Paul Duan met les algorithmes au service des demandeurs d'emploi

 |   |  870  mots
Paul Duan
Paul Duan (Crédits : DR)
Paul Duan a abandonné un job très bien payé dans la Silicon Valley pour créer Bayes Impact. Cette association développe des services numériques gratuits comme Bob-emploi, une plateforme qui aide les demandeurs d'emploi à trouver un poste.

Paul Duan, 26 ans, a toujours aimé bidouiller du code informatique. À 10 ans, il crée son premier site Web et à 11, il est modérateur du Site du Zéro devenu OpenClassrooms (voir le portrait de son fondateur, Mathieu Nebra, dans La Tribune du 4 mai 2018). Adolescent brillant, il passe son bac S à 16 ans, mais choisit Sciences Po (Institut d'études politiques) plutôt qu'une classe préparatoire à Polytechnique, au grand dam de ses parents, immigrés chinois issus d'un milieu modeste très à cheval sur l'excellence académique, clé de la réussite professionnelle.

« Très jeune, mes parents m'ont poussé vers les maths et les sciences, alors que moi j'étais plutôt curieux, je cherchais à m'ouvrir l'esprit et je voulais vraiment trouver un moyen de changer le monde positivement », explique le fondateur de Bayes Impact (nom inspiré du théorème de Bayes utilisé dans la théorie des probabilités). Intégrer Sciences Po est une manière pour le jeune geek de résister à cette pression familiale. Mais en parallèle, il fait une licence de maths à la Sorbonne (dont il sort major) car « il adore ça ». Deux ans plus tard, Paul gagne à Sciences Po un prix d'économie qui lui permet de partir étudier un an à l'université de Berkeley, en Californie. À 19 ans, il hésite sur la suite de son parcours. Il s'inscrit sans conviction à un master de finances, mais un ami lui conseille de chercher un job dans la Silicon Valley, où les entreprises privilégient la compétence davantage les diplômes. Le natif de Trappes postule pour un poste de senior data analyst chez PayPal, qui nécessite pourtant un master voire un PhD (doctorat) en maths et cinq ans d'expérience.

Bénévolat

Contre toute attente, il est embauché grâce à son profil mêlant humanités, une solide connaissance des mathématiques et la maîtrise du codage. Mais, à la veille d'entrer dans la société, il préfère suivre le cadre de PayPal qui l'a recruté pour intégrer la start-up Evenbrite, devenue depuis la plus grande plateforme de billetterie en libre-service. Le data scientist de 20 ans écrit des algorithmes de détection de fraude sur les paiements et gagne très bien sa vie. À cause d'un défaut de carte verte (visa de travail), il est contraint de quitter les États-Unis et part à Londres pendant six mois dans une filiale anglaise d'Eventbrite. « Ça m'a permis de prendre conscience que travailler dans la Valley était une situation très privilégiée, mais qu'en réalité, on passe beaucoup de temps à résoudre les problèmes des 1 % les plus riches », explique le surdoué.

Parallèlement à son activité professionnelle, il se consacre au bénévolat, qui lui apporte « plus de sens que le travail », et s'interroge sur sa place dans la société. Le déclic se fait : et si la technologie était utilisée pour résoudre des problématiques sociales ?

« Je me rends compte que ce genre de solution est très peu utilisé : faire de la "tech for good" est difficile car ces deux mondes, la technologie et le social, ne se parlent pas, alors qu'il y a énormément de choses à faire », analyse Paul Duan.

Il décide de quitter son poste et lance Bayes Impact en 2014, une ONG, avec quelques amis en poste chez les Gafa qui partagent sa vision. Bayes Impact, première ONG à être soutenue par le fonds d'amorçage Y Combinator, commence par collaborer avec des hôpitaux pour les aider à traiter proactivement les patients les plus susceptibles de développer des complications. Puis pour le ministère de la justice californien, en élaborant une plateforme qui analyse la fréquence des violences policières.

« Ça nous a permis de préciser notre mission, qui était de développer des algorithmes citoyens et "open source" », analyse le fondateur de Bayes Impact.

En 2015, Paul Duan revient en France et participe à une conférence TED [Technology Entertainement Design, ndlr] sur le thème de l'emploi et la technologie. La vidéo, très regardée et très médiatisée, attire l'attention de Pôle emploi. L'agence propose à Bayes Impact d'utiliser ses données statistiques et son expertise pour assister les demandeurs d'emploi. La plateforme Bob-emploi.fr naît en 2016 et a déjà aidé 140 000 personnes dont 42 % estiment avoir retrouvé un travail grâce à ses conseils. « Dans quelques années, j'espère que Bob ne sera qu'un exemple de service public citoyen qui utilise la "tech for good" parmi beaucoup d'autres », conclut Paul Duan, qui ne regrette pas son salaire à six chiffres ni son existence dorée dans la Silicon Valley.

___

MINIBIO

  • Juillet 1992 Naissance à Trappes (95)
  • 2008 Bac S au lycée franco-allemand de Buc (78)
  • 2009-2012 Entrée à Sciences Po et licence de mathématiques à l'université Panthéon Sorbonne Paris I dont il sort major
  • 2011-2012 Gagne un prix d'économie et part un an à l'université de Berkeley comme « visiting student »
  • Janvier 2013-juin 2014 Senior data analyst chez Eventbrite
  • Avril 2014 Quitte Eventbrite et crée l'association Bayes Impact en Californie
  • 2015 Revient en France et participe à la conférence TED
  • 2016 Création de la plateforme Bob-emploi.fr grâce aux données de Pôle Emploi

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :