Nathalie Collin : "Les femmes doivent investir le numérique et montrer leur talent"

 |   |  694  mots
Nathalie Collin, Directrice Générale Adjointe du Groupe La Poste.
Nathalie Collin, Directrice Générale Adjointe du Groupe La Poste. (Crédits : Philippe Driss)
10 minutes dans le lounge La Poste avec Nathalie Collin. A l'occasion de Vivatech, Nathalie Collin, Directrice Générale Adjointe du Groupe La Poste en charge de la branche Numérique et de la Communication, a répondu à quelques questions..

En tant que femme dirigeante, vous a-t-on déjà fait sentir que vous étiez du « sexe faible » ?

Tout le temps ! J'ai commencé par travailler dans des groupes anglo-saxons. Cette culture est quand même très différente de la culture française. C'est assez binaire : on délivre ou on ne délivre pas. Quand on délivre, on monte jusqu'à atteindre ce que j'appelle le plafond de verre, la position de numéro 2 qui me convenait. Puis, j'ai eu la volonté de devenir présidente de la maison de disque dans laquelle j'étais (ndlr : elle a été présidente du groupe EMI Music France). Cela a pris du temps, énormément de travail, de la compétence et de la chance. Un nouveau président est arrivé pour l'Europe et il a fait une évaluation à 360 de son comité exécutif et le résultat a montré que j'étais la plus légitime pour prendre le poste. Si j'avais été un homme, je l'aurais peut-être eu plus tôt.

En quoi le numérique peut aider les femmes ?

Ce qui est formidable, c'est que le numérique réinvente un monde différent. Il y a toujours deux côtés. Au départ, il y a eu cette utopie absolue des hippies du numérique avec un élan formidable : « cela va améliorer la démocratie, on va pouvoir exposer plus d'œuvres d'artistes, il va y avoir un accès à la culture gratuit fantastique... ». Et puis on se rend compte, une vingtaine d'année plus tard, que cela a abouti à ce que le capitalisme peut produire de pire : l'ultra-concentration de l'argent et des pouvoirs et la privatisation de la censure par exemple. En ce moment, la période est intéressante car après cette vague de liberté, nous comprenons globalement tous qu'il faut à la fois réguler et changer le paradigme, par exemple démanteler ou proposer des biens communs. Le numérique permet de penser le monde de demain il est donc indispensable qu'il y ait autant d'hommes que de femmes qui travaillent sur ces sujets. Les femmes ont une approche parfois différente, une certaine sensibilité, une façon de voir les choses autrement, elles doivent investir le numérique et montrer leur talent. On arrive aujourd'hui à des monopoles, alors qu'il faut retrouver une multiplicité d'offres et une diversité. Et les femmes peuvent et doivent s'investir et y contribuer.

Lire aussi : Encourager les femmes à être actrices du numérique

Geek ou pas ? Quel est votre rapport avec le numérique ?

Je suis toujours connectée sur une appli ! J'utilise beaucoup Twitter ou Facebook car ils sont devenus des médias incontournables et qu'il est difficile de refuser de s'en servir car ce sont des lieux d'expression. Même si on se fait beaucoup insulter parfois, là encore en tant que femme. Mais, il ne faut jamais rien lâcher. J'utilise beaucoup Digiposte bien sûr, notre application qui simplifie la vie administrative quotidienne et qui permet de recevoir et de classer automatiquement les documents importants de sa famille (factures, justificatifs de domicile, relevés de compte, bulletins de paie, etc.). J'aime aussi Whatsapp qui me permet de rester connectée à mes proches. En revanche vous ne trouverez aucune photo personnelle sur mes comptes. Je suis opposée à cette intrusion dans la vie privée. Je préfère qu'on me juge sur ce que je fais et sur ce que je pense.

Que pensez-vous de cette édition VivaTech 2019 ?

Nous avons déjà 5 participations au CES à notre actif et 3 à VivaTech. On retrouve cette année à VivaTech ce que nous pouvions voir au CES. Cette édition marque un tournant car le salon a pris une nouvelle dimension et c'est formidable d'avoir cela en France. Il y a beaucoup de visiteurs, beaucoup d'acteurs internationaux, c'est une chance. Nous présentons nos innovations ainsi qu'une quarantaine de start-ups à qui nous offrons nos infrastructures. Cette année, 40 % des start-up sur notre Lab sont dirigées par des femmes. Cela permet un très bel écosystème de créativité et une belle occasion de montrer la vitalité de notre groupe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :