L'appli StopCovid a prévenu 14 personnes mais coûte plus de 200.000 euros par mois

 |   |  1710  mots
Opération déminage pour Cédric O. Le secrétaire d'Etat au Numérique a fait un bilan d'étape peu convaincant des trois premières semaines de StopCovid, et s'est dit persuadé de son utilité en cas de deuxième vague épidémique.
Opération déminage pour Cédric O. Le secrétaire d'Etat au Numérique a fait un "bilan d'étape" peu convaincant des trois premières semaines de StopCovid, et s'est dit persuadé de son utilité en cas de deuxième vague épidémique. (Crédits : DR)
Cédric O a présenté des chiffres d'utilisation très faibles de l'application StopCovid. Pourtant, le gouvernement se dit persuadé de l'utilité du dispositif, surtout en cas de deuxième vague du Covid-19, et a présenté toute une série de projets pour mieux l'intégrer à la réponse sanitaire. Il a aussi tenté de déminer les nombreuses polémiques. Pas gagné...

Des problèmes, quels problèmes ? Malgré la longue liste des polémiques entourant l'application de traçage de contacts StopCovid -inefficacité car trop peu téléchargée, manque de transparence sur les données qui remontent au serveur central, incompatibilité avec les autres applications européennes, soupçon de favoritisme dans l'attribution du contrat de maintenance...-, le secrétaire d'Etat au Numérique, Cédric O, et les organismes qui ont contribué à son développement -l'Inria, l'Inserm, la Direction générale de la santé, l'Institut Pasteur- ont présenté un "point d'étape", mardi 23 juin à Bercy. Un exercice mêlant auto-congratulations et pistes d'améliorations pour les mois à venir, en espérant déminer les critiques et encourager les Français à télécharger l'application.

Lire aussi : L'application StopCovid, un ratage spectaculaire

1,8 million d'installations... mais déjà 460.000 désinstallations

Car pour l'instant, le bilan n'est pas glorieux. Installé sur téléphone portable, StopCovid permet à un utilisateur qui se découvre contaminé de prévenir anonymement les autres utilisateurs qu'il a croisés récemment. Mais depuis son lancement le 2 juin, StopCovid a été téléchargée 1,9 million de fois, pour 1,8 million d'installations effectives, soit 2,5% de la population française. Mais 460.000 personnes ont aussi déjà désinstallé l'application... ce qui signifie que StopCovid n'est effective que sur 1,4 million de smartphones. "Le rythme des désinstallations augmente nettement ces derniers jours", a admis Cédric O. "Je pense que c'est parce que l'épidémie ne fait plus aussi peur, ce qui est dommage car les craintes d'une deuxième vague à l'automne sont à prendre au sérieux", a-t-il commenté.

Avec un si faible taux d'installation -largement inférieur à l'Allemagne et à l'Italie par exemple-, l'appli se révèle très peu pertinente dans la lutte contre le Covid-19. En trois semaines, 68 personnes se sont déclarées positives au coronavirus sur StopCovid. En conséquence, 205 identifiants cryptés correspondant à des contacts croisés...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/06/2020 à 8:22 :
Ne serais ce pas judicieux d’utiliser le 200 000 ou 300 000 par mois à trouver une parade contre un virus qui provoque une inflammation des tissus internes du corps humain ?
a écrit le 24/06/2020 à 11:15 :
Cette application n'a aucun sens. Il est impossible avec un smarphone d'avoir une précision de localisation correspondant à ce qui est annoncé pour cette appli.
Le BT n'a pas de notion de distance et capte à plus de 10 m, le wifi de même.Quand au GPS, la précision réelle est de 30 à 100m même si on peut avoir mieux en mode militaire ou par chance (plusieurs satellites bien placés); encore faut-il que cela soit du vrai GPS et non du calcul par rapport aux BTS.

On peut dès légitimement se pose la question du but réel de ce logiciel qui espionne le contenu des téléphones et les personnes que l'on croise. D'autant plus avec la prolongation des boites noires sur l'Internet au nom du covid et des autres lois très inquiétantes sur les libertés.
Réponse de le 24/06/2020 à 17:11 :
Tout à fait d'accord. C'est une double arnaque.
a écrit le 24/06/2020 à 8:41 :
Nous avions besoin, je crois, d'une expérience sur ce type d'application, et donc c'est cher payé, mais nous serons peut-être contents de l'avoir fait. En revanche, il est probable qu'une application universelle soit préférable (et donc c'est une erreur que d'avoir fait cavaliers seuls). Toute cette crise nous montre une chose: nous avons tout fait dans notre petit coin, sans concertation avec nos voisins européens, et ce n'est pas glorieux..
a écrit le 24/06/2020 à 8:37 :
Tout cela avec peu de test et des tests fiables à seulement 70%...
Les français ne l'utilisent pas car ils sentent bien que tout cela n'est qu'une vaste fumisterie sans parler de la gestion sanitaire avec les conflits d'intérêts liant l'OMS et la fondation Bill Gates avec ses nombreux liens faussement philanthropiques avec le Big Pharma...
a écrit le 24/06/2020 à 8:19 :
C'est du flicage tout simplement. Comme le dossier santé que la sécurité sociale veut mettre en place depuis des années et que les assureurs aimeraient pouvoir y avoir accès. C'est valable aussi pour tous les systèmes informatiques connectés : DANGER.
J'ose espérer que les positifs au CODIV-19 ne seront pas obligés de porter un signe distinctif comme on n'a pu le voir pendant la dernière guerre avec une Étoile jaune.
a écrit le 24/06/2020 à 8:14 :
Avec ce gadget stopcovid, le gouvernement Philippe fait la démonstration de ce qu'il jette l'agent des contribuables par les fenêtres,

préalablement il avait prévenu les "amis" qui attendaient sous les fenêtres avec des containers prêts à ramasser les billets ...

c'est une affaire bien huilée.
a écrit le 24/06/2020 à 7:06 :
tout cela pour un gouvernement
qui a nié des le début de la crise l'utilité des masques
et qui a voulu aussi faire des économies de teste
donc encore un point négatif
ce qui fait beaucoup et encore on a pas tranché le problème chloroquine
qui vas faire de très grosse vagues
après avoir la aussi mis tout en œuvre pour nié son efficacité
la il y bien une intention manifeste de nuire a la santé des malades de la part du ministre de tutelle
a écrit le 23/06/2020 à 22:42 :
Je peux louer mon serveur pour 20 000€/mois ça fera des économies à l'Etat. :-)
Le DMP il coûte combien par mois ? Y a combien d'assurés qui ont leur DMP rempli (par eux ou les médecins) ? C'est perpétuel le DMP.
Quand y aura 10 ou 20 millions de gens avec l'application active, le bilan sera "meilleur" ?
a écrit le 23/06/2020 à 22:15 :
Soit 15.000 € le coût mensuel pour prévenir une personne i.e. au prix journalier d'un lit de réanimation à l'hôpital. Donc application plus que rentable. Objectifs atteints !
a écrit le 23/06/2020 à 21:28 :
Aujourd'hui, il peut être dangereux pour votre carière de vous faire dépister.

Si vous êtes détecté positif, que la chaine de contamination se trouve dans votre entreprise et que vous en êtes la cause parce que vous n'avez pas respecté les "règles" 10 seconde et que votre boite doit refermer, vous pouvez être licenciés.

Bon je rigole mais c'est possible étant donné la précarisation constante des salariés. Si votre patron est tendu, planquez vous...

Je me demande si cet appli peut permettre un droit de retrait?
Réponse de le 24/06/2020 à 18:36 :
Effectivement le retrait est judicieux en cas d'alerte COVID sur votre smartphone, à moins que vous ne soyez protégé. (durex sed lex)
a écrit le 23/06/2020 à 21:08 :
Confinez ses promoteurs : c'est une question de salubrité publique...
a écrit le 23/06/2020 à 20:38 :
14 personnes prévenues. 200 000 euros par mois. Cet argent a été touché sans marché public ni appel d'offres. Je veux bien de cet argent public si généreux de cedric. O. Moi aussi je veux bien de ce si genereux favoritisme.
a écrit le 23/06/2020 à 20:23 :
Toujours cette manie de la centralisation et cette volonté de tout réinventer au dépend de l efficacité et des impôts du contribuable !
En outre, je croyais que la France défendait les actions communes en Europe ?
L utilisateur vote avec son smartphone mais qui en tient compte ?
a écrit le 23/06/2020 à 19:56 :
Avec 200 000 € par mois, on peut acheter des masques, des respirateurs, ou, payer du personnel hospitalier, ouvrir des lits...des choses concrètes qui seront un jour vraiment utiles.
Le numérique, les "applis", des "trucs" à bouffer du temps, de l'argent, l'engeance suprême du 21eme siècle.
Réponse de le 23/06/2020 à 20:32 :
si cette application pouvait éviter ne serait ce qu'à 100 personnes de finir en réa pendant trois semaines, l'opération serait financièrement parlant très rentable pour l'état et la collectivité.

Le vrai problème de stopcovid, c'est la défiance totale (et méritée) des français envers leur gouvernement.

En allemagne, son équivalent a été téléchargée plus de 20 000 fois dans les toutes premières heures.
Mais les allemands ne considèrent pas que Merkel a des pulsions dictatoriales. Les policiers allemands n'ont pas passé trois mois à verbaliser nos voisins pour des infractions éphémères et insensées.
Réponse de le 23/06/2020 à 22:49 :
deux respirateurs.
Mais ne pas avoir à être respirateurisé c'est la distanciation, le lavage des mains, les masques aussi, tout un ensemble, l'appli c'est en plus, elle ne doit pas nous faire oublier les autres. Etre prévenu après, c'est utile (on est contaminant 2j avant d'avoir (éventuellement) des symptômes).
Réponse de le 24/06/2020 à 17:19 :
N'oublions pas non plus que les policiers allemand n'ont pas matraqué du soignant en sortant du confinement.
Bon peut mieux faire, je suis sûr que d'ici la fin de l'année nous aurons encore des choses inimaginables à scorer.
a écrit le 23/06/2020 à 19:17 :
Plutôt typique du manque d'esprit civique des français... Dommage
Réponse de le 23/06/2020 à 19:46 :
Plutot typique d un gouvernement completement largué..
Je voyage dans toute l'europe pour le boulot votre stpp covid ca sert a rien .
Encore une fois bruxelles a fait chou.. blanc
a écrit le 23/06/2020 à 19:10 :
Stop Covid est un sketch à mourir de rire tout prêt pour Bigard et les humoristes talentuex qui ne manqueront pas de moquer ce bazar imputable au gouvernement Philippe
a écrit le 23/06/2020 à 19:10 :
j'y connais rien
Mais je pense que c'est l'exemple Typique où il ne faut pas lutter contre la marée et prendre les applis du marché, qui fonctionnent et ne coûtent rien sauf quelques données privatives.
Sous pretexte de protection, finalement, les énarques nous pondent un truc dont PERSONNE ne veut !
Chronique d'un échec annoncé. Le pire c'est que cela se déroule sous nos yeux alors que l'ont connaît déjà l'histoire !
Réponse de le 23/06/2020 à 22:24 :
Vous préférez donc ouvrir vos données privatives à des tiers non identifiés aux buts non connus en échange d'une application censée vous protéger ? Un remake du "plutôt rouge que mort" des anciens communistes années 1980 revu et corrigé par les néo maoïstes de la Silicon Valley des années 2010 avec "plutôt épié que seul"...
Réponse de le 24/06/2020 à 8:43 :
@GREFF
Je ne préfère rien, je constate
Tout le monde a soit de l'android soit de l'apple sauf quelques irréductibles vivant dans le Larzac (dont vous faites peut être partie ?)
Il se trouve que cette appli n'est pas dédié aux Larzaciens mais à une majorité et juste le temps de l'épidémie
Sacrifice nécessaire, porter cela le temps de l'épidémie.
a écrit le 23/06/2020 à 18:35 :
Stop covid est un scandale de la macronie ;

200 000 € par mois pour un vulgaire gadget ... ca fait penser au fumeux logiciel des paye des militaires empêchait les militaires de toucher leur soldes

faut faire payer ces 200 000 € par les membres de la convention des 150 tirés au sort, ca leur fera que 1200 € par mois à payer jusqu'à ce que ca s'arrête !!!

Stop gabegie , c'est mainteant !
Réponse de le 23/06/2020 à 19:48 :
Et cet appli fonctionne qu en France donc aucun interet...
Le Covid a mit en evidence une belle et grande collaboration entre etats Européens et dans le monde ..
a écrit le 23/06/2020 à 18:26 :
L’association Anticor, qui lutte contre la corruption, a déposé un signalement auprès du Procureur de la République. Le coût de l’application StopCovid est en cause. L’inquiétude ne porte pas sur l’utilisation de nos données, mais sur son coût et… un soupçon de favoritisme.La gratuité n’était valable que jusqu’au 2 juin 2020, le jour du lancement. Depuis, l’État doit payer les corrections de bugs, l’hébergement et la sécurisation des données. Et la facture grimpe vite. On parle de 200 000 à 300 000 euros par mois.
Ce montant paraît très élevé. Pour d’autres applications comparables, il serait plutôt de l’ordre de 2 000 euros par mois. Anticor veut donc comprendre l’écart. D’autant que le marché a été attribué sans appel d’offres.
a écrit le 23/06/2020 à 18:01 :
Typique de la dépense publique en France. Un peu comme les millions investis dans les bateaux See Bubbles , qui ne verront jamais le jours et dont son concepteur vient de revendre ses parts. Les avions renifleurs ont trouvé leur suite mais dans un grand silence médiatique !!!!
a écrit le 23/06/2020 à 17:15 :
Aussi abjecte dans le fond que dans la forme, un échec total entièrement mérité.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :