Apple enquête sur des décès chez l'un de ses fournisseurs en Chine

 |   |  408  mots
Les conditions de travail chez plusieurs sous-traitants des fabricants d’électronique ont fait l'objet de dénonciations par des ONG.
Les conditions de travail chez plusieurs sous-traitants des fabricants d’électronique ont fait l'objet de dénonciations par des ONG. (Crédits : reuters.com)
Après des décès chez Pegatron, un sous-traitant d'Apple en Chine, le groupe américain a dépêché des experts sur place.

Shi Zhaokun avait 15 ans. Muni de faux papiers d'identité qui lui en donnaient 20, il s'est fait embauché par Pegatron, l'un des sous-traitant d'Apple en Chine, pour y fabriquer notamment des iPhone 5C. La visite médicale pré-embauche, passée début septembre, n'a signalé aucun problème de santé particulier. Un mois après, Shi Zhaokun est mort d'une pneumonie.

Cette histoire, racontée par le New York Times le 10 décembre n'aurait peut-être pas eu les mêmes conséquences si cinq autres décès "non expliqués" d'employés de Pegatron n'avaient lieu au cours des derniers mois. Après ces disparitions signalées par l'ONG China Labor Watch, Apple a en effet annoncé que des experts avaient été envoyés pour tenter de découvrir l'origine de ces disparitions.  

"Aucune preuve de lien"

"Ils n'ont trouvé aucune preuve de lien entre les conditions de travail" dans l'usine de Pegatron et ces décès, a indiqué le groupe américain dans un communiqué le 12 décembre. "Nous réalisons que ceci n'apportera aucun réconfort aux familles qui ont perdu un de leur proche", ajoute-t-il. La direction d'Apple préciser qu'une équipe d'expert travaille sur place pour s'assurer "que les condition [de travail] correspondent à [leurs] exigences".  En 2012, Tim Cook, le patron d'Apple avait assuré qu'il mettrait tout en oeuvre pour que le code d'éthique d'Apple soit respecté par ses sous-traitants. 

"Mesures strictes"

De son côté, la compagnie Pegatron dont le siège se trouve à Taïwan s'est défendue en affirmant qu'elle avait mis en place "mesures strictes pour vérifier l'âge des employés avant leur recrutement, et qu'elle travaille avec des experts de la santé et de la sécurité pour fournir un environnement de travaille sûr pour chaque ouvrier".

Des fabricants dénoncés

A plusieurs reprises, des sous-traitants en Chine de fabricants de matériel électronique ont été dénoncés pour des conditions de travail qu'ils imposaient. Parmi la liste des griefs: embauches de mineurs, discriminations, heures supplémentaires non payées, cadences infernales... Un autre sous-traitant d'Apple en Chine, Foxconn, avait ainsi été fortement critiqué quand, en 2010, une série de suicides d'employés avait mis en lumière des conditions de travail particulièrement dures. Plus récemment encore, un fournisseur de Samsung a ainsi été épinglé par l'ONG China Labor Watch qui défens les droits des ouvriers du pays

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/12/2013 à 14:23 :
Pardon, mais la quantité de fautes d'orthographe dans cet article en diminue la crédibilité. Relisez-vous ?
Réponse de le 16/12/2013 à 10:01 :
Je partage votre point de vue Jenni et ce n'est pas la première fois que je me fais la remarque sur le site de La Tribune, pour moi la Presse se doit d'avoir une orthographe irréprochable ! Nous ne sommes pas en train de lire de la presse people, dans laquelle ça se trouve qu'il n'y a même pas de fautes ! Ce serait un comble d'ailleurs... mais possible ceci dit !
Réponse de le 16/12/2013 à 15:29 :
tout à fait d'accord avec Jenny, y a-t-il de vrais journalistes derrière tout ça? en tout cas le niveau est bas!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :