Legalstart, le Uber français des services juridiques aux entreprises

 |   |  745  mots
Pierre Aïdan (à gauche) et Timothée Rambaud, deux des fondateurs de Legalstart.
Pierre Aïdan (à gauche) et Timothée Rambaud, deux des fondateurs de Legalstart. (Crédits : DR)
De la création d’une société au recrutement d’un salarié, en passant par la gestion des factures impayées, cette plateforme propose aux professionnels des solutions à bas prix et automatisées pour leurs démarches juridiques ou administratives.

Les formalités juridiques et administratives s'avèrent parfois un chemin de croix pour les entrepreneurs. Pour préserver leur porte-monnaie, beaucoup se débrouillent seuls, avec le risque de ne plus être dans les clous au regard de la loi. D'autres, épuisés par le temps qu'ils passent le nez dans l'administratif, toquent finalement à la porte de cabinets d'avocats et de notaires, aux honoraires parfois élevés. C'est en faisant ce constat que trois amis, Timothée Rambaud, Pierre Aïdan et Stéphane Le Viet ont décidé de fonder Legalstart.

Lancée en mars 2014, cette plateforme veut répondre aux besoins juridiques et administratifs des TPE et des PME. De la création d'entreprise à la protection d'une marque, en passant par le recrutement d'un salarié, la rédaction d'un contrat commercial ou la nomination d'un dirigeant, le site propose, via des questionnaires spécifiques, tout un éventail de services pour épauler les sociétés dans leurs démarches. Et ce, à moindre coût. Ainsi, « pour 149 euros, il est possible de créer une société (SARL, SAS, SCI) de manière 100% dématérialisée », précise Legalstart. L'entrepreneur répond à une série de questions. Puis le site prend le relais. « Tout est pris en charge : la rédaction automatisée des documents juridiques, la liasse fiscale, l'annonce légale, la transmission au greffe », détaille la société.

Une gestion automatique des factures impayées

Ingénieur des Mines et ancien de Goldman Sachs, Timothée Rambaud, un des fondateurs, vante notamment son nouveau service de gestion des factures impayées : « On s'est rendu compte que beaucoup d'utilisateurs avaient des factures impayées pour des montants faibles, mais dont ils ne s'occupaient pas par manque de temps ou de ressources. » D'après lui, faire appel à des cabinets d'avocats pour recouvrir une créance coûte parfois plus cher que le montant à récupérer. En février dernier, il décide donc de mettre en place un service dédié.

Ici, « on a totalement automatisé la procédure d'injonction de payer, détaille-t-il. En premier lieu, on génère une mise en demeure. Et dans un deuxième temps, si après huit jours la partie adverse ne s'est pas manifestée, une injonction de payer est envoyée au tribunal de commerce. Ce qui débouchera sur une ordonnance, permettant à la société de récupérer son dû. » Dans le cadre de cette procédure, Legalstart travaille « avec un groupe d'huissiers qui va notifier l'acte à la partie adverse », poursuit le fondateur.

La barre des 10.000 clients passée en juin

Outre ces démarches, la plateforme fournit aussi, au besoin, les conseils d'avocats ou de notaires. « Lors de la rédaction d'un pacte d'actionnaire, par exemple, un juriste va épauler les entrepreneurs en fonction de leurs souhaits, et y ajouter des clauses personnalisées », affirme Timothée Rambaud. Dans la même veine, sa société travaille main dans la main avec des réseaux de juristes spécialisés pour épauler ses clients selon leurs besoins.

Au mois de juin, Legalstart a passé la barre des 10.000 clients, surtout des TPE et des PME. A terme, ses fondateurs rêvent d'un avenir à la Uber appliqué aux services juridiques. Pour faire leur miel, ils veulent profiter des coûts d'intervention des avocats, jugés trop élevés. Dans un communiqué, la startup n'hésite pas à se comparer au mastodonte américain, dont l'activité a suscité l'ire des taxis français la semaine dernière : « A l'instar d'Uber qui s'est imposé en raison du nombre insuffisant de taxis et de leur coût souvent trop élevé, les TPE-PME et les autoentrepreneurs ont beaucoup de mal à répondre à leurs besoins juridiques, et n'osent pas recourir aux professionnels du droit. »

De nouveaux services

Pour l'heure, Legalstart assure être bénéficiaire, mais ne communique ni son chiffre d'affaires, ni son résultat net. Sa priorité ? Se développer sur le marché français en y étoffant son offre de services. « On a encore énormément de choses à faire en France », souligne Timothée Rambaud. Parmi les prochaines nouveautés, il songe, par exemple, à « un service de dématérialisation de la procédure d'augmentation de capital ». Et l'international ? « On y songe, mais pas tout de suite », répond-t-il. Tout en précisant que la tâche n'est pas si facile, car les réglementations diffèrent parfois beaucoup selon les pays.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/11/2017 à 18:52 :
Attention, arnaque à la consommation en vue. Voici mon cas : je crée une entreprise sur le site de legalstart, je prends l'option Premium pour ne rien gérer, ils m'imposent un pack "Documents en ligne" avec période d'essai de 30 jours (le genre de chose que je ne prends jamais...), je me concentre sur la création de l'entreprise, 4 mois après je me rends compte que je suis débité tous les mois de 35€ pour un accès à des documents en line que je n'ai jamais utilisé, je n'ai jamais reçu d'alerte pour la fin de "période d'essai", aucune facture envoyée par email (trop facile sinon... juste en accès en ligne), et voilà 130€ de perdu, je résilie et demande le remboursement, ils ont la preuve avec leurs scripts que je n'ai jamais utilisé le service, et je me prends des retours emails du genre "merci et au revoir". C'est trop facile de prendre des dizaines d'euros par ci par là... et de ne pas assumer un produit qui est sympa sur le fond mais alors totalement marketé et dirigé pour voler les entrepreneurs... Je déconseille par principe, 35€/mois pour des docs en ligne, et une démarche-client orientée sur le vol et "les CGV", testez un autre site !
a écrit le 13/01/2016 à 16:56 :
Tarification opaque en ce qui me concerne. J'ai demandé le prix d'un service de recouvrement, je n'ai pas eu de réponse précise. Uniquement un "remplir le questionnaire est sans engagement". Avec La Poste, j'ai au moins le prix de mon recommandé.
a écrit le 26/11/2015 à 17:35 :
On ne peut qu'encourager le dévelopement de ces startup. J'ai aussi entendu parler de legalife.fr et captaincontrat qui se développe sur le même crénau, vive la simplication !
a écrit le 09/07/2015 à 10:35 :
je ne savais pas qu'il faillait rédiger la liasse fiscale, car bizarrement elle se fait automatiquement via le logiciel de comptabilité après corrections fiscales
a écrit le 08/07/2015 à 9:56 :
Trés bonne initiative qui ne peuvent aller dans le bon sens pour rapprocher la justice des citoyens en contournant le systéme devenu trop lourd des avocats.
A quand un site dédiés aux particuliers?
a écrit le 08/07/2015 à 8:57 :
Attendons la réaction des avocats...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :