Mais où sont les très attendus nouveaux Vélib' ? !

 |   |  714  mots
(Crédits : Reuters)
Le nouveau service Vélib' Métropole aurait dû démarrer en fanfare dès le début de cette année à Paris et aux alentours. Avec largement moins de vélos que prévu, la situation tourne au cauchemar. Pour calmer les usagers qui se retrouvent sans moyen de mobilité proche de chez eux, les partenaires du vélo urbain envisagent un rabais aux abonnés.

Où sont les très attendus nouveaux Vélib'? Vert pomme pour la version mécanique et bleu turquoise pour l'électrique, les nouveaux vélos ont été déployés que dans 80 stations, dont 70 à Paris, très loin des 600, ensuite ramenées à 300, originellement prévues à cette date, a indiqué l'opérateur du dispositif de vélo en libre-partage.

Le consortium franco-espagnol a pris la suite du groupe JCDecaux dont les stations abritant le célèbre vélo gris ont progressivement été désactivées jusqu'au 31 décembre 2017.

Une situation qui trainera jusqu'au printemps ?

"Nous démarrons avec un niveau réduit, mais les délais seront tenus", a néanmoins affirmé un porte-parole de la société, en précisant que le plan de déploiement, avec des effectifs accrus, prévoyait d'installer d'ici fin mars 80 stations par semaine.

Les 1.200 anciennes stations doivent être reconverties d'ici la fin mars. S'y ajouteront ensuite 200 nouvelles stations.

Dans un communiqué, Catherine Baratti-Elbaz, présidente du Syndicat Autolib' Vélib' Métropole, a noté que le service, élargi désormais à la Métropole du Grand Paris, allait être pendant "quelques semaines (...) moins accessibles". Les élus du syndicat, qui regroupe Paris et les 66 communes adhérentes de la Métropole du Grand Paris, vont se réunir la semaine prochaine "de manière exceptionnelle pour examiner les modalités de compensation pour les abonnés", ajoute le communiqué.

Déjà pour compenser la réduction du nombre de stations Vélib' en décembre, le Syndicat avait annoncé fin décembre des compensations pour les abonnés (crédit d'heures, réductions), qui pourraient ainsi être amplifiées.

Un marché de 600 millions d'euros

Le marché du Vélib', le système de vélos en libre-service de Paris et de sa proche banlieue, avait été attribué officiellement en avril 2017 au consortium Smoovengo, au détriment du groupe d'affichage et de publicité urbaine JCDecaux, qui a déposé un recours contre cette décision.

Selon Smovengo, le retard dans le déploiement des vélos est dû à des délais d'installation raccourcis de six semaines après le recours en justice du JCDecaux, qui avait perdu le renouvellement du marché. Ce marché qui courra sur 15 ans s'élèvera, au total à 600 millions d'euros d'après le Comité syndical du syndicat mixte Autolib' - Vélib' Métropole.

Des problèmes des bornes pour les vélos électriques

Les opérations pour alimenter en électricité les 45.000 bornes qui doivent recevoir un vélo électrique "se sont révélées plus compliquées que prévu", selon Smovengo. Dans une station du centre de la capitale, Nicolas Plommée, utilisateur régulier depuis dix ans, fait "partie des usagers mécontents".

"Aujourd'hui, on a perdu octobre, novembre, décembre. Et là, ça va être opérationnel fin mars. Sur un abonnement d'un an, c'est des problèmes sur six mois !"

Explication non recevable selon la mairie qui évoque désormais ouvertement la possibilité de pénalités financières.

"Il est clair que nous ne sommes pas du tout satisfaits de la prestation du nouveau prestataire", explique Christophe Najdovski, adjoint aux Transports de la maire socialiste Anne Hidalgo. "Oui, nous tapons du poing sur la table auprès de cette société qui a gagné un marché conformément à la loi", a renchéri mercredi matin la maire elle-même sur les ondes de radio France Bleu Paris.

La gratuité pour le premier trimestre 2018 ?

Dans une lettre ouverte, le groupe écologiste au Conseil de Paris, défenseur du vélo et "inquiet de l'interruption partielle du service", demande lui la gratuité du premier trimestre.

En attendant, la grogne ne cesse de monter chez les usagers qui déplorent la piètre qualité du service.

Les grands gagnants de cette débâcle : les vélos sans bornes, qui profitent de se flottement du service Velib' pour conquérir des nouvelles parts de marché.

>> Lire aussi Ofo, oBike, Indigo Weel... La nouvelle concurrence de Vélib' pour 2018

(avec agence)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/01/2018 à 8:04 :
Merci à la maire de Paris qui comme d habitude parle trop et ne travaille pas assez. Le velib' c est bien mais changé de prestataire ça se prépare.... Et surtout qui va payer le changement des anciennes bornes ?
a écrit le 12/01/2018 à 7:39 :
Autour de la gare Montparnasse j'ai pu en voir....la couleur est moche (une espèce de vert de mauvais goût...) et une fragilité évidente....bon courage aux utilisateurs....
a écrit le 11/01/2018 à 23:05 :
Quand on voit cette bécasse d'Hidalgo venir pérorer a la télé en braillant que Paris est au top pour tout , il y a de quoi s'interroger sur sa santé mentale ou plutôt sur son honnèteté !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :