Apple : recul historique des ventes d'iPhone

 |   |  508  mots
La situation ne semble pas partie pour s'arranger sur le trimestre en cours, pour lequel la marque à la pomme dit viser 41 à 43 milliards de dollars de chiffre d'affaires, bien moins que les 47 milliards anticipés jusqu'ici par les analystes.
La situation ne semble pas partie pour s'arranger sur le trimestre en cours, pour lequel la marque à la pomme dit viser 41 à 43 milliards de dollars de chiffre d'affaires, bien moins que les 47 milliards anticipés jusqu'ici par les analystes. (Crédits : © Carlo Allegri / Reuters)
La firme de Cupertino a vendu 10 millions d'iPhone de moins qu'un an auparavant. Les ventes en Chine, deuxième marché, ont chuté de plus de 25%. Le chiffre d'affaires d'Apple est en recul pour la première fois depuis treize ans.

Du jamais-vu depuis le lancement de l'iPhone en 2007. Apple a annoncé mardi un recul de 16% sur un an des ventes trimestrielles de son appareil vedette, et une baisse de son chiffre d'affaires pour la première fois depuis plus de dix ans. Des contre-performances qui illustrent ses difficultés face à la saturation croissante du marché des smartphones.

Le recul des ventes d'iPhone était largement attendu. Le directeur général d'Apple, Tim Cook, avait lui-même dit s'y attendre en janvier. Mais il s'accompagne en outre de résultats financiers décevants. Le bénéfice net a baissé de 22% à 10,5 milliards de dollars et le trimestre se solde par un bénéfice par action de 1,90 dollars alors que le consensus Thomson Reuters I/B/E/S le donnait à 2,00 dollars. Le chiffre d'affaires, à 50,56 milliards de dollars (44,79 milliards d'euros), est lui aussi inférieur au consensus, qui ressortait à 51,97 milliards.

10 millions d'iPhone de moins qu'en 2015

Dans le détail, le groupe informatique américain a écoulé 51,19 millions de téléphones sur le deuxième trimestre de son exercice décalé (janvier-mars), contre 61,17 millions sur la même période un an plus tôt. Le groupe américain a notamment subi une chute de plus d'un quart de ses ventes en Chine, son deuxième marché après les Etats-Unis, et les prévisions qu'il a présentées pour le trimestre en cours sont inférieures aux attentes.

     | Lire Les profits de Huawei bondissent, portés par ses smartphones haut de gamme

Le directeur financier du groupe, Luca Maestri, a expliqué à Reuters que les ventes d'iPhone avaient été particulièrement élevées au deuxième trimestre de l'exercice précédent dans le sillage du lancement d'une nouvelle version de l'iPhone.

"L'iPhone 6 est une anomalie et crée donc une comparaison très difficile pour nous", a-t-il dit.

Le ralentissement des ventes de l'iPhone, ajouté au déclin qui se confirme pour l'iPad (-19% sur un an à 10,25 millions d'unités), montre l'importance pour le groupe de se diversifier.

"Apple se retrouve en position défensive et doit faire la preuve de sa croissance; c'est une situation dans laquelle Apple n'a pas eu à se retrouver depuis plusieurs années", explique Patrick Moorhead, analyste de Moor Insights & Strategy.

La situation ne semble pas partie pour s'arranger sur le trimestre en cours, pour lequel la marque à la pomme dit viser 41 à 43 milliards de dollars de chiffre d'affaires, bien moins que les 47 milliards anticipés jusqu'ici par les analystes.

50 milliards de dollars versés aux actionnaires

Même l'annonce d'une rallonge de 50 milliards de dollars des reversements aux actionnaires par le biais de dividendes et de rachats d'actions n'a pas suffi à enrayer la chute de l'action Apple.

Suivant cette publication, l'action Apple a perdu jusqu'à 8% dans des transactions hors séance mardi soir. S'échangeant dans des volumes nourris, elle est tombée sous le seuil symbolique des 100 dollars pour la première fois depuis février et effaçant quelque 46 milliards de dollars de capitalisation boursière.

(avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/04/2016 à 8:21 :
...celà fait quand meme un " residuel " de ventes de ...600.000 iPhones par JOUR ...
un C.A. de 50 milliards , avec 10 milliards de $ de benefice ...pas surprenant qu'il y ait du Apple -bashing : de tels resultats , c'a fait des jaloux ? non ?
a écrit le 27/04/2016 à 17:04 :
Le temps de l'iPhone est écoulé. Sans nouvelle vraie innovation Apple redeviendra une société comme les autres.
a écrit le 27/04/2016 à 13:51 :
Apple a toujours su s'arranger avec les tenants de brevets pour proposer à ces derniers une exploitation commune maximum en un temps record. Un savoir faire indéniable. Cherchant sans cesse à être "différent" en se basant principalement comme tremplin sur la communauté homosexuelle, Apple a néanmoins toujours rejoint le lot commun comme il l'a fait pour son processeur; depuis Motorola comme on le sait est parti en vrille. C'est ainsi, le tout est de choisir le bon moment pour changer d'opinion. Le challenge est de passer du constructeur-assembleur actuel à une plate-forme pertinente capable d'agréger des offres produits et services différents de ceux d'Apple en formant des clusters d'offre. Si Dell avait fait l"erreur de rester spécialiste par rapport à Amazon qui, dans la même organisation, se veut un grand "épicier" généraliste, Apple devra faire le choix de son périmètre. Verra-t-on les salades bio Apple proposées aux fans ? Ou bien compte tenu de l'état des constructeurs automobiles américains, tous deux en situation avancée de faillite, Apple va-t-il se donner une strature industrielle en reprenant l'un d'eux ? Nous verrons.
a écrit le 27/04/2016 à 13:18 :
E N F I N !!!
Réponse de le 29/04/2016 à 8:29 :
vous avez surement vos raisons pour dire " enfin " , mais je pense qu'elles vous aveuglent ...ne revez pas : celà ( Apple ) à commencé il y a 40 ans ...et depuis 40 ans , il y a eu regulièrement des detracteurs ...et pourtant ...!
a écrit le 27/04/2016 à 10:36 :
Dans un marché hyper concurrentiel, il faut constamment être à la pointe de l'innovation et avoir une vision révolutionnaire, chose que la marque n'a plus depuis la mort de son fondateur. Non content de cela, l'économie mondiale est en berne.
Il était évident qu'Apple en viendrait à "se casser la gueule" en bourse. L'heure de vérité est arrivée pour la marque à la pomme.

Perso, je n'ai jamais aimé : trop cher, trop marketing... Tout ce que je n'aime pas comme business modèle.
Réponse de le 29/04/2016 à 10:33 :
" ...tout ce que je n'aime pas comme bussiness modèle " : mais ? les produits , vous les avez essayés ? ou etes vous un detracteur ...trop critique ,
trop negativiste ?
a écrit le 27/04/2016 à 10:34 :
je suis très content de mon Samsung de base à 1/4 de prix! Ce n'est qu'un début continuez le combat ha ha
a écrit le 27/04/2016 à 10:32 :
C'est un non événement cette annonce. Combien même en France de grosses capitalisations on fondu de plusieurs dizaines de milliards certes pas en un jour et personne n'en a fait ses choux gras, mais nombre de petits porteurs eux ont bel et bien déserté la bourse.
a écrit le 27/04/2016 à 10:26 :
Même en recul, le CA trimestriel reste supérieur au "contrat du siècle" de DCNS en Australie pour 12 sous-marins...
Donc, je ne m'inquiète pas pour Apple.
Réponse de le 29/04/2016 à 8:24 :
comme vous dites ...
d'autant plus que , le fameux " contrat du siecle " ...il est sur plusieurs decenies .
a écrit le 27/04/2016 à 9:54 :
Les valos boursières sont virtuelles, ce n'est pas de l'argent réel. Et seuls ceux qui sortent au bon moment peuvent convertir cette valeur virtuelle en valeur réelle.

"46 Milliards qui partent en fumée en bourse" ça ne veut absolument rien dire.
a écrit le 27/04/2016 à 8:31 :
N'est pas Steve Jobs qui veut!
a écrit le 27/04/2016 à 8:18 :
l'Iphone est une machine à cash

Mais à force de trop tirer les prix vers le haut on tue son marché.

Un Iphone doit coûté maximum 30 euros en fabrication il est vendu 800...
son stockage de 16Go coute 3 centimes à fabriquer et est notoirement insuffisant... la capacité supérieur est vendue au prix du voyage dans l'espace....

Un téléphone même évolué devrait coûter 150-300 euros max.

Il n'y a pas que l'Iphone qui va tomber les gens ne peuvent simplement plus payer 600 ou 800 euros tous les ans pour ce genre de matériel.

En parallèle Apple rend ses téléphones obsolètes et communique sur les tonnes d'or et de métaux précieux qu'elle récupère "gratuitement"

Cherchez l'erreur.
Réponse de le 27/04/2016 à 9:41 :
Mais bien sûr. Vous devez être un expert en décomposition du coût d'un produit pour sortir une telle ineptie sur le coût d'un Iphone. De plus les composants c'est une chose mais ce n'est finalement qu'une petite partie du coût de ce genre de produit : il faut inclure la R&D, le transport, les charges, les utilisations de brevets à payer, le marketing ...
Et puis final quel est le prix d'un Samsung G7 ??? Ah oui c'est grosso modo la même chose qu'un IPhone mais là il n'y a rien à dire.
Réponse de le 29/04/2016 à 8:34 :
mais , un iPhone , c'a se paie aussi 200 à 250 euros ...; il faut chercher ; c'est surement du " grey-market " comme disent les américains , mais c'a sort des usines Apple ( et debloqué tous operateurs ) .
a écrit le 27/04/2016 à 8:02 :

Même les arbres ne montent pas jusqu'au ciel.
Réponse de le 27/04/2016 à 10:39 :
Pourtant comme disait Wilbur Wright, le ciel commence au ras du sol...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :