Concours Lépine : la machine à baguettes de pain primée

 |   |  621  mots
La machine à baguette, qui a gagné le concours, permet d'acheter des baguettes fraîchement cuites à toutes les heures. (Photo: Reuters)
La machine à baguette, qui a gagné le concours, permet d'acheter des baguettes fraîchement cuites à toutes les heures. (Photo: Reuters) (Crédits : <small>Reuters</small>)
De la machine à baguette à des capsules de fortune pour les sans abri, l'édition 2014 qui vient de se conclure a encore une fois donné libre cours à la fantaisie des inventeurs.

Organisé depuis 2000 dans le cadre de la Foire de Paris, le concours Lépine est chaque année l'occasion privilégiée pour des inventeurs de tous les coins du monde de présenter leurs trouvailles. De l'armoire sèche-linge, primé lors de la première édition, à l'appareil marin de calcul des vents qui a gagné en 2013, nombre d'inventions ont marqué l'histoire de la compétition. En 2014 (du 30 avril au 11 mai), elles étaient 533, venues de 15 pays, à concourir. En voici quelques-unes, parmi celles qui figurent finalement au tableau d'honneur.

La machine à baguette, déjà une multinationale

Le premier prix, "du président de la République", a été remporté par un boulanger de Moselle, Jean-Louis Hecht qui, avec son frère Jean-Claude Hecht, a breveté un automate capable de vendre 24 heures sur 24 et sept jours sur sept des baguettes. Une pièce d'un euro glissée dans la fente et la machine, équipée d'une chambre froide à 8 degrés pouvant garder quelques jours 120 baguettes précuites, achève la cuisson en 10 secondes, grâce à un four et à un espace chaud à 39 degrés. Le tout peut être surveillé et entretenu à distance depuis un ordinateur ou un smartphone.

Commercialisé depuis la mi-2012, le "Pani Vending", qui produit 60 baguettes à l'heure, représente surtout un excellent moyen de vendre massivement le pain français à l'étranger, selon Jean-Louis Hecht. Pour l'instant, une vingtaine de machines sont déjà  installées dans l'est de la France, une en région parisienne, et quatre ont été vendues en Russie.

Le miroir à repasser d'un pluri-inventeur

Un "inventeur en série", Raoul Parienti, auteur niçois de plus de 150 brevets, se hisse à la deuxième place du podium, remportant le Grand Prix du Sénat. Il est récompensé pour un système de repassage à vapeur intégré dans un miroir mural pivotant de six centimètres d'épaisseur.

Compact, le miroir peut être très utile dans les petites surfaces, ce qui  fait penser à son son inventeur qu'il a beaucoup de chances de succès au Japon. Raoul Parienti aussi mise en effet sur l'exportation, "dans la plupart des pays industrialisés et dans tous les pays émergents", et vise non seulement les châines hôtelières, mais également les particuliers.

L'anné dernière le pluri-inventeur, qui est aussi à l'origine du pass Navigo de la RATP, avait déjà été récompensé pour son scooter pliable.

Des capsules pour loger en urgence des sans-abri

Une invention au service des plus démunis se fait également remarquer: il s'agit de la "capsule de survie", abri d'urgence modulable pour SDF, qui a remporté le deuxième prix de la préfecture de police. Rapides à installer, transportables et démontables, les trois capsules de différentes tailles prennent à peine l'emplacement d'une place de parking.

Actuellement composé d'une structure en acier, de parois en particules de bois et de fenêtres en plexiglas, le petit module est amené à évoluer. Ses revêtements extérieurs peuvent être égayés par des artistes. Selon les inventeurs, Nicolas Roth et Nicolas Wojcik, le but est en effet autant de fournir une solution ponctuelle que d'interpeller sur un problème social grandissant.

Un dispositif pour lutter contre le vent

Deux autres inventions révendiquent en revanche une utilisation plus institutionnelle. C'est le cas du cône de signalisation rapidement dépliable conçu par une équipe universitaire taiwanaise (de l'Asia University), qui a reçu le premier prix de la Préfecture de police de Paris.

Le troisième prix de la Préfecture de police est allée un dispositif conçu par une société lilloise (Promo Drapeaux & Co ) permettant d'éviter un ennui récurrent: l'enroulement des drapeaux autour de leur hampe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/05/2014 à 17:31 :
J'ai lu le titre trop vite, j'ai compris périmée...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :