Un fournisseur de Samsung épinglé pour ses pratiques sociales

 |   |  289  mots
D'autres sous-traitants de Samsung ont déjà été épinglés par des associations de défense des travailleurs.
D'autres sous-traitants de Samsung ont déjà été épinglés par des associations de défense des travailleurs. (Crédits : Reuters)
L'un des sous-traitants de Samsung en Chine, Samkwang Science and Tech fait l'objet d'une dénonciation par l'ONG China Labor Watch pour les conditions de travail qu'il imposerait à ses ouvriers.

Les Temps Modernes en Chine. Les conditions de travail pratiquées par un sous-traitant de Samsung, Samkwang Science and Tech, sont dénoncées par l'ONG américaine China Labor Watch dans un rapport publié le 5 décembre

Pour son enquête, l'association a envoyé l'un de ses membres travailler dans une usine de cette entreprise chinoise située à  Dongguan dans le Sud-Est du pays. Ce site de production fabrique des coques de téléphone portable et des écrans.

Une unité toutes les quatre secondes pendant 10 à 11 heures

L'association affirme que le sous-traitant de Samsung ne rémunère pas les heures supplémentaires à leur juste prix. Aux 5.000 employés de l'usine, cette compagnie devrait en tout près de 1 million de dollars pour cette année.

Ils travailleraient en moyenne entre 86 et 148 heures de plus que les horaires légaux par mois. Une journée de travail peut ainsi durer entre 10 et 11h pendant lesquels les ouvriers doivent produire "une coque de smartphone toutes les quatre secondes", selon cette enquête.

Discriminations à l'embauche

En outre, le fournisseur pratiquerait des discriminations à l'embauche contre les hommes, les personnes de plus de 39 ans, les minorités ethniques ou encore les femmes enceintes. 

Le groupe sud-coréen a répliqué en affirmant qu'il enverrait ses propres enquêteurs sur place, "pour vérifier ces affirmations et prendre les mesures adéquates", selon l'agence Bloomberg

Plusieurs précédents

Ce n'est pas la première fois que l'un de ses fournisseurs est dénoncé pour ses pratiques douteuses. En 2012, une ONG avait découvert que des adolescents étaient employés dans ces usines. Son grand rival Apple a également connu - à plusieurs reprises - les mêmes difficultés avec ses sous-traitants asiatiques

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/12/2013 à 17:46 :
La première ministre de F.Mitterand dont se réclame F.H. traitait la Japonais de "fourmis", que dirait elle aujourd'hui des Chinois ?????,

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :