Boudé par les 13-17 ans, Facebook va se concentrer sur les enfants

 |   |  583  mots
Facebook n'arrive toujours pas à s'adresser aux jeunes
Facebook n'arrive toujours pas à s'adresser aux jeunes (Crédits : Ralph Orlowski)
Malgré de nombreuses tentatives, Facebook continue d'échouer à convaincre un public jeune. Avec sa dernière réorganisation, le géant a décidé de se concentrer sur sa seule application à succès, Messenger Kids, destinée aux enfants.

Connaissez-vous Slingshot, Life Stage, tbh ou Lasso ? Non, et c'est normal :  les applications développées par Facebook pour attirer un public jeune sur sa plateforme échouent les unes après les autres. Ce jeudi 7 février 2019, le géant américain a annoncé la restructuration de sa division jeunesse, et laissé tomber plusieurs projets. Elle va réinvestir et concentrer ses efforts sur ce qui fonctionne correctement... qui se limite pour l'instant à son application Messenger Kids, pour les 6-12 ans.

Facebook en décalage avec les "teens"

Dans cette version de Facebook conçue pour les 6-12 ans lancée en décembre 2017, les paramètres sont entièrement configurables par les parents. Les annonceurs ne peuvent pas y faire de la publicité ciblée. Pour l'heure, Messenger Kids n'a été déployée qu'aux États-Unis, au Canada, au Mexique, au Pérou et en Thaïlande. Identifiée comme "priorité business", la division jeunesse du géant va donc investir dans son développement... au détriment des autres projets de conquête des 13-24 ans, morts dans l'œuf.

Ils sont nombreux. Début janvier, le site américain TechCrunch avait repéré une nouvelle application, "LOL". L'objectif : attirer les 13-17 avec la culture mème, fondée sur des détournements d'images. L'idée paraissait plutôt judicieuse, puisque Facebook héberge une partie de la communauté des fans de mèmes, dont le réseau social favori reste cependant Reddit. Mais l'outil, testé auprès de 100 lycéens, s'avérait trop en décalage avec le ton de ces communautés, au point d'être qualifié de "gênant" ou vieillot par certains de ses bêta-testeurs. Résultat, plutôt que d'essuyer un nouveau revers, l'application a été mise au placard.

D'après TechCrunch, une autre tentative de séduction du public lycéen, qui devait permettre de créer une communauté en ligne autour des établissements, est également passée à la trappe. Quant à Lasso, très inspirée du méga-succès Tik Tok, son avenir semble morose. Disponible uniquement aux États-Unis, il s'agit d'une application dédiée aux vidéos courtes et "divertissantes" autour du chant en playback et de la danse. Lasso n'a pas (encore ?) été abandonné par Mark Zuckerberg mais l'appli a peiné à dépasser les 10.000 téléchargements deux semaines après son lancement.

Instagram et WhatsApp, roues de secours pour toucher les collégiens et lycéens

Si Facebook a tout tenté pour séduire la tranche des collégiens et lycéens, ceux-ci lui préfèrent toujours Snapchat, Instagram ou encore Tik Tok. Une étude de février 2018 indiquait que les 15-24 ans passaient déjà 3 minutes de plus par jour sur Snapchat que sur Facebook. En même temps, les Américains d'e-Marketer prévoyaient une baisse de 2 millions du nombre d'utilisateurs de Facebook parmi les moins de 24 ans.

Pas de quoi tirer l'alarme cependant, puisque le groupe possède Instagram et WhatsApp, deux applications très populaires chez les plus jeunes. Et même si les chiffres sont à la baisse, plus de 40% des jeunes utilisent encore le réseau social. Mais ces échecs répétitifs renvoient un véritable constat d'échec de l'entreprise de Zuckerberg, incapable de s'adresser aux jeunes, alors qu'ils représentent un public privilégié pour les publicitaires. En ne parvenant pas à les attirer sur son réseau social, Facebook se coupe de revenus liés aux publicités ciblées.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/02/2019 à 11:40 :
L'échec de fb à attirer les jeunes ne vient que de son succès à attirer les autres.

Nos jeunes ne veulent pas utiliser le même réseau social que leurs parents c'est tout.
a écrit le 09/02/2019 à 15:44 :
Facebook va se concentrer sur les petits. Pour leurs apprendre les bonnes pratiques ?
MacDo, coca et iPhone ?
a écrit le 08/02/2019 à 18:49 :
et si c'était tout simplement le début de la fin du concept !
a écrit le 08/02/2019 à 18:49 :
Très dangereux, car vise à l'accoutumance d'une catégorie qui n'a pas encore suffisamment de maturité pour tenter de fuir cette sorte d'esclavagisme. Cela devrait être contrôlé très strictement par les états, si ce n'est interdit
a écrit le 08/02/2019 à 18:10 :
ok
des applis gratuites qui ciblent des jeunes sans pouvoir d'achat, ca interesse des publiciatires? ou ca tourne avec l'argent de gens qui ne gagneront jamais rien?
ce genre de projets ne devraient tourner que sur open source

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :