Paris : château fort ou ville ouverte ?

 |   |  702  mots
(Crédits : GONZALO FUENTES)
Lors du deuxième Sommet du Grand Paris le 25 juin 2019 à la Grande Arche de la Défense, Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la maire de Paris et Robin Rivaton, directeur général de Real Estech Europe et auteur de « La ville pour tous » ont débattu de la nature de la capitale.

Paris doit-elle rester cette ville château fort dont le périphérique serait les douves ? Ou au contraire absorber les communes environnantes, comme elle l'a fait plusieurs fois dans le passé, et assumer son statut de ville-monde ? C'était le thème de la conversation entre Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la maire de Paris, et Robin Rivaton, directeur général de Real Estech Europe et auteur de  « La ville pour tous » (Éditions de l'Observatoire).

Emmanuel Grégoire a rappelé que Paris n'a cessé de grandir en cercles concentriques, de l'oppidum gallo-romain (ville fortifiée) à la cité moderne, en passant par l'Île de la Cité et l'enceinte de Thiers devenue les boulevards des Maréchaux. Puis la loi de 1859 a fait passer le nombre d'arrondissements de 12 à 20 en absorbant les communes limitrophes. La dernière grande frontière étant le boulevard périphérique, autoroute circulaire construite à partir de 1973 et barrière physique entre Paris intra muros et la banlieue. Certains candidats à la Mairie n'hésitent pas à demander son démantèlement.

Pour le premier adjoint, « le périph' est une incongruité qu'il faut reconquérir mais pas fermer du jour au lendemain. Il existe en fait deux frontières : l'une physique autour de la zone dense, l'autre symbolique entre ceux qui se sentent parisiens et ceux qui se considèrent exclus ».

Robin Rivaton revient, lui, sur la loi du 16 juin 1859 portant sur l'extension des limites de Paris jusqu'à l'enceinte de Thiers qui provoque la suppression de onze communes du département de la Seine et ajoute 400.000 habitants à Paris.

Ce n'était pas une bonne solution : « Cela a entraîné une confusion mortifère au sein des élites entre capitale administrative et ville mondiale. Le PIB du Grand Paris et ses 12,6 millions d'habitants est égal à ceux de la Hollande ou de la Suisse : c'est une chance extraordinaire pour le pays. À l'inverse, on assiste à un retour puissant vers le centre car on s'est aperçu que la mobilité infinie n'existait pas. Or, une fois dans le château fort, les gens n'ont aucune envie de baisser le pont-levis ».

Augmenter la taxe foncière contre la spéculation immobilière

Ce Paris forteresse est-il celui des bobos, une critique qu'on entend souvent ? Non répond Emmanuel Grégoire, qui rappelle que si les prix de l'immobilier sont devenus insoutenables, Paris, c'est aussi « une mixité sociale historique. Conserver des habitants de toutes les classes sociales est un combat difficile car on ne peut pas lutter contre la loi de l'offre et de la demande ».

Mais le logement social est un levier puissant pour réduire les inégalités en matière de logement. D'autres outils fiscaux de régulation du parc locatif privé existent, comme le retour de l'encadrement des loyers dans Paris intra-muros, une mesure effective dès juillet, ou les aides monétaires au logement pour les profils fragiles. Les plateformes de location comme Airbnb accentuent ces déséquilibres.

« On réfléchit à limiter le nombre de nuitées (actuellement de 120 par an, Ndlr). San Francisco, pourtant siège d'Airbnb, a carrément interdit cette activité. Nous nous orientons plutôt vers un modèle à la Berlinoise, dans lequel on ne peut louer qu'une chambre. Problème : juridiquement, on ne peut pas imposer ce changement. C'est le drame français : à chaque fois qu'il faut planter un clou, il faut changer une loi. On chasse les fraudeurs, mais nous n'avons pas de droit de visite pour vérifier », regrette Emmanuel Grégoire.

L'autre problème structurel, c'est l'inadéquation entre l'offre et la demande. La production nette de bâtiments est faible, et la liquidité des logements anciens (nombre de logements disponibles à la location ou l'achat) l'est encore plus. «

 Il existe un comportement de stockage de la part des propriétaires car à Paris, la taxe foncière est peu onéreuse. Or, ceux qui ont acheté à 2000 euros du mètre carré (contre 10 000 en moyenne aujourd'hui) font de la spéculation. Il faudrait rendre cette taxe nettement plus prohibitive » propose Robin Rivaton.

Pas sûr que les candidats aux municipales reprennent cette idée alors que la tendance est plutôt à la suppression des taxes immobilières, comme la taxe d'habitation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/06/2019 à 12:06 :
la Stasi n'a pas de droit de visite pour vérifier ce que les gens font chez eux, mais quel dommage!
a écrit le 29/06/2019 à 11:46 :
Quand on voit les individus qui y traînent, on se dit que le château fort est bien mal gardé. Comment la propagande gauchiste peut elle produire de tels articles? Intoxiquez, intoxiquez... Il en restera toujours quelque chose.
a écrit le 28/06/2019 à 20:15 :
Paris a toujours été un château fort grâce au fric qui est sa fondation. La ville n'est ouverte uniquement pour plumer les touristes. Mais quelle ville !
a écrit le 28/06/2019 à 8:58 :
"C'était le thème de la conversation entre Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la maire de Paris, et Robin Rivaton, directeur général de Real Estech Europe et auteur de « La ville pour tous "

ET pendant qu'ils bavardent les gens en bavent, encore et toujours, à un moment les mots ne suffisent plus il faut agir or nos hommes d'affaires et leurs politiciens et experts sont incapables d'agir démontrant chaque jour leur mauvaise volonté sur ces sujets.

Si vous voulez bavarder essayez au moins d'égratigner un minimum les classes dirigeantes dont la profonde bêtise du fait de leur cupidité pathologique exponentielle est en train de nous anéantir.

LÀ peut-être que vous aurez quelque chose mais on voit que vous aimez tellement parler hein... -_-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :