Face à l'inflation, la startup bretonne Cherpas veut redonner du pouvoir d'achat

Électricité, gaz ou téléphonie : Cherpas épluche vos factures, à votre place et de manière sécurisée, pour trouver le service le moins cher. La jeune pousse rennaise annoncera vendredi 24 juin une levée de fonds d’un million d’euros destinée à accélérer sa croissance et améliorer le parcours utilisateur. Objectif : réunir 100.000 membres en 2025 contre 20.000 aujourd’hui.

4 mn

Alors que l'inflation galope et devrait atteindre 5,4 % sur un an fin juin selon l'Insee, la startup rennaise Cherpas se fait fort de redonner du pouvoir d'achat aux ménages. Elle épluche les factures pour trouver le meilleur service.
Alors que l'inflation galope et devrait atteindre 5,4 % sur un an fin juin selon l'Insee, la startup rennaise Cherpas se fait fort de redonner du pouvoir d'achat aux ménages. Elle épluche les factures pour trouver le meilleur service. (Crédits : Cherpas)

Électricité, gaz, Internet et mobile : le poids des factures et des abonnements pèse dans le panier des foyers, qui ont souvent l'impression de payer trop cher mais se découragent à l'idée de changer de fournisseur ou d'opérateur.

Alors que l'inflation galope et devrait atteindre 5,4 % sur un an fin juin selon l'Insee, la startup rennaise Cherpas se fait fort de redonner du pouvoir d'achat aux ménages.

100.000 membres à horizon 2025

Via son site Web et sa solution numérique, ce sherpa de la consommation optimisée épluche vos factures et trouve le service adapté à votre profil.

Fondée en 2019, l'entreprise de neuf salariés compte près de 20.000 clients en France, principalement des actifs entre 25 et 60 ans, et supervise plus de 31.000 contrats.

A horizon de trois ans, elle vise 100.000 membres et prévoit d'accélérer sa croissance en renforçant son équipe marketing et en améliorant sa technologie algorithmique ainsi que le parcours utilisateur.

Pour cela, Cherpas officialisera ce vendredi 24 juin une levée de fonds d'un million d'euros réalisée auprès de huit business angels actifs dans l'innovation dont l'intelligence artificielle, ainsi que du fonds French Tech Seeds (obligations convertibles) de Bpifrance.

219 euros gagnés sur l'électricité, les assurances en ligne de mire

« Cherpas analyse rapidement les abonnements et les factures domestiques dans quatre domaines, électricité, gaz, Internet et mobile. D'ici à la fin de l'année, nous nous pencherons aussi sur les assurances » annonce Bertrand Jermann, ancien directeur général d'Ariase Group et co-fondateur avec Benoît Perrin de Cherpas.

« En 2021, Cherpas a fait gagner 219 euros en moyenne aux ménages chauffés à l'électricité et 265 euros à ceux fournis au gaz. Notre site web n'est pas un comparateur de prix à l'instant T mais permet aux particuliers inscrits de réduire, gratuitement et sur la durée, le coût de leurs factures. »

Grâce à son algorithme qui se nourrit en temps réel des tendances du marché, l'entreprise réalise une veille sur les contrats et alerte les membres par mail en cas de hausse des prix ou si des solutions moins chères existent.

Cherpas analyse par exemple les offres de la quarantaine de fournisseurs d'électricité actifs ainsi que celles des opérateurs télécom. L' entreprise estime qu'il y a des économies substantielles à aller chercher sur les abonnements mobiles et les box, autour de 300 à 350 euros par an.

Quand un particulier valide une offre de changement de fournisseur avec son RIB et sa carte d'identité, la startup s'occupe du reste.

Rémunération par les fournisseurs

Fondant son activité sur l'idée que payer une « taxe de fidélité » ne rapporte rien à un consommateur qui reste coincé chez un fournisseur mais lui coûte cher, Cherpas propose de faire jouer la concurrence. C'est ce qui génère sa rémunération.

Sorte de courtier digital, l'entreprise est rémunérée par les fournisseurs de gaz, d'électricité ou de téléphonie lorsqu'une recommandation leur permet de recruter un nouveau client.

« L'intérêt va toujours dans le sens du client, nous restons en cela très indépendants » assure Bertrand Jermann. « Dans nos calculs, ce critère de rémunération est l'un des sept paramètres qui forment nos recommandations (tarifs de l'offre, qualité du service, frais et pénibilité du changement...). Il compte un peu mais six fois moins que le gain du consommateur. »

La startup, qui prévoit de recruter quatre à cinq salariés supplémentaires, se veut aussi rassurante sur l'exploitation des données personnelles. Son outil évolue dans un environnement sécurisé, avance-t-elle, et aucune donnée ne « se promène chez des prestataires extérieurs ». Selon les obligations du RGPD, les données personnelles des membres inactifs depuis trois ans sur une base de données sont supprimées.

« Pour établir une relation longue durée avec nos membres, nous sommes obligés de créer de la confiance. Les données récupérées sont sécurisées chez nous sur des serveurs cryptés » promet Bertrand Jermann.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.