Profitez des Certificats d’Economie d’Energie pour isoler vos combles perdus à moindre coût

 |   |  576  mots
Les CEE permettent aux propriétaires de bénéficier d’une prise en charge partielle ou totale de l’isolation des combles.
Les CEE permettent aux propriétaires de bénéficier d’une prise en charge partielle ou totale de l’isolation des combles. (Crédits : Reuters)
Mis en place par la loi POPE, le dispositif des Certificats d’Economie d’Energie est destiné à encourager les travaux d’économies d’énergie. Les CEE permettent ainsi aux propriétaires de bénéficier d’une prise en charge partielle ou totale des coûts de certains aménagements, dont l’isolation des combles.

L'intérêt d'isoler ses combles

Lorsqu'il n'est ni aménagé, ni chauffé, l'espace mansardé situé directement sous la toiture est défini comme « combles perdus ». C'est effectivement un espace vide qui constitue une source importante de déperdition énergétique. L'ADEME estime ainsi qu'un toit mal isolé génère une perte de 25 à 30% de la chaleur du bâtiment.

L'isolation fait ainsi partie des moyens les plus simples et accessibles d'accroitre la valeur d'un bien en améliorant ses performances énergétiques. Un gain d'un grade sur le Diagnostic de Performance Energétique constitue une plus-value directe pour un bien immobilier.

En isolant les combles vous diminuez votre facture d'énergie, vous valorisez votre bien immobilier et vous gagnez en confort avec une température intérieure plus homogène, été comme hiver.

L'isolation des combles

Les combles aménagés sont isolés au niveau de la toiture, avec de l'isolant en plaque ou en rouleau. Pour les combles perdus, l'isolation se fait généralement au niveau du plancher bas par le soufflage d'isolant en vrac. Il existe divers types d'isolants en vrac, la cellulose par exemple est régulièrement employée. Dans tous les cas, pour des raisons évidentes de performance et de sécurité, l'isolant utilisé doit répondre à la norme CE.

Ce type de chantier est effectué par des artisans labélisés RGE (Reconnus Garants de l'Environnement). Délivré par les pouvoirs publics, ce label atteste de la formation spécifique de l'artisan au domaine de la rénovation énergétique dans sa spécialité. C'est ainsi la garantie d'un chantier exécuté en conformité avec les bonnes pratiques du métier, tant au niveau des techniques que des matériaux utilisés.

Lors de l'établissement du devis, pensez à vérifier que les critères de qualification de l'entreprise sont bien renseignés. Un artisan RGE doit ainsi stipuler son numéro de certification. D'autres éléments doivent aussi figurer sur le devis : dans le cadre du CITE, les normes et critères techniques de performance, et pour l'ECO PTZ le rapport avec la quantité totale existante, c'est-à-dire le pourcentage d'isolation sur la totalité de la surface (70m2 d'isolation soit 100% de la toiture, par exemple).

Les aides pour le financement

Réalisés par des professionnels RGE, les travaux d'isolation ouvrent droit à divers types d'aides : aides locales, Primes CEE, Crédit d'Impôt pour la Transition Energétique (CITE) et Eco Prêt à Taux Zéro.

De nombreux foyers sont ainsi éligibles pour un financement partiel voire complet de leurs travaux d'isolation des combles. De manière générale les professionnels sauront vous conseiller et estimer pour vous le montant du projet aides comprises. Vous pouvez également utiliser un service spécialisé comme MesComblesGratuits.fr. Cette entreprise gère les aspects administratifs du projet et s'appuie sur un réseau national d'artisans RGE. Sur leur site vous pouvez vérifier rapidement et simplement si vous faites partie de ce tiers des foyers éligibles pour des travaux d'isolation des combles totalement gratuits. Dans tous les cas, au moins une partie du chantier est financée par le biais des aides.

L'isolation des habitations fait partie des premiers chantiers à entreprendre lorsque l'on souhaite réduire sa facture énergétique. On commence généralement par la toiture avant de poursuivre par les murs. Au final, une maison bien isolée, c'est jusqu'à 40% d'économie sur le chauffage.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/12/2017 à 17:38 :
Chez moi ça ressemble à 'Avant', moins dense semblerait-il (la laine de verre n'est pas posée en bloc comme ça, un peu "maniée").
Si je passe à la photo 'Après', je vais économiser 25% (je chauffe à 18°C, -1° -7% je vais chauffer à 21°C pour la même consommation de gaz ?) ? On marche comment sur la charpente ensuite ? On ne voit plus rien. Je dois avoir accès à ma VMC (nettoyage préconisé annuellement(?)), voire regarder pourquoi de l'eau passe par le toit quand y a fort vent si ce n'est changer la chaudière gaz qui demandera à percer le plafond (placo) sans doute un peu à côté de la précédente (y a des différences de position pour l'évacuation des gaz brûlés selon les marques, modèles, ..).
Le maire avait fait survoler la ville y a qq années par une caméra thermique/hélicoptère pour sensibiliser aux pertes thermiques, mais jamais refait, ça permettrait de voir si les "mesures" prises par chacun sont bien efficaces, hors facture qui varie avec les années, hiver froid, tiède, etc...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :