Le Centre-Val de Loire mise sur la croissance verte

Région parmi les moins peuplées de France et ne comptant aucune métropole de poids, le Centre-Val de Loire pense son avenir en jouant la complémentarité de ses grandes villes. Il compte aussi sur son attractivité pour développer le tourisme et les énergies renouvelables.
César Armand

4 mn

L'exécutif régional veut valoriser la complémentarité entre Orléans (ici), Tours, Bourges, Blois, Châteauroux et Chartres.
L'exécutif régional veut valoriser la complémentarité entre Orléans (ici), Tours, Bourges, Blois, Châteauroux et Chartres. (Crédits : iStock)

«Tout le sujet des politiques nationales et des politiques régionales repose sur le diptyque exclusion/inclusion, explique François Bonneau, président (PS) du conseil régional de Centre-Val de Loire. Est-ce que nous favorisons un projet, une modernité pour quelques-uns ou disons-nous oui au numérique et aux sujets environnementaux pour penser l'organisation sociale ? Cela doit être une préoccupation constante. »

Celui qui est aux commandes de sa région depuis 2007 refuse toute « approche technocratique » dans sa pratique du pouvoir local mais plaide au contraire pour une « vision à 360 degrés » de ses politiques économiques et environnementales. Pour cela, il entend bien s'appuyer sur les deux outils directeurs des Régions, à savoir le schéma régional de développement économique, d'innovation et d'internationalisation (SRDEII) et celui d'aménagement, de développement durable et d'égalité des territoires (SRADDET). « Nous ne les considérons pas comme posés sur l'étagère, assure François Bonneau. Grâce à eux, nous créons la cohésion des projets sectoriels. Si nous voulons être efficaces et trouver les bons leviers, nous devons penser les relations d'aménagement du territoire en termes de mobilité et de structuration de l'habitat. »

>> Lire aussi : Nouvelles régions : une réforme territoriale inachevée

A la tête d'une région parmi les moins peuplées en France métropolitaine (2,6 millions d'habitants), et ne comptant aucune grande métropole d'un poids démographique équivalent à ses voisins, son président érige le « penser global » en « impératif ». « Articuler et mettre en complémentarité Tours (135 000 habitants), Orléans (115 000), et plus encore les agglomérations de Bourges, Blois, Châteauroux et Chartres, est essentiel pour mettre en phase nos potentialités. Il faut faire de cette répartition une opportunité ! », s'enflamme François Bonneau.

Malgré une image liée aux châteaux et aux parcs nationaux, ce qui lui offre un potentiel touristique considérable, le Centre-Val de Loire croit en son attractivité. La région a l'une des plus faibles densités de l'Hexagone et les industries y sont bien plus présentes que les espaces verts ne laissent le croire. C'est même la première région nucléaire de France, avec quatre centrales implantées sur son sol. François Bonneau a néanmoins déjà l'oeil sur l'économie circulaire et les énergies renouvelables : l'éolien terrestre, la méthanisation, le photovoltaïque ou encore la production d'hydrogène. Il n'en oublie pas la performance énergétique, sujet économique et écologique, et tous les métiers qui vont avec, de l'isolation à la rénovation. « La question de la matière est absolument centrale, considère François Bonneau. Ça peut créer beaucoup d'emplois ! »

La fibre optique partout en 2025

Dès sa réélection en décembre 2015, le président de région a par ailleurs investi dans le numérique au profit des six départements (Cher, Eure-et-Loir, Indre, Indre-et-Loire, Loir-et-Cher et Loiret).

« Nous avons mis sur la table 170 millions d'euros pour le numérique pour que les conseils départementaux puissent irriguer tous les territoires », avance le président.

Objectif : que la fibre optique arrive dans les centres-bourgs en 2022 et partout en 2025. Autre sujet de fracture territoriale : la désertification médicale, qui touche également cette région. La population augmente chaque année au nord grâce aux salariés franciliens qui font la navette tous les jours, mais vieillit dans les lieux les plus au sud. Aussi, François Bonneau dit « anticiper » ce phénomène en soutenant les agglomérations qui créent des maisons de santé pluridisciplinaires.

>> Lire aussi : Les préfets, tours de contrôle de l'État en région

Enfin, pour retenir les talents et attirer de futurs cadres dans sa région, le socialiste veut renforcer la complémentarité entre les universités tourangelles et orléanaises et les mettre en synergie avec les grandes écoles des agglomérations. « Nous avons trop de jeunes qui vont à l'extérieur et pas assez qui viennent », regrette-t-il. Les 500 événements locaux prévus pour les 500 ans de la Renaissance l'an prochain seront peut-être l'occasion d'assigner à résidence de futurs habitants.

Les chiffres clés de la région Centre-Val de Loire

Population totale : 2 587 004 habitants

PIB par habitant : 27.274 euros (2015)

Taux de chômage : 8,3 % (4e trim.2017)

Source : Chiffres-clés édition 2017 de la Direccte Centre-Val de Loire

Président du conseil régional : François Bonneau (PS)

César Armand

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 05/10/2018 à 18:01
Signaler
Une fusion avec PDL donnerait toute sa puissance au Val-de-loire réunifié. Espéront que le bon sens éclairera les politiques du Centre et PDL pour enfin contrôler toute la Loire.

à écrit le 03/10/2018 à 10:00
Signaler
Je cite : "François Bonneau refuse toute « approche technocratique » dans sa pratique du pouvoir local" mais "il entend bien s'appuyer sur les deux outils directeurs des Régions, à savoir le schéma régional de développement économique, d'innovation e...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.