Les véhicules électriques tracent leur route en Amérique latine

 |   |  585  mots
(Crédits : DR)
Les voitures électriques séduisent également en Amérique latine. Tour de piste des pays champions de la mobilité électrique dans cette région.

À côté du Costa Rica, champion de l'électricité renouvelable qui cherche à verdir son parc automobile, le Paraguay et le Chili lancent des initiatives pour développer l'usage des véhicules électriques.

Le Casta Rica, un nouveau cap pour un nouveau président

Le Costa Rica, qui se vante d'être champion de l'électricité renouvelable (98,5% de sa consommation), mais dont les rues sont encombrées de voitures polluantes à essence ou diesel, veut verdir son parc automobile et développer le rail.

Pour l'heure, sur 1,4 million de véhicules privés, seules 600 voitures électriques circulent dans ce pays où les automobilistes affectionnent le 4x4 ou le gros pick-up. Mais les experts assurent que la tendance à l'électrique est en train d'émerger.

Ces six cents véhicules, c'est déjà le double en un an, et selon une étude de l'Université du Costa Rica, "en cinq ans, nous pourrions avoir 40.000 véhicules électriques" dans le pays, fait valoir Bernal Muñoz, directeur pour la mobilité électrique de la compagnie publique d'électricité (ICE).

L'ICE, qui détient le monopole de la production et de la distribution électriques, a montré l'exemple en remplaçant une centaine de ses véhicules à moteur thermique par des électriques.

Paraguay et la "route verte"

Le Paraguay (7 millions d'habitants) va inaugurer en 2019 un projet de "route verte", 1.000 km reliant les principales villes du pays et équipés de bornes de recharge capables d'approvisionner les véhicules en à peine vingt minutes.

La première borne sera inaugurée en janvier. À terme seront équipées les trois routes reliant la capitale Asuncion, Ciudad del Este et Encarnacion, dans le sud du pays, principale région agricole et industrielle du pays. Le réseau de bornes sera alimenté par de l'énergie solaire et hydroélectrique, en particulier grâce au barrage que le Paraguay partage avec le Brésil sur le fleuve Parana.

Le pays compte pour l'heure environ 250 véhicules électriques (contre 2 millions de véhicules à moteur à combustion), essentiellement dans la capitale où sont déjà disponibles des bornes de recharge rapides. Une loi récente abolissant les taxes pour l'importation de véhicules électriques a lancé le marché dans un pays où un plein d'essence coûte 50 dollars, contre 2,5 dollars pour une recharge électrique.

Pour le Chili, priorité à la mobilité urbaine

Le parc de transports publics de Santiago (6 millions d'habitants) est en cours de transformation, avec la mise en circulation depuis mi-décembre d'une centaine de bus électriques sur les grandes artères de la ville. Une centaine d'autres seront en circulation dès janvier. Le projet vise le remplacement total de la flotte (plus de 6.000 véhicules) à l'horizon 2050.

Les nouveaux bus ont une autonomie de 250 km et réduisent le coût d'exploitation de 76% par rapport aux bus utilisés actuellement dans la capitale, fortement critiqués par les usagers pour leur vétusté, ainsi que pour la pollution et le bruit qu'ils génèrent.

Selon le président de la République, Sebastian Pinera, qui a présenté le 13 décembre les nouveaux modèles de bus fabriqués en Chine, ce nouveau parc aidera le Chili à respecter les engagements pris dans le cadre de l'accord de Paris de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 45%.

Le nouveau système "représentera un pas décisif vers la pleine réalisation de cet objectif et contribuera ainsi à une planète et un Chili plus propres", a déclaré le chef de l'État.

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :