Cyber-espionnage : la justice américaine inculpe des officiers chinois

 |  | 423 mots
Lecture 2 min.
La virulence des propos des responsables américains dans cette affaire reflète le niveau d'inquiétude atteint aux Etats-Unis par l'ampleur de l'espionnage informatique chinois, source de tensions entre les deux pays ces derniers mois.
La virulence des propos des responsables américains dans cette affaire reflète le niveau d'inquiétude atteint aux Etats-Unis par l'ampleur de l'espionnage informatique chinois, source de tensions entre les deux pays ces derniers mois. (Crédits : reuters.com)
Cinq officiers de l'armée chinoise ont été inculpés pour "piratage informatique" et "espionnage économique" à l'encontre de six sociétés américaines.

Une première. La justice américaine a inculpé cinq officiers de l'armée chinoise pour "piratage informatique" et "espionnage économique" à l'encontre de six sociétés américaines, a annoncé lundi le ministre de la Justice Eric Holder. Celui-ci a rappelé la gravité de la situation lors d'une conférence de presse:

"Cette affaire d'espionnage économique présumé perpétré par des membres de l'armée chinoise représente les premières poursuites jamais engagées à l'encontre d'un acteur étatique pour ce type de piratage"

Nucléaire, solaire et métallurgie

Les inculpations, délivrées par un Grand jury de Pennsylvanie (est) visent des faits perpétrés entre 2006 et 2014 par des "membres de l'Unité 61398 du Troisième département de l'Armée de libération du peuple", le nom officiel de l'armée chinoise.

Ces officiers sont accusés d'avoir volé des secrets commerciaux d'entreprises américaines spécialisées dans l'énergie nucléaire ou solaire ou encore dans la métallurgie. Parmi ces entreprises figurent la société Westinghouse, US Steel, Allegheny Technologies, Alcoa, ainsi que des filiales de la société SolarWorld.

"Une réponse agressive"

"L'éventail des secrets commerciaux et autres informations sensibles volées dans cette affaire est important et exige une réponse agressive", a affirmé Eric Holder, selon qui le succès des entreprises doit dépendre de leur capacité à innover et non reposer sur "la capacité d'un gouvernement à espionner et voler des secrets commerciaux".

Le gouvernement américain "ne tolérera les actions d'aucun Etat qui cherche à saboter illégalement des sociétés américaines et à miner l'intégrité d'une compétition équitable" sur le marché, a-t-il ajouté.

>> Cyber-espionnage: les Etats sont les plus grands pirates

Le directeur du FBI James Comey, cité dans un communiqué, a de son côté estimé que "pendant trop longtemps, le gouvernement chinois a utilisé le cyber-espionnage de façon éhontée pour obtenir des avantages économiques pour ses industries d'Etat".

Une inquiétude grandissante

La virulence des propos des responsables américains dans cette affaire reflète le niveau d'inquiétude atteint aux Etats-Unis par l'ampleur de l'espionnage informatique chinois, source de tensions entre les deux pays ces derniers mois.

Pékin de son côté se plaint également d'attaques informatiques perpétrées à son encontre par les Etats-Unis, notamment à la suite des révélations d'Edward Snowden sur l'ampleur de la collecte de renseignement sur internet par la NSA, l'agence de renseignement américaine chargée des interceptions de communications.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/05/2014 à 13:36 :
C'est le bouquet !! les États-Unis provoquent simultanément tant la Russie que la Chine, au moment même où ces deux pays deviennent des grands alliés économiques et sont devenus militairement encore plus proches.
Mais que se passe-t-il avec Fatland, le pays du Dr. Folamour plein de soupe ? et ce drôle de Prix Nobel là, que fait-il, des "selfies" toujours ?
Il me semble que de tant avoir occupé le Japon – de 1945 jusqu'à nos jours – les États-Unis ont pris vraiment goût au hara-kiri.
Réponse de le 21/05/2014 à 13:40 :
Peut-être que vous avez raison, Zorro, mais une guerre et des plus sérieuses se profile déjà à l'horizon du monde. Cette fois, en tout cas, le hara-kiri sera collectif.
a écrit le 20/05/2014 à 12:25 :
Ces menaces bidons des US c'est parce que l'économie et la puissance chinoises s'agrandissent plus que la leur que les US commencent à agir comme un pays voyou.

Au lieu de reconstruire leur économie sur des valeurs réelles, le gouvernment américain préfère élargir sa bulle d'air !

Soyons sérieux, depuis quand on peut évaluer un pays sur des spéculations et notations de pacotille ? quelle sera la réelle valeur des USA quand leur bulle fera "ploc" ?
a écrit le 20/05/2014 à 7:43 :
La raison pour des telles accusations (difficiles d'être prouvées) c'est que dans les prochains jours la Russie et la Chine vont signer des protocoles très importants de coopération stratégique dans les domaines de l'énergie et du militaire. Voilà la vraie préoccupation des américains qui se voient privés d'alliance avec les deux plus grandes puissances économiques et militaires de demain. Autrement dit, les menaces yankees restent un tigre de papier pour le gouvernement chinois et encore une fois laissent le Département d'État à la risée du monde.
Réponse de le 20/05/2014 à 19:45 :
C'est déjà fait en partie, demain ils signeront ce qu'il y en reste.
a écrit le 20/05/2014 à 7:13 :
Un proverbe chinois disait: accuser des autres de ce qu'on fait soi-même. C'est toujours l'actualité. Ces américains sont les fourbes!!!!
a écrit le 19/05/2014 à 22:52 :
Et moi qui croyait qu'il n'avait que les Français qui n'avaient pas peur du ridicule....
a écrit le 19/05/2014 à 21:58 :
Le gouvernement américain "ne tolérera les actions d'aucun Etat qui cherche à saboter illégalement des sociétés américaines et à miner l'intégrité d'une compétition équitable", une pratique totalement interdite par la justice américaine, comme par exemple dans la vente d'avion de combat.
a écrit le 19/05/2014 à 18:59 :
Quelle poilade !!! Il y a quelques "Snowden" à la NSA qui doivent rigoler en lisant ça aujourd'hui... et d'autres rire jaune à la DGSE ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :