Fronde des commerces de proximité : le secours de l'Etat attendu de pied ferme

 |  | 755 mots
Lecture 4 min.
Bruno Le Maire, ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance,
 à la sortie du Conseil des ministres en mars 2020.
Bruno Le Maire, ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance, à la sortie du Conseil des ministres en mars 2020. (Crédits : POOL New)
Pour calmer la fronde des commerçants, forcés de fermer leurs portes à nouveau en raison du deuxième confinement en vigueur jusqu'au 1er décembre minimum, le gouvernement a annoncé la mise en place prochaine de plusieurs mesures. Parmi elles : des aides financières pour la numérisation des TPE-PME, la labellisation d'entreprises spécialisées dans la transformation numérique, ou encore la baisse des tarifs postaux pour les produits culturels.

La fronde des magasins indépendants monte depuis la semaine dernière. En cause : la fermeture forcée d'environ 200.000 commerces jugés "non essentiels" jusqu'au 1er décembre en raison d'un deuxième confinement, alors que Noël approche à grands pas. Parmi eux, les librairies -exemple emblématique depuis le début de la crise- mais aussi les fleuristes, les magasins de jouets, de vêtements...

Face aux critiques de fédérations et syndicats de commerçants qui dénoncent une concurrence déloyale des enseignes de la grande distribution et des plateformes de e-commerce, qui elles, peuvent poursuivre leurs activités, le gouvernement a laissé jusqu'à mercredi aux grandes surfaces pour retirer de leurs rayons les produits jugés "non essentiels", dont les livres et DVD, les décorations ou encore les vêtements. Une décision qui a encore déclenché une vive polémique.

Lire aussi : Confinement et fermeture des...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/11/2020 à 17:56 :
Étonnant ce virus ,il ne s'attaque qu'aux commerces jugées non essentiel.
a écrit le 03/11/2020 à 17:22 :
Démagogie, quand tu nous tiens..
Madame Roselyne Bachelot veut réduire les tarifs postaux sur l'expédition des livres.
Chez Amazon ou FNAC, c'est 0.01€....
Si le livre est édité en numérique, c'est encore mieux: on l'obtient en 5 minutes...
La position de Bercy est beaucoup intelligente: il faut absolument aider les petits commerçants à se lancer dans le numérique.
Cordialement

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :