Grâce à Amazon, Deliveroo se renforce contre Uber Eats et fait plonger ses autres concurrents en Bourse

 |   |  221  mots
Will Shu, le patron de Deliveroo, avant hier, mercredi 15 mai 2019, à son arrivée à Paris pour rejoindre le sommet Tech for Good 2019 organisé par l'Elysée.
Will Shu, le patron de Deliveroo, avant hier, mercredi 15 mai 2019, à son arrivée à Paris pour rejoindre le sommet "Tech for Good 2019" organisé par l'Elysée. (Crédits : Reuters)
Deliveroo, et ses 60.000 livreurs dans 14 pays, vient de recevoir un soutien de poids avec ce dernier tour de table gigantesque. Après cette annonce, Just Eat perdait près de 10% à la Bourse de Londres et Delivery Hero plus de 5% à Francfort.

Le livreur britannique de repas Deliveroo a annoncé un soutien de poids, celui d'Amazon.com, pour livrer bataille à ses principaux concurrents que sont Uber Eats, filiale d'Uber Technologies, et Just Eat.

Lire aussi : Uber veut croquer Deliveroo et devenir le leader de la livraison de repas

Deliveroo a déclaré que le géant américain de la distribution en ligne avait été le principal contributeur à un nouveau tour de table de 575 millions de dollars (515 millions d'euros). Parmi les autres investisseurs du groupe, figurent T. Rowe Price, Fidelity Management et Research Co ainsi que Green Oaks.

60.000 livreurs dans 14 pays

Après cette annonce, Just Eat perdait près de 10% à la Bourse de Londres et Delivery Hero plus de 5% à Francfort.

Basé à Londres, Deliveroo emploie 60.000 livreurs et compte 80.000 restaurants à sa carte dans 14 pays, notamment en France, en Allemagne, à Hong Kong, à Singapour et au Koweit.

A cette date, si l'on inclut ce nouveau tour de table, Deliveroo a levé 1,53 milliard de dollars.

"Nous sommes impressionnés par l'approche de Deliveroo et par leur volonté de fournir aux clients un choix toujours plus grand d'excellents restaurants ainsi que des options de livraison pratiques", a déclaré Doug Gurr, responsable Amazon UK Country. (Kate Holton à Londres et Ismail Shakil à Bangalore Véronique Tison et Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Jean-Michel Bélot)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/05/2019 à 12:07 :
Amazone mise donc sur les anglais.

ALors qu'il y a le brexit mais ils sont vraiment nuls hein !? :-)

Ah ben tiens la croissance économique au RU est supérieure à celles de la france et de l'allemagne, certainement une fakes news à interdire !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :