Faut-il un RGPD américain sur le modèle européen ?

 |   |  1368  mots
(Crédits : Pixabay / CC)
DÉBATS. En mai 2018, le Réglement général sur la protection des données (RGPD) est entré en application au niveau européen, instaurant l'obligation d'obtenir le consentement explicite d'un utilisateur pour collecter ses informations, sous peine d'une amende. Un modèle à suivre pour les États-Unis ?

Dans le camp du "non"

ADAM MICHEL, expert fiscalité au think tank The Heritage Foundation

« Non, nous n'y sommes pas favorables. Je pense que le California Consumer Privacy Act (CCPA) voté en Californie et qui s'inspire directement du RGPD (Règlement de protection des données personnelles) européen est un désastre [celui-ci permet notamment à l'utilisateur de récupérer ses données personnelles auprès d'une entreprise, de demander leur suppression, de refuser qu'elles soient vendues à un tiers, depuis juin 2018, ndlr]. Le RGPD est incroyablement compliqué et difficile à adapter ici, sans parler du coût que cela implique pour les entreprises pour se mettre en conformité. Pour les grandes entreprises, l'adaptation est envisageable, mais pour les plus petites, cela crée une véritable barrière à l'entrée. Résultat, cela ne fait qu'amplifier les forces en présence sur le marché. Bien sûr, avec Facebook, nous ne sommes pas dans un système parfait ou idéal, mais il reste toujours à l'utilisateur sa liberté de ne pas choisir ses services. Arrêtons d'utiliser Facebook si nous ne sommes pas d'accord avec sa politique en matière de données privées. Personnellement, j'ai accepté le fait...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/05/2019 à 10:32 :
"ADAM MICHEL, expert fiscalité au think tank The Heritage Foundation"

N'est pas favorable donc à ce que l'internaute soit libre d'utiliser ses données comme il veut. Pas étonnant mais complètement liberticide.

Après c'est toujours pareil tout dépend qui se trouve derrière la régulation, si c'est un obscurantiste en effet c'est à proscrire si c'est quelqu'un d'éclairé c'est à conseiller.

Sortons enfin de l’aliénation de la pensée binaire.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :