Gravity : des médias s'allient dans la publicité en ligne pour affronter Google et Facebook

 |   |  360  mots
Au total, les membres de Gravity touchent 44% des internautes français chaque jour, soit 16 millions de personnes, selon Béatrice Lhospitalier du groupe Les Echos, alors que Google en touche 60% et Facebook 70%.
Au total, les membres de Gravity touchent 44% des internautes français chaque jour, soit 16 millions de personnes, selon Béatrice Lhospitalier du groupe Les Echos, alors que Google en touche 60% et Facebook 70%. (Crédits : BLOOMBERG NEWS)
Plusieurs médias français ont annoncé la création d'un guichet unique d'achat d'espaces publicitaires en ligne. Cette mutualisation des moyens a pour but de proposer une nouvelle offre renforcée aux annonceurs et d'être mieux armés face à la concurrence de Google et Facebook.

Confrontée à la concurrence de Google et Facebook, une centaine de médias français, mais aussi l'opérateur SFR et le groupe Fnac Darty, vont partager leurs données publicitaires pour mieux commercialiser leur offre digitale auprès des annonceurs, ont déclaré ces groupes mardi.

Dans le cadre de cette alliance appelée Gravity, les annonceurs auront accès à partir de la fin 2017 à un "guichet unique" pour acheter des espaces publicitaires sur les sites de ces groupes.

L'alliance comprend les médias de Lagardère Active (Europe 1, Paris Match), L'Equipe, M6, Les Echos-Le Parisien, Next Radio TV (BFMTV, RMC), Condé Nast (Vogue), Prisma (Femme Actuelle), Marie Claire, Sciences & Avenir, Challenges, les groupes de presse régionale La Montagne, Sud Ouest, La Dépêche et Le Télégramme. L'opérateur SFR intègre aussi l'alliance avec ses médias (L'Express), ainsi que le groupe Fnac Darty et So Local (héritier des Pages Jaunes).

44% des internautes français

Ces groupes mettent leurs données en commun pour devenir plus performants dans la publicité "programmatique", dont la vente est effectuée automatiquement à l'aide d'algorithmes et de systèmes d'enchères. Elle représentait déjà 53% des ventes de publicité numérique en 2016.

Au total, les membres de Gravity touchent 44% des internautes français chaque jour, soit 16 millions de personnes, selon Béatrice Lhospitalier du groupe Les Echos, alors que Google en touche 60% et Facebook 70%.

Enrichir la data pour des campagnes optimisées

"Seuls, nous sommes des nains dans ce domaine", a lancé le président de Lagardère Active, Denis Olivennes. "Notre complémentarité sur la data est beaucoup plus importante que notre concurrence sur les contenus". Gravity est "une très belle opportunité pour proposer une offre nouvelle face à l'offre des opérateurs internationaux", a souligné de son côté Alain Weill, directeur général d'Altice Media.

Gravity ne signifie cependant pas une "fusion des régies", a précisé Olivier Gerolami, président du directoire du groupe Sud Ouest. "Les régies vont utiliser la plateforme pour enrichir leur data et proposer des campagnes plus puissantes et mieux ciblées aux annonceurs".

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/07/2017 à 14:42 :
Cette image d'illustration est magique...
a écrit le 05/07/2017 à 12:35 :
Excellente initiative, google est un moteur de recherche irremplaçable, android est quasiment en situation de monopole, ça ne veut pas dire que google ne peut pas être concurrencé sur les données utilisateurs/clients, il est temps que la France s'y mette.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :