Apple développerait son moteur de recherche pour ne plus dépendre de Google

 |  | 590 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : Mike Segar)
Alors que Google lui verse des milliards de dollars pour apparaître comme principal moteur de recherche des appareils sous iOS, Apple plancherait sur son propre système selon une information du Financial Times.

Ce n'est pas la première fois que le développement d'un moteur de recherche par Apple est évoqué. Cette fois, le Financial Times, dans un article du mercredi 28 octobre, avance pour preuve de récents changements dans la présentation des résultats de recherche sur les iPhone utilisant iOS 14, la dernière version du système d'exploitation mobile de la marque à la pomme.

D'après le quotidien britannique, les requêtes réalisées depuis la fenêtre de recherche - accessible en glissant son doigt vers la droite de l'écran d'accueil de l'iPhone - afficheraient désormais une liste de suggestions générée par Apple et non plus des résultats Google. « Des suggestions de saisie semi-automatique montrent qu'Apple cherche à apprendre des requêtes les plus courantes formulées par ces utilisateurs », ajoute le Financial Times.

Lire aussi : Apple One, l'arme ultime d'Apple pour muer vers les services

Déjà-vu

Cette fonctionnalité de recherche marque une avancée significative dans les développements d'Apple dans ce domaine et pourrait n'être qu'un début. Si Apple a toujours été discret sur ses projets de développements et ses recherches internes, cela fait quelque temps que l'entreprise travaille ce sujet.

Selon le Financial Times, Apple a par ailleurs embauché il y a deux ans l'ancien chef de la recherche de Google, John Giannandrea, afin de renforcer son département d'intelligence artificielle et son assistant virtuel Siri.

Ces informations sont en tout cas publiées quelques jours après l'annonce par le gouvernement américain de poursuites contre Google pour abus de position dominante dans les services de recherche sur Internet. Le ministère de la Justice des États-Unis a souligné dans sa plainte que Google payait des milliards de dollars à Apple pour apparaître comme principal moteur de recherche sur les appareils munis du système iOS. Apple n'a pas répondu aux sollicitations de l'AFP.

Lire aussi : L'antitrust américain poursuit Google pour abus de position dominante, du jamais-vu depuis 20 ans

Google épinglé sur la concurrence

En parallèle, cinq moteurs de recherche alternatifs à Google - l'américain DuckDuckGo, les français Lilo et Qwant, le tchèque Seznam et l'allemand Ecosia - ont fait état mardi 27 octobre dans une lettre adressée à la commissaire à la Concurrence de la Commission européenne Margrethe Vestager, de leur insatisfaction face au mécanisme d'enchères mis en place en 2019 par Google pour être proposé comme moteur de recherche par défaut lors de la configuration d'un nouveau téléphone ou d'une tablette vendus en Europe.

Pour sélectionner les trois concurrents qui seront proposés à ses côtés, Google organise des enchères trimestrielles par pays, lors desquelles les participants définissent le prix à payer à la firme américaine pour chaque utilisateur qui les sélectionnera.

« Le prix des enchères devient exponentiel et juste insupportable pour les moteurs de recherche alternatifs », a expliqué à l'AFP le PDG de Qwant Jean-Claude Ghinozzi. « Nous voulons une réglementation européenne qui garantisse que tous les acteurs, quelle que soit leur puissance de feu financière, aient la même visibilité sur tous les navigateurs et systèmes d'exploitation », a déclaré dans un communiqué le PDG d'Ecosia Christian Kroll. Google domine le secteur de la recherche en Europe avec 93% des parts de marché en septembre, et 97% sur mobile, selon le site Statcounter.

Lire aussi : Procédure contre Google : le début de la fin pour le modèle "gratuit" du Net basé sur la publicité ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :