L'ESS nantaise veut tisser des liens avec l'économie traditionnelle

 |   |  466  mots
(Crédits : DR)
Labellisée « Territoire French Impact », l'économie sociale et solidaire nantaise cherche à décloisonner, et à accroître les liens avec l'économie dite réelle, pour accélérer.

« Nous travaillons déjà avec Système U, le logisticien Idea, l'Adapei... mais nous avons des difficultés à convaincre le secteur public et les collectivités, qui ont parfois du mal à accepter l'innovation dans leur fonctionnement », constate Anne-Laure Mesguen, fondatrice de l'entreprise solidaire Benevolt, à Nantes, qui accompagne la sortie de la vie active et aiguille des retraités et préretraités vers des missions de bénévolat dans les entreprises, les collectivités, les associations. Si les acteurs de l'économie sociale et solidaire (ESS) se félicitent de la récente reconnaissance amenée par la labellisation « Territoire French Impact », ils « attendent maintenant des actes concrets, lance Céline Durand, déléguée générale de la Caisse régionale de l'ESS Pays de la Loire, où Le Mans et Nantes ont été labellisés. On aimerait notamment que des mesures d'impact soient coréalisées avec les acteurs de l'ESS pour montrer ce que cette forme d'économie permet et ce qu'elle évite ».

Changer d'échelle

Historiquement très ancrée en Pays de la Loire, l'ESS, c'est plus de 15.000 établissements, 165.000 emplois et plus de 4 milliards d'euros de masse salariale. Notamment sur le bassin...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/03/2019 à 8:45 :
Excellent reportage ce week-end il me semble sur une chaine non habituée à diffuser des documentaires de qualité qui plus et, du coup je ne m'en souviens plus, sur la mairie de Moléon dans les Pyrénées qui réoriente l'argent des aides sociales vers le retour à l'emploi de chomeurx de longues durées avec un bon succès.

J'ai trouvé la mentalité du maire hors du commun, à savoir on prend le gars on voit ses compétences, on lui demande ce qu'il pourrait aimer faire en plus et on adapte un emploi à ses fonctions.

Ils sont tous très heureux ce qui est logique puisque c'est LA formule magique idéal, d'un retour à l'emploi vertueux, d'une productivité valorisante alors que bien souvent de pauvres gens mis de côté de la société dès leur naissance, adapter le travail à l'individu et non l'inverse.

Bravo.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :