Moteurs de recherche : "Il n'y a pas de vrai choix pour le consommateur face à Google" (Sophie Bodin, Lilo)

 |  | 1487 mots
Lecture 7 min.
Ce principe d'enchères est une double peine pour les moteurs de recherche alternatifs. Il permet à Google de s'enrichir, grâce à son système d'exploitation Android, sur le dos de ses concurrents dans la recherche en ligne, dénonce Sophie Bodin, la présidente du moteur de recherche Lilo.
"Ce principe d'enchères est une double peine pour les moteurs de recherche alternatifs. Il permet à Google de s'enrichir, grâce à son système d'exploitation Android, sur le dos de ses concurrents dans la recherche en ligne", dénonce Sophie Bodin, la présidente du moteur de recherche Lilo. (Crédits : © Francois Lenoir / Reuters)
Cinq moteurs de recherche alternatifs à Google, dont les français Lilo et Qwant, ont demandé à la Commission européenne d'organiser une réunion tripartite avec le géant californien. L'objectif : renégocier la mise en concurrence des moteurs de recherche sur Android, le système d'exploitation mobile qui équipe 80% des smartphones, et qui appartient aussi à Google. Sophie Bodin, la présidente du moteur de recherche éthique Lilo, explique à La Tribune les raisons de la fronde.

Comment exister face à Google dans le monde impitoyable des moteurs de recherche ? Alors que le géant américain cannibalise 93% de la recherche en ligne en France, et même 97% sur mobile, cinq de ses concurrents -l'américain DuckDuckGo, les français Lilo et Qwant, le tchèque Seznam et l'allemand Ecosia- passent à l'attaque auprès de la Commission européenne. Dans une lettre envoyée la semaine dernière à Margrethe Vestager, la commissaire à la Concurrence, les cinq moteurs de recherche alternatifs réclament une réunion tripartite avec Google "en novembre".

Lire aussi : Startups : Lilo, alternative française à Google, à la fois éthique et rentable

Au menu de cette rencontre : la concurrence sur mobile entre les moteurs de recherche. L'alliance des cinq petits poucets du web estime qu'elle est biaisée, et que le remède actuel pour y remédier est inefficace. En plus de son moteur de recherche, Google possède également Android, le système d'exploitation mobile qui équipe 80% des smartphones dans le monde et en France. Jusqu'à récemment, Google était installé par défaut sur tous les appareils Android en Europe... ce qui lui a valu, en 2018, une amende record de 4,34 milliards d'euros de la part de la Commission européenne, pour abus de position dominante.

Suite à cette amende -que Google conteste toujours en appel-, le géant californien a mis en place en 2019, avec l'accord de Bruxelles, un système d'enchères censé rétablir la concurrence. Plutôt que d'avoir Google paramétré par défaut, le consommateur a désormais le choix entre quatre moteurs de recherche lorsqu'il configure son téléphone ou sa tablette Android. Ceux-ci sont choisis par un système d'enchères, organisé chaque trimestre par Google. Les participants définissent le prix à...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/11/2020 à 18:45 :
Encore une lobbyiste à côté de ses hauts talons. Il y aura très prochainement un vrai choix, certes limité : Google ou Alibaba ou Tencent. Et à moyen terme : Alibaba ou... Alibaba. L'avantage d'Alibaba, c'est qu'il vous fera votre passeport social en deux secondes.
a écrit le 03/11/2020 à 17:10 :
"Comment exister face à Google dans le monde impitoyable des moteurs de recherche ?"
C'est très simple ! Devenir aussi bon que lui ! Ras le bol des pleurnicheurs professionnels...
a écrit le 03/11/2020 à 13:21 :
Comme je suis sous ubuntu le plus civilisé des linux, je tourne sur deux bureaux (système inconnu sous windows), un bureau dédié à Mozilla vs Qwant, un bureau dédié à Chrome et Google.
Et c'est impeccable. chacun des bureaux est totalement indépendant de l'autre.
On pourrait évidement ouvrir un 3 ème bureau sous opera/ duck duck and go.
On ne peut que se demander pourquoi Windows est lui aussi installé d'office sur les pc.
a écrit le 03/11/2020 à 11:53 :
On peut très bien se passer de Google, il faut juste le vouloir. Pour la recherche j'utilise Duckduckgo depuis des années sans regret. Je le trouve même meilleur que Google, moins de censure et de pub dans les résultats. Pour à peu près tous leurs autres services, on trouve aussi bien voire mieux ailleurs.
a écrit le 03/11/2020 à 11:20 :
Il n'y aura d'alternatives crédibles à Google que quand des investisseurs publics et/ou privés se paieront 200 000 m2 de serveurs et des bons algos pour référencer en permanences et faire la carte du web la plus exhaustive possible...

Mais les politiciens Français sont incompétents en la matière et comprennent peu de choses aux enjeux des réseaux informatiques (pas des réseaux du compérage par contre..) et à internet ou aux business mondial en général (et mêmes ceux qui sortent de polytechniques en bon pantouflards qui pensaient encore que l'informatique grand public c'était la glorieuse époque du minitel avec leurs neurones concentré sur l'industrie nucléaire et l’aérospatial qui étaient à leurs yeux les seuls synonymes de puissance technologique étatique à l'époque)... Alors que des ingénieurs Français était dans la course dans les technologies informatique depuis les années 60 et le plan calcul (mais toujours avec l'objectif gouvernemental de lancer des missiles nucléaires balistiques...).
a écrit le 03/11/2020 à 9:48 :
Nous n'avions aucun choix avec le Minitel et personne ne s'en est plaint. Google a inventé l'internet d'aujourd'hui en proposant constamment des évolutions aux consommateurs. Quand une entreprise invente un nouveau produit, elle en tire les bénéfices de ses brevets. D'autres entreprises disposent de brevets juteux depuis de nombreuses années que personne ne conteste (Apple, Microsoft...). Sans google, internet ne se serait jamais développé comme aujourd'hui et nous en serions toujours au minitel, ce vers quoi nos politiciens veulent nous faire revenir apparemment. Nous dépendons de Microsoft pour nos PC est ce n'est pas contesté, pourquoi ? L'Europe pourrait imposer l'installation d'au moins deux système d'exploitation sur chaque PC, dont un européen. Aucune autre entreprise n'est capable de fournir les services de Google, devrions nous nous en priver pour autant quand on voit la croissance et les innovations qu'ils génèrent pour le monde entier ? L'agitation des politiciens confirment néanmoins que la libre concurrence n'est qu'une utopie de bonimenteurs qui sont prêt à détruire une entreprise innovante qu'ils ne maîtrisent pas...
Réponse de le 03/11/2020 à 13:33 :
Quand j'ai adopté gmail, je savais que c'était un mauvais choix, mais c'est tellement pratique et associé mes autres comptes mails sauf que le 2 ème compte je me suis fait expulser pour des soit-disants pb de sécurité.
Et j'ai perdu la moitié de mes mails car je ne me souviens plus de thunderbird l'ancien conteneur.
Google est génial, mais a ses risques à entrevoir.
a écrit le 03/11/2020 à 8:32 :
La plupart des navigateurs installent google d'emblée parce que c'est le plus utilisé, c'est la règle de notre système productiviste je vous ferais dire, il faut soit disant privilégier le consommateur et ses choix. Hier les supermarchés mettaient d'ailleurs le choix du consommateur en avant afin de laisser leurs magasins grands ouverts.

Mais bon forcément vu la nullité de l'UE en matière internet qui s'est faite explosée par les américains et à peu près tout le monde également, au lieu d'investir comme d'habitude on sabote ceux qui sont meilleurs, le problème étant que les meilleurs sont devenus légions avec un état d'esprit pareil.
a écrit le 03/11/2020 à 7:22 :
Résident a l’étranger, j'utilise Qwant pour 90% de mes recherches depuis iphone/ipad/pc et ça marche très bien , c'est a chacun de faire un petit effort et même si c'est mois complet,c'est toujours ça qui ne tombe pas dans l'escarcelle des gafa.
.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :