 2025, le leader mondial de solutions SAV.

De nouveaux clients comme Décathlon en France, en Espagne, au Portugal, en Italie, en Allemagne, en Pologne, mais aussi Boulanger en France ou Leroy Merlin en Italie, Grèce, Espagne, Pologne. Rien que cette année, Platana a quasiment doublé son chiffre d'affaires, 2020 devant se terminer aux alentours du million d'euros, contre 600 000 l'année dernière (avec 5 salariés en France et 15 en Tunisie). Il faut dire qu'avec la solution proposée sous le nom d'Aster, le distributeur n'a plus à se soucier de mobiliser du personnel, des locaux, des compétences pour son service après-vente. Tout en faisant gagner un temps précieux à l'acheteur.

« Notre solution traite le service après-vente de A à Z sans que l'enseigne n'ait à s'en préoccuper. Nous prenons en charge non seulement la panne mais aussi tout autre problème pouvant survenir tout au long de...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/10/2020 à 17:37 :
Avec l'obsolescence programmée, la vitesse où les matériels changent + le coût de la MO, des pièces detachees et le coût des déplacements le SAV n'a plus besoin de technicien. Seulement des vendeurs pour inciter (sans beaucoup forcer d' ailleurs ) les clients à acheter du neuf.
Le cas le plus typique est celui de la machine à laver, une machine aussi basique devrait être inusable et réparable. Ce fut le cas il y a... longtemps. Cerise sur le gâteau, elles lavaient très bien, ce qui n'est plus trop le cas avec les machines "modernes" saturées de technologie, de programmes sophistiqués dont on n'a que faire et qui sous prétexte d'économie, d'écologie font le service minimum.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :