Loisirs, art numérique, escalade...les projets sous le parvis de la Défense

Une "cathédrale", un atelier, un "Monstre", de l'art contemporain: les 20.000 mètres carrés d'espaces inutilisés, situés sous la dalle de la Défense vont être transformés à horizon 2022. Les professionnels du quartier d'affaires l'attendent avec impatience.
César Armand

5 mn

Outre les tunnels du RER A, la ligne 1 du métro, l'autoroute A14 ou encore des parkings, La Défense comptent en effet quatre grands ensembles. © Baukunst
Outre les tunnels du RER A, la ligne 1 du métro, l'autoroute A14 ou encore des parkings, La Défense comptent en effet quatre grands ensembles. © Baukunst (Crédits : © Baukunst)

C'était le premier et le... dernier projet de Patrick Devedjian. Quand en 2009 naît Defacto, l'établissement public de gestion du quartier d'affaires de la Défense, le président du département des Hauts-de-Seine décide de s'emparer du sujet des 20.000 mètres carrés d'espaces situés sous la dalle mais inutilisés: les "volumes résiduels".

La Défense

"Il avait la conviction qu'il y avait là un formidable potentiel", se souvient Marie-Célie Guillaume, directrice générale de ce qui est devenu le 1er janvier 2018 l'établissement public Paris La Défense. "Il a présidé le jury qui a choisi l'agence Baukunst et s'apprêtait à dévoiler le projet", ajoute-t-elle.

"Ce concours n'a aucun rapport avec Réinventer Paris ou Inventer La Métropole. Au contraire, la mairie de Paris s'est inspirée de notre travail pour son concours sur les sous-sols", insiste Marie-Célie Guillaume.

Lire aussi : Le métro au cœur de la réinvention urbaine de Paris

Une "cathédrale", un atelier, un "Monstre" et de l'art contemporain

Outre les tunnels du RER A, la ligne 1 du métro, l'autoroute A14 ou encore des parkings, ces sous-sols comptent en effet quatre grands ensembles : la "cathédrale" de 5.000 mètres carrés située sous la place de la statue et surnommée ainsi en raison de sa hauteur sous plafond comprise entre 6 et 11 mètres, l'atelier Moretti de 2.240 m² du nom de l'artiste qui y a créé l'œuvre "Le Monstre" dans les années 1970, le Fonds national d'art contemporain (FNAC) de 4.480 m² et, enfin, les bassins de 4.600 m².

"A l'origine, nous n'avions ni connaissances ni même de plans sur ces volumes. Nous avons passé des années à les reconstituer avec leurs spécificités, leurs contraintes et leurs imbrications et il nous arrive encore de découvrir des choses !", témoigne Marie-Célie Guillaume.

L'idée, explique la directrice générale de Paris La Défense, est d'y amener une programmation complémentaire de ce qui existe déjà en surface. A ainsi été exclu la reconstitution d'un centre commercial. Objectif avoué : accélérer la transformation et la diversification du quartier avec des activités et des services "liés aux loisirs, à la culture - peut-être de l'art numérique, à l'image de l'Atelier des Lumières sans doute au démarrage -, au sport avec des équipements type mur d'escalade ou même e-sport, et à l'événementiel", précise Marie-Célie Guillaume.

La Défense 4

Un "Anneau" sera installé comme repère identifiable pour donner envie aux gens de descendre, de même qu'un "pavillon Agam",  le long du bassin du même nom, servira de local d'information et d'accueil du public.

La Défense 5

"Nous allons en outre mener des expérimentations de même que nous ferons évoluer la programmation en fonction de l'appropriation ou non par les publics. Le Moretti est un endroit spectaculaire et unique dans le Grand Paris. Nous lui redonnerons vie en imaginant des activités autour", complète-t-elle encore.

Livraison en 2022

Ce projet pilote devrait être livré en 2022, après avoir "longtemps buté sur le gigantisme, les contraintes techniques fortes et l'imbrication de ces volumes avec les infrastructures alentour comme le RER ou l'autoroute A14". L'établissement public a également rencontré beaucoup d'investisseurs ou de preneurs à bail potentiels, certes impressionnés par ces lieux, mais souvent désemparés par ce "no man's land" gigantesque. "Il faut beaucoup d'imagination pour se projeter !", s'amuse sa directrice générale. "D'où notre méthodologie progressive, pour donner à voir et prendre possession des lieux par étapes", explicite-t-elle.

La Défense 3

Dans ce "gruyère", tel que le qualifie Éric Cesari, maire-adjoint (LR) de Courbevoie et vice-président de la métropole du Grand Paris (MGP) chargé de l'immobilier d'entreprise, Paris La Défense a parallèlement travaillé à l'implantation de la gare du Grand Paris Express de la ligne 15 Sud.

"La gare du Grand Paris Express était prévue sous le parking des Quatre Temps, mais c'était trop compliqué et trop cher en utilisant d'ailleurs un autre volume résiduel: la « gare fantôme ». C'est là que devait initialement arriver le prolongement de la ligne 1, mais son tracé a été modifié pour passer au-dessus de la Seine", rappelle Marie-Célie Guillaume.

Finalement, la gare s'est éloignée du pôle gare Grande Arche et sera dans le secteur de la Rose de Cherbourg, tout près de la future tour Hekla, dessinée par le célèbre architecte Jean Nouvel. Haute de 220 mètres, elle accueillera 76.000 m² de surfaces de bureaux sur 48 étages, soit près de 5.800 salariés. Livraison prévue: au deuxième trimestre 2022.

"Il y a énormément de choses à faire"

Les travaux ont d'ailleurs redémarré il y a quelques semaines et "début juin, le chantier aura repris dans les mêmes conditions que début mars", assure à La Tribune Xavier Musseau, directeur général exécutif Hines France, co-promoteur de l'opération. Le groupe immobilier est en outre assistant à la maîtrise d'ouvrage sur la nouvelle tour Saint-Gobain, acquéreur et asset manager de la tour CBX, ainsi que co-investisseur, asset manager et co-investisseur de Workstation.

"La Défense est le plus gros centre d'affaires européen pendant la semaine, et avec Westfield Quatre Temps, l'un des plus grands centres commerciaux européens, extrêmement fréquenté le week-end", commente-t-il à propos de la valorisation des volumes résiduels. "Que l'on puisse élargir cette offre et que l'on propose aux salariés des alternatives pour sortir de leurs bureaux parfois trop enclavés me paraît la moindre des choses. Il y a énormément de choses à faire. Aussi, je salue cette ouverture à d'autres possibilités", conclut-il.

César Armand

5 mn

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.