Erik Izraelewicz, directeur du journal "Le Monde", est décédé

C'est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès, ce mardi 27 novembre, d'Erik Izraelewicz, le directeur des rédactions du "Monde", et ancien directeur de la rédaction de "La Tribune".
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Albert CAEN)

Erik Izraelewicz, directeur de la rédaction du journal Le Monde depuis février 2011, est décédé ce mardi soir. Il avait été hospitalisé en fin d'après-midi après avoir été victime d'un malaise. Agé de 58 ans, il était également vice-président du conseil de surveillance de Télérama et de Courrier International.

Ce natif de Strasbourg, qui est toujours restée sa terre chérie, a fait un brillant parcours académique (HEC, CFJ et un doctorat en économie), avant de commencer sa carrière à L'Expansion. Il a aussi participé à la création, en 1985, du quotidien économique La Tribune. A partir de 1986, il a ensuite passé près de 15 ans au Monde où il  a dirigé le service Economie, puis a été correspondant à New York puis rédacteur en chef.

De 2000 à 2008, il a exercé divers postes de responsabilité au journal Les Echos dont il a dirigé les pages Opinion en tant qu'Editorialiste et rédacteur en chef avant d'en devenir le directeur de la rédaction. En désaccord avec le rachat des Echos par LVMH, il est ensuite revenu en 2008 à La Tribune comme directeur de la rédaction pendant la période où Alain Weill, le patron et fondateur du groupe Next Radio (RMC, BFM, BFM TV) en a été le principal actionnaire.

Il a quitté La Tribune après le désengagement d'Alain Weill du capital du journal pour devenir le dixième directeur du Monde après le rachat du quotidien du soir par le trio Pierre Bergé, Matthieu Pigasse (Lazard) et Xavier Niel (Free).

Ce brillant journaliste économique, que ses collègues et ses amis appelaient affectueusement "Izra" a écrit de nombreux livres : "Ce monde qui nous attend" (Grasset, 1997), "Le capitalisme zinzin" (Grasset,1999), "Monsieur Ni-ni : l'économie selon Jospin" (avec Christine Mital, Robert Laffont, 2002), et s'était spécialisé sur les mutations de la Chine à la suite de nombreux voyages dont il tirera "Quand la Chine change le monde" (Grasset, 2005) et "L'arrogance chinoise" (Grasset , 2011).

Quelques souvenirs, parmi tant d'autres...

Son habitude, contractée on ne sait où, de déchirer des morceaux de journal, pour les machouiller longuement pendant les réunions. L'amour du papier, sans aucun doute...

Ses mails du matin, sobrement intitulés "Hello", entrée en matière distancée pour vous adresser ses remarques sur le journal du jour, pas toujours agréables à lire, mais souvent justes.

Son restaurant italien ouvert dans ses années de jeunesse avec deux amis proches, Dominique Strauss-Kahn et Denis Kessler... Comme ils ne faisaient pas payer les amis, l'aventure entrepreneuriale a tourné court !

Son humour pince-sans-rire, ou pour rire tout court, de tout et de rien, qualité indispensable dans un quotidien.

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 18
à écrit le 28/11/2012 à 16:36
Signaler
« Le Monde » se compromet à Bilderberg : http://blogs.mediapart.fr/blog/laurent-mauduit/060612/le-monde-se-compromet-bilderberg

à écrit le 28/11/2012 à 12:12
Signaler
ses articles au Monde ont fait de lui un des plus grand et sérieux journaliste économique,

à écrit le 28/11/2012 à 11:50
Signaler
Mr Duroux, à lire vos propos vous etes très probablement de gauche. La gauche dit-on est le coté et aussi le parti du coeur. A lire votre commentaire aussi stupide que méchant et bien de coeur, vous en manquez cruellement.Il y a de toute façon quelqu...

à écrit le 28/11/2012 à 11:15
Signaler
Je croyais que c'était "la fin du monde" et non "la fin au Monde"

à écrit le 28/11/2012 à 10:59
Signaler
Un grand monsieur de presse comme on en fait plus et comme on en verra plus

à écrit le 28/11/2012 à 5:58
Signaler
Sincères Condoléances à sa famille

le 02/12/2012 à 19:29
Signaler
chacun est libre de dire ce k il pense mais je trouve inelegant de dire de telles choses sur un mort un peu de respect

à écrit le 28/11/2012 à 1:28
Signaler
Un homme de valeurs (financières) et de convictions est parti. Cet ami des grands patrons n?a sans doute pas supporté les déchirements de l?UMP, qui lui ont fendu le c?ur. Le MEDEF perd un ami en même temps qu?un défenseur des valeurs libérales. Que ...

le 28/11/2012 à 3:05
Signaler
Gilbert Duroux....Brillant

le 28/11/2012 à 3:30
Signaler
Que commentaire de mauvais goût...

le 28/11/2012 à 7:17
Signaler
Gilbert Duroux: ne mérite pas le trophée de l élégance ... Déprimant de bêtise !

le 28/11/2012 à 8:30
Signaler
Cest ce qu'on appelle le respect? Ce commentaire me degoute

le 28/11/2012 à 10:08
Signaler
Quitte à faire preuve de tant d'inélégance - Gilbert, cracher sur une dépouille encore chaude, à votre âge, franchement ! - l'auteur de ce commentaire aurait au moins pu nous éclairer sur les motifs de sa vindicte à l'encontre d'Izra. Je crains pour ...

le 28/11/2012 à 11:03
Signaler
Gilbert, Dieu merci il existe des observateurs clairvoyants comme vous pour porter un regard critique sur la société et les médias. Heureusement que le ridicule ne tue pas; sinon vous auriez rejoint le regretté Izra. Que vous ne soyez pas en accord ...

le 28/11/2012 à 11:06
Signaler
Et pour reprendre les propos d'un illustre président de la Ve, qui s'exprimait à propos de Nicolas S.: "Il faut marcher sur Gilbert D., il paraît que ça porte bonheur..."

le 28/11/2012 à 11:26
Signaler
on remarquera le courage du brave Gilbert d'avoir signé de son nom. la preuve qu'on peut être haineux mais avec classe

à écrit le 28/11/2012 à 1:01
Signaler
Quelle tristesse! La Tribune était un journal génial lorsqu'il en était le directeur! Bon courage à sa famille

le 28/11/2012 à 11:43
Signaler
LA TRIBUNE comme vous le dites Tristesse

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.