LinkedIn (aussi) déçoit Wall Street, après Twitter

 |  | 445 mots
Lecture 2 min.
L'audience du site destiné aux professionnels a baissé selon ComScore.
L'audience du site destiné aux professionnels a baissé selon ComScore. (Crédits : reuters.com)
Le réseau social professionnel prévoit une croissance moins forte qu’attendu et le titre chute de 7% en transactions hors séance. Les investisseurs s’interrogent aussi sur la fréquence d’utilisation des membres de LinkedIn, comme chez Twitter.

Après l'impressionnant plongeon de Twitter jeudi, qui a vu s'évaporer plus de 8 milliards de dollars de capitalisation boursière en une séance (-24%), c'est au tour d'un autre réseau social, LinkedIn, de décevoir à Wall Street. Le titre affiche un recul de 7% dans les transactions hors séance (jusqu'à -15% hier soir), les investisseurs sanctionnant ses prévisions inférieures aux attentes. Le réseau social professionnel a aussi un peu semé le doute sur la fréquence d'utilisation de ses 277 millions de membres (en hausse de 7%), soit un peu plus que Twitter qui a annoncé 241 millions d'utilisateurs à fin décembre. L'action LinkedIn a effectué un parcours quasi sans faute depuis son introduction au printemps 2011 à 45 dollars : elle en cote 223 aujourd'hui et vaut plus de 26 milliards de dollars, autant que Twitter après sa dégringolade de la veille.

Plus de 5 millions d'utilisateurs en France

Le chiffre d'affaires de LinkedIn a bondi de 47% au quatrième trimestre à 447 millions de dollars, mais cette croissance ralentit depuis cinq trimestres d'affilée. Sur l'ensemble de l'année, la société de Mountain View a engrangé 1,5 milliard de recettes, pour l'essentiel venant des services de recrutement aux entreprises et des abonnements payants, pour un quart de la publicité, qui progresse moins vite, et un bénéfice net modeste de 26 millions de dollars. Pour 2014, elle vise des recettes de 2 milliards de dollars. Les investisseurs s'interrogent aussi sur la baisse d'audience, sachant que LinkedIn ne communique pas en nombre d'utilisateurs actifs par mois, à la différence de Facebook ou Twitter. Or selon Comscore, le nombre de visiteurs uniques par mois a diminué de 142 à 139 millions en un trimestre et le nombre de pages vues a aussi reculé. Les dirigeants du réseau social font valoir que ces chiffres n'incluent pas l'utilisation sur mobile, qui concerne 40% de ses membres. En France, selon Comscore, LinkedIn se classe derrière Facebook et juste derrière Twitter, avec 5,4 millions d'utilisateurs en décembre 2013, devant le français Viadeo à 3,5 millions.

Acquisition dans le Big data

Le site destiné aux professionnels a également annoncé l'acquisition de la société Bright, spécialisée dans l'analyse de données, pour 120 millions de dollars, payés aux trois quarts en actions. Fondé il y a trois ans par Eduardo Vivas, Bright a développé avec son équipe de « data scientists » un algorithme qui attribue une note sur 100 à un CV évaluant son adéquation au profil recherché d'une annonce. La startup a fait le pari du big data appliqué au recrutement et a attiré 7,4 millions de visiteurs uniques en septembre selon ComScore. Bright avait levé 14 millions de dollars à l'automne.

> Les résultats annuels de LinkedIn Corporation

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/02/2014 à 8:01 :
Une société cotée en bourse 26 m$ et qui réalise un chiffre d'affaire de moins de 1,5 m$ avec 26 millions de $ de bénéfice… ça laisse rêveur.
Vivement que ma société fasse 10.000.000,00 de ça. Je la valoriserai en bourse pour 150.000.000,00 et la revendrai. Ces réseaux sociaux sont une arnaque intellectuelle et financière!
a écrit le 07/02/2014 à 18:22 :
Racheter $120M ce que linkedIn pouvait faire en interne pour mille fois moins cher ca m'echappe. Peut etre qu'acheter une roue pour $120M offre plus d'exposition mediatique et financiere que de la réinventer pour $100K ?
a écrit le 07/02/2014 à 17:18 :
Les gens commenceraient-ils à se rendre compte que tout ça ne sert à rien...Un peu comme les commentaires que je poste sur LT...Mais j'en suis conscient, j'ai du temps,et c'est plus pour faire fonctionner le cerveau , polémiquer pour le plaisir, que dans le but de convaincre quiconque.
Réponse de le 07/02/2014 à 18:16 :
Tous le monde sait que LinkedIn, FaceBook, Twitter, etc, ne seront que des souvenirs dans quelques années. Cela n'empeche pas de pouvoir faire de bonnes affaires avec en bourse.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :