Ombrea protège les plantes des aléas climatiques

Les épisodes extrêmes (sécheresse, gel, grêle, tempêtes) se multiplient en raison du dérèglement climatique. Pour protéger les plantes, la start-up Ombrea, membre de la communauté du coq vert de Bpifrance, a mis au point un système de protection composé de volets intelligents pilotés par la data.

4 mn

(Crédits : Ombrea)

Le climat change et les cultures de plein champ (horticulture, viticulture, maraîchage) souffrent. Les événements climatiques violents se multiplient et endommagent les plantes. Pour les protéger et créer un microclimat idéal, l'agritech d'Aix-en-Provence Ombrea a imaginé un système unique, des ombrières composées de volets coulissants qui s'adaptent en temps réel grâce aux données envoyées par des capteurs et analysées par une intelligence artificielle. C'est en 2016 que Julie Davico-Pahin et son père Christian Davico créent leur entreprise qui emploie aujourd'hui 40 personnes. Son père, agriculteur, produit du feuillage coupé pour les bouquets de fleurs, une culture soumise aux caprices de la météo. « Après un gros épisode de sécheresse durant l'été 2016, nous avons cherché un outil pour pallier ce type d'aléas sans le trouver. Nous sommes partis d'un besoin du marché pour y apporter une solution qui consiste à moduler les paramètres climatiques par jeux d'ombrage » évoque l'entrepreneuse, qui a démissionné de son emploi de journaliste pour se lancer dans l'aventure.

Père et fille recrutent alors une équipe de haut niveau - ingénieurs, informaticiens, agronomes, docteurs en biologie - et commencent à tester leur système qui est à la fois mécanique, les volets s'ouvrent et se referment de manière latérale, et piloté par la data. Car le coeur de l'activité d'Ombrea, c'est bien le traitement de la donnée climatique. « Nous installons une dizaine de capteurs par parcelle. Ces données brutes (16 millions par an et par site) nous informent de ce qui se passe en temps réel » décrit la co-fondatrice. La start-up a mis en place des modèles idéaux de culture. Par exemple, le « modèle salade » définit le meilleur taux d'ensoleillement et d'humidité à tel moment de l'année pour ce légume. Ombrea compare ce modèle idéal aux données issues des capteurs pour s'en rapprocher le plus possible. « L'idée est d'anticiper les besoins de la plante et les risques climatiques grâce à l'intelligence artificielle » précise Julie Davico-Pahin.

Un modèle économique vertueux

Après quatre ans de tests, l'agritech provençale a commencé à commercialiser son innovation en s'appuyant sur de premiers résultats positifs. Pour la culture de la pivoine, qui pèse 40 % du marché horticole dans le sud, le rendement agricole a ainsi augmenté de 17 % sur les surfaces pilotées, avec des économies en eau de 30 % et une température du sol systématiquement moins élevée. Le système coûte plusieurs centaines de milliers d'euros, mais Ombrea propose aux agriculteurs un modèle économique vertueux. Les structures étant couvertes de panneaux photovoltaïques, la production d'énergie renouvelable permet à l'exploitant de couvrir son investissement. Bpifrance a été un des premiers financeurs de la start-up via la bourse French Tech, une avance remboursable de 30 000 euros. « Ça nous a permis de tester notre solution » apprécie la cofondatrice d'Ombrea, pour qui le soutien permanent de Bpifrance est essentiel.

Lire aussi 3 mnAvec Adionics, l'extraction du lithium passe au vert

En revanche, elle a intégré le French Tech Green20, qui vise à faire émerger les nouveaux champions technologiques de la transition écologique. Aux entrepreneurs décidés à se lancer dans cette transition écologique et énergétique et à en faire le cœur de leur activité, elle rappelle que les « défis sont immenses, mais que cela peut aussi être un vrai plus. Dans le secteur de l'innovation, les sociétés ont du mal à recruter. S'engager dans une politique TEE permet d'attirer des talents ». Les agriculteurs, très connectés et friands d'innovation, s'intéressent de près à ces ombrières boostées à la data. Le bouche à oreille fonctionne bien, au point que la start-up est passée de 24 personnes fin 2020 à 50 prévues à la fin de cette année pour répondre à la demande, sans aucun démarchage commercial.

Pour connaître l'accompagnement de Bpifrance sur la transition écologique et énergétique et découvrir la communauté du coq vert, cliquez ici.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.