Avec Nest Labs, Google signera la deuxième plus grosse acquisition de son histoire

 |  | 356 mots
Lecture 2 min.
Google rachète la startup d'objets connectés Nest pour 3,2 milliards de dollars en cash.
Google rachète la startup d'objets connectés Nest pour 3,2 milliards de dollars en cash. (Crédits : reuters.com)
En s'offrant le fabricant de thermostats intelligents et de détecteurs de fumées pour 3,2 milliards de dollars, le géant américain de l'internet se positionne sur les objets connectés et la domotique.

Environ 2,3 milliards d'euros en cash : c'est ce que devrait coûter Nest Labs à Google. Le fabricant de thermostats intelligents et de détecteurs de fumée offrira au géant de l'Internet des perspectives de développement dans la domotique, qui permet l'interopérabilité des systèmes électroniques dans les habitations. Il y a dix jours, la rumeur circulait d'un tour de table valorisant Nest 2 à 3 milliards de dollars.

L'opération devrait être conclue dans les mois qui viennent, dans l'attente des autorisations réglementaires, explique Google dans un communiqué. Ce sera la deuxième plus grosse acquisition de l'histoire de Google, depuis sa création en 1998, après celle du fabricant de téléphones mobiles Motorola, conclue en mai 2012 pour 12,5 milliards de dollars (environ 9 milliards d'euros).

L'entreprise de Mountain View a ainsi déboursé pour Nest le double de ce que lui avait par exemple coûté la chaîne de partage de vidéos YouTube en 2006.

"Nest Labs semble spécialisé sur les thermostats et les détecteurs de fumée mais on peut penser raisonnablement que Google développera à l'avenir cette technologie pour d'autres matériels", expliquait à Reuters Shyam Patil, analyste de Wedbush. "La domotique est un segment de choix lorsqu'il s'agit de mettre Internet partout et de tout connecter".

Concurrent du français Netatmo

Dirigé par Tony Fadell, ancien d'Apple qui a participé à la création de l'iPod, Nest Labs employait environ 280 personnes au 31 octobre 2013. La startup a notamment conçu un thermostat pilotable depuis son smartphone et capable de s'adapter automatiquement à l'emploi du temps de l'occupant d'une pièce, et un détecteur de fumée qui change de couleurs en fonction du taux de monoxyde de carbone dans l'air, par exemple. Le français Netatmo, connu pour sa station météo connectée, a aussi lancé un thermostat intelligent, dessiné par Philippe Starck, adapté aux normes européennes, qui vient d'être primé au salon mondial de l'électronique à Las Vegas (CES). Le site spécialisé Clubic rappelle que Google avait lancé en 2011 une initiative de domotique baptisée Android@Home, qui n'avait pas eu d'applications concrètes jusqu'ici.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/01/2014 à 15:07 :
la prochaine sera HIMAX.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :