Le WiFi gratuit dans 3 stations de métro à Paris seulement

 |   |  542  mots
Copyright AFP.
Copyright AFP. (Crédits : AFP)
Une semaine après son gros coup de pub, la société espagnole Gowex a dévoilé mardi le détail de son offre d'accès WiFi gratuit dans le métro parisien. Bonne surprise : le débit élevé. Déception: la couverture est limitée en sous-sol à trois stations, en extérieur aux sorties d'une vingtaine de stations et à une dizaine de stations de bus.

Beaucoup de bruit pour trois stations ? La couverture réelle annoncée mardi matin lors d'une conférence de presse par la société espagnole Gowex qui promettait du WiFi gratuit dans le métro de Paris, n'est pas tout à fait à la hauteur du buzz généré la semaine passée. Dès ce mardi, il est possible de se connecter gratuitement dans « 48 stations et 66 zones de couvertures extérieures et intérieures », mais en réalité seules trois stations, Chaussée d'Antin, Place d'Italie et Pont de Sèvres, sont couvertes en sous-sol. Il faut cependant y ajouter une douzaine de grosses stations RER (Auber, Châtelet-Les Halles, Etoile, Nation, etc) et surtout des espaces publics en sorties de stations (Alésia, Denfert, Gare de l'Est, Montparnasse, Lyon-Bercy, St-Michel, etc) et des stations de bus (St-Lazare, Gallieni, Asnières etc, consulter la liste). Ce qui correspond au parc de bornes WiFi de Naxos, la filiale de Telcité, l'opérateur de la Ratp, à laquelle Gowex loue le réseau, au même titre que SFR. La régie confirme que « Naxos propose le même réseau aux opérateurs, avec 21 sites sous-terrains, principalement dans le réseau RER. »

Un haut débit de 1Mb/s sponsorisé par la publicité

Pour les utilisateurs quotidiens du métro, il sera donc possible de télécharger par exemple ses emails et son fil Twitter ponctuellement, dans quelques grandes stations, près des guichets ou dans les couloirs de correspondance, mais pas dans les wagons et rarement sur le quai. Le mode d'accès est simple : soit en se connectant au portail de Gowex soit en lançant l'application à télécharger, pour iPhone ou Android. Il faut entrer ses nom et prénom, son numéro de mobile pour recevoir le code et le mot de passe une bonne fois pour toutes. La bonne surprise vient du côté du débit : Gowex propose généralement dans les villes, comme à Bordeaux, premier contrat signé par Gowex en France, un débit gratuit limité à 512 kilobits/seconde, le débit plus élevé étant en option payante. Or les Parisiens peuvent bénéficier gratuitement, sans limite de temps, d'un débit pouvant atteindre 1 Mb/s, ce qui permettra un surf confortable. Ce haut débit est « sponsorisé » grâce à la publicité, sur le portail d'accès de Gowex et via des bannières en bas des pages Web, qui ne seront « pas trop agressifs » promet le patron de la filiale France, Karim Bouchfanj. La subvention provient notamment des partenaires mondiaux de Gowex, Nintendo et Skype. 

Bascule automatique bientôt entre réseau mobile et WiFi chez SFR

La Ratp ne fait que louer ses infrastructures, n'est pas partenaire : elle a signé un contrat commercial de 9 mois avec Gowex. "Pour l'instant" indique Gowex, qui espère aussi proposer ses services à la mairie de Paris. De son côté, SFR a achevé son test dans le métro mais n'a toujours pas communiqué à ses clients sur la possibilité de se connecter gratuitement sur le réseau de Naxos : ces derniers pourront basculer automatiquement du GSM ou de la 3G, s'il y en a, au WiFi, sans entrer d'identifiants, grâce à la fonction Auto Connect WiFi.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/07/2012 à 11:29 :
En effet, c'est un excellent coup de pub ! Je recommande également ce site http://www.paris-metro-pass.com
a écrit le 27/06/2012 à 6:50 :
Ce de l'arnaque... Où comment Gowex réinvente le mot "métro" pour se faire mousser. Il faudrait parler, au mieux, des "accès" au métro. Et encore... Le métro sans les quais et les rames c'est une blague :) "T'as pris le métro, aujourd'hui ?" "Oui, deux fois, mais juste les couloirs...". Même en supposant que le wifi arrive sur les quais, on pourra parler de wifi "dans" le métro le jour où on donnera la liste des quelques quais où ça ne marche pas ou lieu de donner la liste maigrellette des lieux où ça marche. Quant au buzz initial, cela montre une fois de plus que certains ne savent pas faire la différence entre un coup de pub et une info. On voit, aujourd'hui, que la conférence de presse n'était qu'un coup de pub et qu'il a fallu attendre une semaine pour avoir des infos.
a écrit le 26/06/2012 à 14:38 :
on est bien loin de l'effet d'annonce de la semaine dernière. ça ressemble un peu aux pubs d'Apple qui propose un Siri light en France, bcp plus light que dans ses pubs
a écrit le 26/06/2012 à 14:36 :
ça devient moins top d'un coup !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :