Le retour de Game of thrones a été piraté 55 millions de fois en 24 heures

 |   |  536  mots
Game of thrones est un phénomène culturel planétaire et le téléchargement illégal sur Internet en est un bon indicateur.
Game of thrones est un phénomène culturel planétaire et le téléchargement illégal sur Internet en est un bon indicateur. (Crédits : HBO)
La société de big data britannique MUSO estime que le premier épisode de la saison 8 de Game of thrones a été piraté illégalement plus de 55 millions de fois dans les 24 heures suivant sa diffusion sur HBO, le 14 avril dernier. 76,6% des pirates ont regardé l'épisode en streaming, le reste l'a téléchargé.

La série Game of thrones est un phénomène culturel planétaire et le piratage illégal sur Internet en est un bon indicateur. Le premier épisode de la huitième et dernière saison, diffusé le 14 avril sur HBO, a déjà été téléchargé plus de 55 millions de fois dans le monde, d'après l'analyse de la société MUSO, spécialisée dans le big data. Dans le détail, 78,6% des pirates ont visionné l'épisode en streaming, tandis que 23,4% l'ont téléchargé, soit directement, soit en passant par des sites de torrent.

L'Inde, la Chine et les États-Unis en tête des pirates

D'après les données de MUSO, les trois pays où Game of thrones a été le plus piraté sont l'Inde avec près de 10 millions de vues, la Chine, avec près de 5 millions de vues, et les États-Unis (4 millions). Logique : l'Inde et la Chine sont les pays les plus peuplés de la planète, et l'offre légale pour regarder Game of thrones fait défaut, notamment en Inde, d'après MUSO. En Chine, les épisodes sont bien diffusées à la télévision, mais dans une version censurée.

Le fait que les États-Unis arrivent en troisième position peut paraître plus surprenant, puisqu'il s'agit du pays où il est le plus facile de regarder Game of thrones. La série est produite et diffusée par la chaîne câblée HBO, disponible via un abonnement mensuel (54 millions d'abonnés fin 2017) et via deux services de replay et de streaming, HBO Go et HBO Now. Mais les États-Unis sont aussi le pays où le phénomène Game of thrones est le plus important. HBO étant payant, la force du piratage peut s'expliquer par la volonté de suivre la série sans forcément s'abonner à HBO, alors que les américains souscrivent culturellement à plusieurs offres de télévision payantes par mois.

L'an dernier, toujours selon MUSO, le premier épisode de la saison 7 avait été piraté 91 millions de fois la semaine suivant sa diffusion sur HBO. Le top 3 des pays était alors composé des États-Unis (15,08 millions de téléchargements et de streams), du Royaume-Uni (6,25 millions) et de l'Allemagne. Il est probable que la saison 8 batte ce record.

Audience record pour HBO quand même

Le fait que le premier épisode de la saison 8 ait réalisé sa deuxième meilleure audience historique sur HBO montre que l'impact du piratage, réel sur les revenus des offres légales, ne les empêche pas de performer également. Game of thrones est, de très loin, le plus gros succès de HBO. Dimanche soir, 11,8 millions d'américains ont regardé le lancement de la nouvelle saison en direct, pour un total de 17,4 millions en comptant les replay et le streaming sur HBO Go et HBO Now.

Si les 11,8 millions sur HBO représentent la deuxième meilleure audience de l'histoire de Game of thrones (l'épisode final de la saison 7 avait dépassé la barre des 12 millions), les 17,4 millions de l'audience globale de l'épisode sur les différentes plateformes d'HBO représentent le record absolu d'audience pour HBO.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/04/2019 à 14:59 :
La société britannique de traitement des MÉGADONNÉES estime que le premier épisode de la saison 8 (...).
a écrit le 19/04/2019 à 2:05 :
55 millions de personnes auraient hacké le site du diffuseur pour regarder gratuitement l'épisode??? Merci à 'La Tribune' de désinformer ses lecteurs. Je doute fortement que 55 millions de personnes ayant les compétences suffisantes pour le faire se soient amusées à cela en moins de 24h. Dans le cas contraire, le diffuseur pourrait être accusé par Hadopi de défaut de sécurisation de sa connexion Internet et donc condamné :-) Je suis impatient de voir cette assignation en justice.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :