Comment Medellin devient le symbole de la "ville vivante"

 |   |  1158  mots
La tenue de cette conférence a été l'occasion de lancer une plateforme originale de co-construction de projets urbains innovants, baptisée « Cities for Life - Global Platform 2015 »
La tenue de cette conférence a été l'occasion de lancer une plateforme originale de co-construction de projets urbains innovants, baptisée « Cities for Life - Global Platform 2015 » (Crédits : Reuters)
Notre chroniqueur expert, le Professeur Carlos Moreno, a participé à la conférence « Cities for Life » qui s’est tenue à Medellin (Colombie) fin août. Retour sur un événement phare pour la communauté internationale de la ville vivante.

La conférence Cities for Life 2015 de Medellin, événement de très haut niveau international, a réuni des personnalités et acteurs du monde entier : 100 délégués gouvernementaux, 120 villes et 60 maires ont fait le déplacement pour prendre part aux différents débats et ateliers organisés autour de six thématiques-clés : la mobilité, le design et le planning urbains, l'environnement, la gouvernance, la sécurité et le développement social.

Plus d'une centaine d'intervenants de renommée internationale étaient également présents, parmi lesquels Carlo Ratti, Directeur du SENSEable City Lab du MIT, Pilar Conesa, curator de Smart City World Expo, Michel Sudarskis, Secrétaire Général de l'Association internationale du développement urbain (INTA), ou encore le journaliste et écrivain Francis Pisani, chroniqueur à La Tribune. J'ai eu pour ma part le grand plaisir d'introduire la seconde journée de la conférence par un exposé sur le thème «  Quelle intelligence urbaine pour un monde en mutation ? ».

Un nouveau paradigme de l'innovation sociale

Medellin, qui organisait cette année la conférence, est devenue un symbole de la ville vivante pour tous sur la scène internationale. En une quinzaine d'années, elle a construit sa résilience et élaboré un paradigme nouveau, fondé sur l'innovation sociale et l'intelligence urbaine. Medellin s'est révélée pionnière en ce qu'elle a mis en avant avec sincérité l'espoir et la confiance, par-delà les intérêts politiciens puisque le programme de transformation a été porté par la ville sur plusieurs mandats.

La vision qui a présidé à cette profonde transformation est celle que des personnalités comme Carlo Ratti ou moi-même souhaitons aujourd'hui porter dans toutes les métropoles du globe : une vision qui place les citoyens au centre des politiques urbaines, en s'appuyant sur ce nouveau et puissant levier qu'est la technologie ubiquitaire.

Le XIXe siècle a été celui des empires, le Xxe siècle celui des Nations, le XXIe siècle est à n'en plus douter celui des villes.

Rien qu'à regarder la taille, le poids économique, politique et les tendances socio-culturelles qu'elles véhiculent, l'importance des mégalopoles, métropoles dans un mode fortement urbanisé, nous amène partout à nous interroger sur la transformation de nos villes, et en particulier sur la qualité de vie au sein d'espaces urbains.

Parallèlement, les nouvelles technologies impriment profondément et durablement leur marque dans la vie quotidienne de chacun. La puissance et capacités vertigineuses des révolutions technologiques, du numérique, de l'ubiquité, de l'Internet des objets, pour créer des nouveaux usages et services, sont un levier extraordinaire. En même temps, jamais nos villes n'ont jamais été aussi fragiles. À l'ère de l'hyper-connectivité, nous avons l'impératif de renforcer le lien social, pour que la technologie ne devienne pas un facteur qui nous dépasse en nous éloignant les uns des autres.

Notre challenge est de développer au cœur des territoires des écosystèmes dynamiques où s'inventent de nouvelles manières de construire la ville et où s'élaborent de nouveaux paradigmes. Comment dans un monde en crise et à ses grands défis, construire la ville de demain, humaine, citoyenne, solidaire, résiliente, connectée et ouverte ? Peut-on faire de nos villes des laboratoires vivants à ciel ouvert, où nous puissions travailler pour anticiper les prochaines ruptures ?

Du nord au sud, de l'est à l'ouest de la planète, les villes deviennent le cœur de nos vies, nous interrogeant sur notre devenir. Notre réflexion autour de la ville vivante propose de privilégier, pour réinventer la ville, la convergence des trois axes majeurs de changement : l'inclusion sociale ; repenser les infrastructures urbaines ; mettre au service des usages les apports des révolutions technologiques, et notamment du numérique.

Cities for Life, un outil original de co-construction

La tenue de cette conférence a par ailleurs été l'occasion de lancer une plateforme originale de co-construction de projets urbains innovants, baptisée « Cities for Life - Global Platform 2015 ». Si nous sommes désormais tous d'accord pour dire qu'il n'y a pas de Ville en soi, mais seulement des villes qui se distinguent toutes par une identité, une histoire, une culture propres, il n'en demeure pas moins que toutes les métropoles du globe doivent aujourd'hui faire face à des problématiques identiques, articulées autour de cinq défis : environnemental, culturel, économique, social et de résilience. C'est pourquoi une telle plateforme d'envergure internationale fait tout à fait sens. Elle va permettre departager les melleures pratiques sur ces sujets, mais aussi de faire participer la société civile à la création de solutions urbaines innovantes. Les citoyens du monde entier sont invités à relever les grands défis urbains d'aujourd'hui et de demain : comment inciter les citoyens au changement afin de mieux protéger l'environnement ? Quelle stratégie pour mettre en œuvre une mobilité efficace ? etc. Il est par ailleurs acquis que la gouvernance de chaque ville a un rôle majeur à jouer pour les citoyens s'investissent dans la co-construction de leur cité et ce genre de plateformes ouvertes paraît un bon exemple d'outil incitatif.

En route pour Habitat III

Une session parallèle de Cities for Life a par ailleurs été consacrée à la préparation de la conférence Habitat III des Nations Unies qui aura lieu à Quito en octobre 2016. Cette séance de réflexion était la première d'une série de dix sessions organisées par INTA et le Forum Live in a Living City que je préside et qui auront ensuite lieu à Saint-Denis de la Réunion, Santiago du Chili, Paris, Puebla, Cotonou, Grenoble, Jakarta, Fukuoka et Taipei. Elle a réuni de grands experts internationaux et des personnalités comme Augusto Barrero, ancien maire de Quito, Esteve Amirall d'ESADE, Barcelone, Kerstin Torseke de Malmö, Fernando Nunes de Lisbonne, Antoni Gutiérrez-Rubi, spécialiste de la vision SmartCitizen. La « task force » ainsi constituée permettra, d'ici à octobre 2016, de contribuer de façon originale au processus de co-construction global de la ville de demain en mettant en avant la transversalité des usages et la participation citoyenne.

Cities for Life 2016 se déroulera à Paris

La candidature de Paris pour accueillir la prochaine édition de la conférence Cities for Life, en 2016, a été retenue par la comité d'organisation. C'est là une belle opportunité pour la capitale française. Les mois prochains s'annoncent donc intenses pour la communauté de la ville vivante, avec les échéances-clés de la COP 21Cities for Life 2016 et Habitat III.

La vision d'une ville pour la vie, qui place l'humain et le citoyen en son cœur, est actuellement en passe de devenir un axe majeur de rénovation urbaine de par le monde ! Pour ma part, c'est avec plaisir que je m'investirai de nouveau cette année sur la scène internationale afin d'apporter ma contribution à la co-construction d'une ville meilleure pour demain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :